Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Introduction - Penser le fait guerrier au XXIe siècle : tendances, controverses, repères

 

Notice

Type:   Partie ou chapitre de livre
 
Titre:   Introduction - Penser le fait guerrier au XXIe siècle : tendances, controverses, repères
 
Auteur(s):   Pelopidas, Benoît - Centre de recherches internationales (Directeur de publication ou de collection)
Ramel, Frédéric (1972-...) - Centre de recherches internationales (Directeur de publication ou de collection)
 
In:   L'Enjeu mondial. Guerres et conflits armés au XXIe siècle
 
Date de publication:   2018-10-11
 
Éditeur:   Paris  :  Presses de Sciences Po
 
Pages:   7-20  p.
 
ISBN:   9782724623055
 
Mots-clés:   [fr] fait guerrier, conflits, sécurité, violence, controverses
 
Résumé:   [fr] Le 25 janvier 2018, le comité scientifique du Bulletin of the Atomic Scientists a avancé l’horloge de l’Apocalypse, qui figurait en couverture de sa publication depuis 1947, à minuit moins deux. Cette horloge métaphorique, qui symbolise l’imminence de la guerre nucléaire et d’événements cataclysmiques, n’a jamais été plus proche de l’heure fatidique. La dernière fois qu’il a été minuit moins deux, c’était en 1953, en pleine guerre de Corée. Soixante-cinq ans plus tard, le président des États-Unis, Donald Trump, annonce une nouvelle politique nucléaire. Il élargit le champ des ripostes possibles et entérine la dépense, sans doute très sous-estimée, de 1,3 trillion de dollars sur plusieurs décennies pour « moderniser » l’arsenal nucléaire existant, comme l’avait déjà suggéré l’Administration Obama. Cette dynamique va s’enclencher, alors que les autres États dotés de systèmes d’armes nucléaires envisagent, voire ont déjà entamé, des processus de modernisation majeure et de long terme, sans que les populations ou leurs descendants aient été consultés, et sans qu’on leur ait proposé de choix autre que celui entériné. Le diagnostic d’une nouvelle course aux armements nucléaires se confirme. Elle se déploie, alors même que l’insatisfaction à l’égard de l’ordre existant se manifeste par l’adoption et l’ouverture à la signature d’un traité d’interdiction des armes nucléaires en septembre 2017. Dans ce contexte, où les études les plus récentes avancent même un diagnostic d’augmentation de la brutalité organisée et de la violence en deçà de la mort, le récit progressiste du déclin de la violence et de la fin des guerres majeures perdure, et avec lui une compréhension étatiste de la saisie des problèmes de guerre et de sécurité. La controverse entre ces différents jugements sur la situation globale en matière de sécurité offre le cadre général dans lequel s’inscrit le présent Enjeu mondial 2018.
 
 

Fichiers

 

Résolveur de liens