Coauthor
  • PILLON Jean-Marie (2)
  • LAVABRE Alice (2)
  • European Research Network on Social and Economic Policy (2)
  • JOSSIN Ariane (1)
  • Show more
Document Type
  • Conference contribution (20)
  • Article (8)
  • Web site contribution (8)
  • Newspaper article (6)
  • Show more
Depuis les années 1970, le salariat à temps partiel s’étend sur les marchés de l’emploi allemand et français. Le rôle joué par l’intermédiation publique dans ce phénomène constitue l’objet de cette thèse. Nous l’étudions de manière comparative par l’immersion ethnographique dans quatre agences, par une analyse quantitative portant sur 2000 offres stockées et par une enquête socio-historique sur les dispositifs d’indemnisation. Grâce à ce matériau, nous mettons au jour les transactions temporelles auxquelles sont exposés les chômeurs durant leur traitement institutionnel. Au sein des agences d’intermédiation, les heures recherchées par les chômeurs jouent le triple rôle d’outil de gestion, d’outil d’intermédiation et d’outil d’arbitrage marchand. Elles sont mobilisées, manipulées et négociées durant les entretiens en face-à-face auxquels sont convoqués les chômeurs. Au terme des interactions, de nombreux profils de recherche sont révisés, en abaissant le nombre d’heures d’emploi souhaitées. Ce rationnement du temps d’emploi est organisé autour de trois modes de régulation, inégalement présents sur les différents terrains : une régulation par l’indemnisation-chômage, une régulation par les pratiques professionnelles des conseillers et une régulation par les progiciels informatiques d’appariement. Le temps d’emploi souhaité par les chômeurs apparaît ainsi comme un objet d’action publique. À partir de nos résultats empiriques, nous montrons que les logiques sociales de la rencontre bureaucratique établissent un lien étroit entre les ressources mobilisables dans l’interaction et les positions envisageables sur le marché de l’emploi. De plus, cette thèse présente les guichets d’intermédiation comme un niveau de régulation de l’emploi à part entière.

Pris entre le marché et l’État social, les artistes sont au cœur de tensions sociales de plus en plus aiguës. D’un côté, les professions culturelles ont vu leurs effectifs multipliés par 1,5 en France métropolitaine sur la période 1991-2011, sans comparaison dans d’autres secteurs (Gouyon & Patureau, 2014). Ce faisant, le nombre d’artistes susceptibles d’être pris en charge par l’État social lors de périodes d’intermittence, de travail gratuit ou d’inoccupation a fortement augmenté. Ces nouveaux publics de l’assurance ou de l’assistance sociale se retrouvent donc en première ligne du tournant rigoriste. (début du texte)

0
views

0
downloads
In his work, Benjamin Lemoine shows how French public debt underwent a process of marketization and a Polanyi-type disembedding over the last 60 years. He explains the functioning of public debt via its instruments, which shape the political priorities and led to a naturalization of the relation between State and private creditors. I propose three other readings of the analyzis : (1) a history of "exploitation through credit" via the concept of peonage, (2) the absolute disconnection between the rates of public indebtedness and its social tolerance, (3) a criticism of the contemporary critics of debt, which contest it as a sole moral dispute.

in Frustration Publication date 2017-06
5
views

0
downloads

Publication date 2016-11
École des hautes études en sciences sociales
3
views

0
downloads

Publication date 2016-04
European Research Network on Social and Economic Policy
0
views

0
downloads

1
views

0
downloads

Publication date 2014-02
JOSSIN Ariane
1
views

0
downloads

Next