Co-auteur
  • PILLON Jean-Marie (4)
  • PELISSE Jérôme (2)
  • MIAS Arnaud (2)
  • GRIMAUD Pauline (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Communication non publiée (27)
  • Article (15)
  • Contribution à un site web (10)
  • Compte-rendu d’ouvrage (9)
  • Voir plus
in La Nouvelle revue du travail Publié en 2020-11
3
vues

0
téléchargements
La 6ème édition de Crise et avenir de l’État-social marque la continuité d’un projet porté par Christoph Butterwegge depuis 2005. Attentif aux conditions d’émergence de la protection sociale en Allemagne et à ses évolutions, l’auteur actualise régulièrement la configuration des acteurs et l’état des controverses. Cet ouvrage représente donc le point de vue le plus récent et le plus complet sur l’État-social allemand, sa mise en crise et ses futurs possibles. Politiste allemand prolifique, Christoph Butterwegge accède à la notoriété comme spécialiste de la pauvreté (2016 pour une synthèse), puis analyste critique des années Schröder, qu’il compare à un glissement « vers une autre République » (2018b), perpétué par les gouvernements successifs. Ce bouleversement dans le rapport entre l’État-social, les capitalistes et les assurés/assistés dessine à ses yeux un modèle « néolibéral » (avec Lösch et Ptak, 2016). [deux premiers paragraphes]

Since the mid-2000s, French military telecommunications have been partially outsourced to private companies. This was justified by an intent for budgetary savings and efficiency. However, an interview survey conducted among military technicians shows that this transfer weighs upon their work and expectations. Outsourcing damages the profession’s appeal, deprives staff of strategic resources, and places their time under the control of private providers. This represents a symbolic cost for the personnel committed to the institution but also grants symbolic benefits to officers who are hostile to the process. Although they were not designed for this purpose, market procedures closely regulate the activity of frontline military technicians.

Publié en 2020-09 Nom de la conférence Le télétravail aujourd'hui et demain. Quelles leçons tirer de la crise du coronavirus ?
Institut de Recherches Economiques et Sociales
Fondation Friedrich-Ebert
1
vues

0
téléchargements
A partir d'une enquête conduite dans un service public local de l'eau, maintenu en activité durant le confinement au prix d'un télétravail massif, nous montrons comment ce dernier a modifié les rapports de pouvoir préalablement établis. Si le télétravail correspond à une demande largement partagée par les salariés, sa mobilisation brusque et massive n'a pas uniquement rencontré l'approbation unanime des individus concernés : il a aussi bousculé quatre types de relations sociales. En premier lieu, il a légèrement allongé les journées de travail de nombreux agents, mais surtout désynchronisé les temps laborieux et les temps privés, plaçant les proches dans un rôle informel de perturbateurs. En second lieu, il a placé la direction des services informatiques en position centrale dans les rapports de force bureaucratiques. En troisième lieu, il a constitué un dispositif de jugement des pairs et des subalternes. Finalement, il a représenté une loupe déformante portée sur le niveau des effectifs.

24
vues

0
téléchargements
Pour le lecteur contemporain, habitué aux défenses libérales de la construction européenne, le texte de Friedrich Hayek traduit ici pourra sonner étrangement familier. Pourtant, à sa publication il y a 80 ans, cette concordance n’était en rien acquise. À travers ce texte, présenté par Hadrien Clouet et Hugo Canihac, c’est ainsi une certaine vision libérale de la « construction européenne » qui se laisse apercevoir.

La langue française est-elle menacée par ses évolutions ? Oui, se lamentent d’illustres « hommes de lettres » depuis 1 000 ans. Non, ripostent les deux autrices, montrant de façon implacable les luttes incessantes qui traversent le français dès ses premières codifications. Difficilement classable, l’ouvrage est à la fois une analyse sociolinguistique, une revue de littérature et un plaidoyer pour une action publique moderniste en matière de langue française. [premier paragraphe]

1
vues

0
téléchargements
the world of labor is experiencing a new series of social tensions. They are not very audible because opportunities for collective action are limited by COVID-19 precautions; the spread of partial unemployment, remote work, and layoffs has also largely atomized workers. But how are these social tensions structured — and are they likely to have an effect beyond the current health crisis? Even though the data is scarce and fragmented, some do point to major conflicts traversing the world of labor today — ones that assume an unprecedented role and visibility during the current crisis. As well as the capital-labor conflicts over the production of sanitary equipment, this crisis highlights a reality of the world of labor that is often less considered among the general public: namely the “professional consciousness” of workers and trade unionists, concerned with their health, viable economic production, as well as objectives of general interest. In this sense, it constitutes an observatory for the differentiated practices between firms, depending on the degree of social democracy in action.

Qu’est-ce que la mondialisation ? À partir des concepts d’« émergence » et de « non-alignement », Joël Ruet offre un nouveau regard sur la réorganisation de l’espace productif global. Mais plutôt que de dresser la liste des « pays émergents », il propose d’étudier leurs dynamiques. Comment un pays émerge-t-il ? La réponse tient en trois caractéristiques : des « racines riches et profondes », une insertion « au cœur même de la machine productive mondiale » et une influence sur « toute la mondialisation » (p. 9). Pour étudier le processus d’émergence et ses implications, l’auteur construit son ouvrage en trois parties, chacune composée de trois chapitres et d’une conclusion théorique. [premier paragraphe]

Publié en 2020-05 Collection Notes de l'Institut Rousseau
11
vues

0
téléchargements
L’activité partielle constitue un des dispositifs les plus anciens de la politique publique de l’emploi. Ce dispositif à caractère préventif répond aux intérêts de plusieurs groupes sociaux. Du côté des salariés, il évite leur paupérisation, leur déqualification et la perte de statut social qu’engendre le chômage total. Toutefois, cet équilibre entre groupes sociaux se disloque dans la crise du Covid-19, où les usages de l’activité partielle apparaissent particulièrement ambigus et problématiques. Cette situation appelle une réforme de l’activité partielle, pour l’adapter aux enjeux contemporains et aux défis à venir. Cette note présente les limites du dispositif en termes de couverture, d’indemnisation et de contrôle des abus avant d’en proposer plusieurs pistes de réformes.

in Le Monde diplomatique Publié en 2020-04
11
vues

0
téléchargements

Suivant