Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Introduction - Transnationaliser la péninsule Arabique : dynamiques locales, régionales et globales

 

Notice

Type:   Article
 
Titre:   Introduction - Transnationaliser la péninsule Arabique : dynamiques locales, régionales et globales
 
Auteur(s):   Thiollet, Hélène - Centre de recherches internationales (Auteur)
Vignal, Leila - Université Rennes 2 (Auteur)
 
In:   Arabian Humanities
 
Date de publication:   2017-02
 
Éditeur:   YÉMEN
 
Numéro:   7/2016
 
Pages:   en ligne-  p.
 
ISSN:   23086122
 
Mots-clés:   [fr] transnational, péninsule Arabique, monarchie du Golfe, régionalisation
 
Résumé:   [fr] La notion de « transnational » a émergé dans les années 1970 dans le champ des relations internationales pour décrire les modalités et les espaces d’actions non étatiques dans le cadre d’une « politique mondiale » (world politics). Il s’agissait de rompre avec la vision stato-centrée des trajectoires politiques pour inclure des acteurs non étatiques dans un jeu politique complexe qui ne se déploie plus exclusivement entre les frontières légales et physiques des États-nations. Au-delà ou en deçà de l’État, les nouvelles approches de relations transnationales se sont donc intéressées aux processus, réseaux et pratiques de multiples acteurs sociaux tels que les entreprises, les diasporas, les communautés religieuses, les réseaux scientifiques ou culturels, les syndicats professionnels, les mouvements sociaux — y compris des mouvements contestataires globaux —, les organisations non gouvernementales, etc., qui opèrent selon des modalités et à des échelles spécifiques. De manière diffuse, les pratiques et les stratégies individuelles et collectives des personnes, des consommateurs, des migrants, des professionnels d’un champ, mais aussi la culture des institutions formelles ou informelles qui opèrent de façon transnationale ont été progressivement agrégées à ce concept...

[fr] The notion of “transnationalism” emerged in the 1970s, in the field of international relations, to describe the modalities of non-state actions — and their spatialities — within the framework of “world politics.” The point was to break with the state-centred perspective of political developments to include non-state actors in a complex political game that no longer takes place exclusively within the legal and physical borders of nation-states. Thus, new approaches to transnational relations began to explore, within and beyond the state, the processes, networks and practices of multiple social actors that unfold according to specific modalities and scales: businesses, diasporas, religious communities, scientific or cultural networks, trade unions, social movements (including global protest movements), non-governmental organisations, etc. Gradually, and in a diffuse way, the concept came to not only refer to the individual and collective practices and strategies of persons, consumers, migrants, and professionals of a given field, but also to the culture of formal or informal institutions that operate transnationally.
 
 

Fichiers

Version URL
Version de l'éditeur http://cy.revues.org/3143
 

Résolveur de liens