Co-auteur
  • PELISSE Jérôme (1)
  • CLOUET Hadrien (1)
  • SIMONET Maud, Institutions (1)
  • MEILLAND Christèle (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (1)
  • Livre (1)
17
vues

0
téléchargements
Si l’objet « travail » peut se prévaloir d’une longue tradition en études temporalistes inaugurée en France par Georges Friedmann, Pierre Naville et William Grossin, c’est moins le cas pour l’emploi et moins encore pour la privation d’emploi. À l’heure où le chômage est devenu un puissant marqueur des carrières d’emploi, des politiques publiques ou encore des rapports au travail, il est utile d’actualiser les connaissances sur les temporalités du chômage et d’en explorer les facettes et enjeux. Dans les sociétés où l’activité professionnelle est centrale, la privation d’emploi est une situation à part et disqualifiée, et qui oblige en conséquence à se confronter à la question de sa durée et de son terme (la sortie du chômage). Le chômage est, en quelque sorte, une affaire de temps. [premier paragraphe]

Publié en 2014-06
BOUSSARD Valérie
DI PAOLA Vanessa
GARDA Julie, Institutions
MÉDA Dominique
MEILLAND Christèle
TALLARD Michèle
SARFATI François
SIMONET Maud, Institutions
29
vues

0
téléchargements
Entre les mesures concernant les aides à l’emploi marchand et non marchand, la formation des demandeurs d’emploi, l’accompagnement des jeunes, celui des licenciements économiques, ou encore l’incitation au retrait d’activité, plus de 70 dispositifs publics d’emploi coexistent actuellement. À cela s’ajoute une myriade de textes juridiques, d’énoncés normatifs et de décisions réglementaires, de mesures administratives, qui ont des effets directs ou indirects, volontaires ou involontaires, sur les trajectoires sociales et professionnelles des individus. Parmi les objectifs recherchés, il en est un qui a particulièrement été propulsé sur le devant de la scène politique : la sécurisation des parcours professionnels. Le collectif de chercheurs de 7 laboratoires à l’origine de cet ouvrage croise l’analyse des dispositifs publics et celle des parcours individuels, en ouvrant une série de questions plus complexes que la seule mesure de l’effet des uns sur les autres. Il interroge ainsi les usages des dispositifs qui échappent bien souvent aux intentions initiales de leurs concepteurs. Cette démarche propose un éclairage inédit sur les manières dont les dispositifs publics influencent et transforment les trajectoires professionnelles et personnelles et sont eux-mêmes transformés par ces dernières. (Résumé éditeur)