Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Une théorie de la cohésion sociale

 

Notice

Type:   Article
 
Titre:   Une théorie de la cohésion sociale
 
Auteur(s):   Forse, Michel - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
Parodi, Maxime (1971-...) - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
 
In:   La Revue Tocqueville
 
Date de publication:   2009-07
 
Éditeur:   CANADA  :  University of Toronto Press
 
Volume:   30
 
Numéro:   2
 
Pages:   9-35  p.
 
ISSN:   0730479X
 
DOI:   10.1353/toc.0.0024
 
Mots-clés:   [fr] Participation citoyenne et sociale, Réduction des inégalités, Politique sociale
 
Résumé:   [fr] La cohésion sociale semble être une notion trop vaste et trop pluridimensionnelle pour qu’il soit possible de s’en donner une définition précise. Elle désigne entre autres aussi bien des formes de participations citoyennes et sociales que des valeurs partagées, l’absence d’exclusion, la réduction des inégalités et de la ségrégation, voire des politiques sociales. Elle fait en outre l’objet de désaccords concernant les dimensions qu’elle devrait impérativement mettre en avant ou qu’elle ne devrait pas négliger ou au contraire qu’elle ferait mieux d’oublier. Paul Bernard (1999) en conclut qu’elle n’est qu’un « quasi-concept ». Elle serait si protéiforme et d’une géométrie tellement variable qu’elle ne pourrait échapper à l’inconsistance. Pour autant, sa position prend un tour plus positif lorsqu’il souligne qu’avec l’idée de cohésion sociale on s’efforce de faire tenir ensemble la liberté, l’égalité et la fraternité. Il considère de ce fait – au moins implicitement – que la cohésion sociale tient dans l’articulation de principes et de dimensions jugés essentiels pour faire société. En ramenant la notion à la devise républicaine française, il souligne d’ailleurs qu’elle n’est pas une idée nouvelle et que seuls les mots changent au gré des époques et des modes. Et de fait, on peut admettre que la cohésion sociale rend compte à peu de chose près de ce que l’on appelait la solidarité ou l’intégration sociale à l’époque de Léon Bourgeois (1896) ou d’Emile Durkheim. Quel que soit le vocabulaire, il s’agit fondamentalement de penser ce qui nous rassemble et comment nous continuons de nous rassembler en dépit de ce qui nous sépare. Qu’il faille réinterroger ce processus à la lumière des changements sociaux que nous connaissons est une chose, qu’il soit impossible de s’en donner une théorie cohérente en est une autre. C’est précisément cet objectif d’une théorie renouvelée que nous nous proposons d’atteindre avec cette étude et pour y parvenir, il nous semble nécessaire de repartir de l’analyse durkheimienne de la solidarité.
 
 

Fichiers

Version Format Fichier Taille
Version de l'auteur forse-parodi-une-theorie-de-la-cohesion-sociale.pdf 0,26 MB
 

Résolveur de liens