Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Le Conseil d’État 1958-2008 : sociologie d’un grand corps

 

Notice

Type:   Numéro de périodique
 
Titre:   Le Conseil d’État 1958-2008 : sociologie d’un grand corps
 
Auteur(s):   Rouban, Luc (1958-...) - Centre de recherches politiques de Sciences Po (Directeur de publication ou de collection)
 
In:   Cahiers du CEVIPOF
 
Date de publication:   2008-05
 
Éditeur:   FRANCE  :  CEVIPOF
 
Pages:   118  p.
 
ISSN:   11467924
 
Résumé:   [fr] La sociologie des élites de l’État est assez mal connue en France alors même que l’on ne cesse, à différents titres, de dénoncer leur omniprésence autant dans la classe politique que dans le monde des affaires ou bien, au contraire, de parler de leur déclin, l’Europe et la mondialisation les reléguant dans des fonctions poussiéreuses. Il est important de chercher à savoir en quoi la distribution des rôles impartis aux uns et aux autres au début de la Ve République est encore d’actualité cinquante ans plus tard et si les pratiques d’échange qui alimentent les divers univers des élites sociales sont restées hermétiques aux changements économiques et politiques. Les relations entre les élites administratives et la sphère politique donnent en effet un aperçu en général assez précis de la nature de la vie politique dans un pays. La « fonctionnarisation » du personnel politique est une des principales caractéristiques de la Ve République à ses débuts, tout comme la distance que prend la haute fonction publique à l’égard des engagements partisans dans la foulée de sa posture technocratique adoptée sous le régime précédent, laissant cela aux fonctionnaires subalternes et aux enseignants. La première alternance marque le retour du politique mais ne renouvelle que faiblement la classe politique. Le véritable changement introduit par 1981 et institutionnalisé depuis par tous les gouvernements successifs est que l’engagement partisan devient un bon investissement professionnel pour les fonctionnaires confrontés de plus en plus à la contestation de leur imperium social comme à la réduction de leur espace de mobilité étant donné l’effet des politiques de libéralisation européennes sur le secteur public. Dans le même temps, les pratiques de pantouflage s’intensifient et changent de nature : on part de la fonction publique vers la direction des entreprises privées sans espoir ni surtout volonté de retour. La banque et la grande industrie deviennent le nouvel horizon des énarques les plus dynamiques.
 
 

Fichiers

Version Format Fichier Taille
Version de l'auteur publication-pdf-491.pdf 0,91 MB
 

Résolveur de liens