Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Turquie autoritaire, Turquie contestataire

 

Notice

Type:   Numéro de périodique
 
Titre:   Turquie autoritaire, Turquie contestataire
 
Auteur(s):   Allal, Amin (Directeur de publication ou de collection)
Deboulet, Agnès (Directeur de publication ou de collection)
Le Blanc, Noé (Directeur de publication ou de collection)
Lelandais, Gulcin Erdi (Directeur de publication ou de collection)
Massicard, Elise (1976-...) - Centre de recherches internationales (Directeur de publication ou de collection)
Selek, Pinar (Directeur de publication ou de collection)
Topcu, Sezin (Directeur de publication ou de collection)
 
In:   Mouvements
 
Date de publication:   2017-07
 
Éditeur:   FRANCE  :  La Découverte
 
Volume:   2017/2
 
Numéro:   90
 
Pages:   149  p.
 
ISSN:   12916412
 
Mots-clés:   [fr] Turquie, vie politique, mobilisations collectives, autoritarisme
 
Résumé:   [fr] Le temps semble bien loin où Turquie était synonyme d’espoir. D’espoir mesuré, mais d’espoir tout de même pour de nombreux-ses observateur-trice-s internationaux-nales, pour les mouvements de défense des droits humains, pour toutes les personnes que répugnait la théorie dite du « choc des civilisations ». Du côté des observateur.es externes, cet espoir était porté par une expérience politique originale, pour ne pas dire unique : un gouvernement aux racines islamistes mais se déclarant avant tout réformateur – bien que conservateur –, arrivé au pouvoir par la voie des urnes, prônant son attachement aux valeurs de la démocratie, du libéralisme et du pluralisme. Dans la première moitié des années 2000, le pouvoir turc multipliait les déclarations publiques et les initiatives concrètes visant à réduire la tutelle militaire, mais aussi à promouvoir des avancées sur certains dossiers sensibles, notamment la question kurde, la question arménienne et la question chypriote. Cette combinaison que proposait alors l’AKP (Adalet ve Kalkınma Partisi, Parti de la Justice et du Développement) s’appuyait sur, et encourageait l’ascension à la fois sociale et politique de nouveaux groupes sociaux longtemps tenus en marge. Le pays semblait se frayer un chemin vers une libéralisation à la fois économique – l’adoption des recettes néolibérales coïncidant avec une période de croissance remarquable – et politique. Cette ouverture politique a permis d’espérer, dans les rangs européens, une pérennité de la tendance à la libéralisation, au point qu’on a pu parler, au tournant des années 2010 et au moment des premiers printemps arabes, – brièvement, il est vrai – de « modèle turc » pour les pays de la région...
 
 

Résolveur de liens