Co-auteur
  • GENSBURGER Sarah (2)
  • ANDRIEU Claire (2)
  • GUILAINE Jean (1)
  • HOFNUNG Thomas (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Livre (17)
  • Article (10)
  • Partie ou chapitre de livre (4)
  • Entretien (4)
  • Voir plus
in Revue d'histoire de la Shoah Publié en 2020-11-05
15
vues

0
téléchargements
Au sortir de la Seconde Guerre mondiale, les trois quarts des Juifs en France sont toujours en vie. C’est l’un des taux les plus élevés de survie des Juifs dans l’Europe nazie. Ainsi que le rappelle Laurent Joly dans son introduction, les partisans de Pétain ont fait valoir dès son procès en 1945 qu’un tel résultat était dû à l’action du régime de Vichy, qui avait été un « moindre mal », y compris pour les Juifs – en premier lieu ceux de nationalité française. Que certains encore aujourd’hui soutiennent une telle thèse relève de la falsification de l’Histoire. 2À cette explication monocausale aucun historien sérieux n’accorde crédit. Tout en ayant travaillé sur la genèse des crimes de masse, y compris ceux du régime de Vichy, j’ai eu à cœur d’élaborer une analyse multifactorielle de la survie des Juifs en France en pensant tout à la fois le double processus de leur déportation et de leur non-déportation. Cela revient à faire valoir un écheveau complexe de facteurs politiques, géographiques, sociaux, culturels, sans oublier le contexte international. En voici une présentation synthétique.

in Témoigner. Entre Histoire et Mémoire (Revue internationale de la Fondation Auschwitz) Publié en 2020-11-05
1
vues

0
téléchargements
Entretien avec Jacques Sémelin. Propos recueillis par Nathalie Peeters -- Jacques Semelin, vous travaillez depuis de nombreuses années sur la question des violences et crimes de masse. Votre dernier livre, La Survie des Juifs en France, 1940-1944, version actualisée de Persécutions et entraides dans la France occupée et préfacée par Serge Klarsfeld, est l’aboutissement de recherches approfondies sur les raisons pour lesquelles 75 % des Juifs en France ont échappé à la mort durant l’Occupation nazie. Vous vous êtes interrogé sur ce que Maxime Steinberg, historien belge a nommé « le paradoxe français ». Le fait qu’en France, en dépit de la collaboration d’État menée par le régime de Vichy, « seuls » 25 % des Juifs ont été déportés entre 1942 et 1944, alors que le taux est de 48 % en Belgique. Comment expliquez-vous ce paradoxe ?

in Probing the Limits of Categorization. The Bystander in Holocaust History Sous la direction de MORINA Christina, THIJS Krijn Publié en 2019-08
17
vues

0
téléchargements
In some countries, France has a strong reputation for antisemitism. This stems from the Dreyfus Affair and even more so from the Vichy government's role in the deportation of Jews during World War II. In their pathbreaking study "Vichy France and the Jews" (1981, Michael Marrus and Robert Paxton reconstructed the stages of the French state's collaboration with the Nazis. Eighty thousand Jews, French and foreign, were killed in the Holocaust, 25 percent of the Jewish population identified as such in 1940. This therefore means that 75 percent of the Jews in France escaped this fate, as Serge Klarsfeld, the most prominent Jewish public figure regarding the remembrance of the Holocaust in France, has regularly reminded us. Michael Marrus and Robert Paxton did not take into account this reality - the fact that a vast proportion of the Jewish population of France did survive, giving the country one of the highest survival rates in Nazi-occupied Europe. It is a blind spot in the general historiography of the Holocaust in France. How can this "French paradox" be explained, since it is generally assumed that the French were strongly antisemitic? I have recently addressed this question thoroughly, and this chapter draws heavily on these findings...

16
vues

0
téléchargements
A l’occasion de la parution en trois langues (français, anglais, allemand) de son ouvrage La survie des juifs en France (1940-1944), préface de Serge Klarsfeld (Paris, CNRS Editions, 371 pages), Jacques Semelin répond à nos questions. Comment a-t-il travaillé sur la notion de survie, quelle a été son appproche de l’antiséminisme, que dire des autres nations européennes ?

Sous la direction de SÉMELIN Jacques Publié en 2018-12
37
vues

0
téléchargements
Between the French defeat in 1940 and liberation in 1944, the Nazis killed almost 80,000 of France’s Jews, both French and foreign. Since that time, this tragedy has been well-documented. But there are other stories hidden within it–ones neglected by historians. In fact, 75% of France’s Jews escaped the extermination, while 45% of the Jews of Belgium perished, and in the Netherlands only 20% survived. The Nazis were determined to destroy the Jews across Europe, and the Vichy regime collaborated in their deportation from France. So what is the meaning of this French exception? Jacques Semelin sheds light on this ‘French enigma’, painting a radically unfamiliar view of occupied France. His is a rich, even-handed portrait of a complex and changing society, one where helping and informing on one’s neighbours went hand in hand; and where small gestures of solidarity sat comfortably with anti-Semitism. Without shying away from the horror of the Holocaust’s crimes, this seminal work adds a fresh perspective to our history of the Second World War. (Publisher's abstract)

145
vues

0
téléchargements
Comment et pourquoi 75 % des juifs ont-ils échappé à la mort en France sous l’Occupation, en dépit du plan d’extermination nazi et de la collaboration du régime de Vichy ? Comment expliquer ce taux de survie inédit en Europe, dont les Français ont encore peu conscience ? Jacques Semelin porte un regard neuf et à hauteur d’hommes sur les tactiques et les ruses du quotidien qui ont permis aux persécutés d’échapper aux rafles et déportations. Au-delà du contexte international et des facteurs géographiques, politiques, culturels, il montre que les juifs ont trouvé en France un tissu social complice pour les aider, surtout à partir de l’été 1942, malgré l’antisémitisme et la délation. Entre arrestations et déportations d’une part, gestes d’entraide et pratiques de solidarité d’autre part, ce livre est tout sauf une histoire édulcorée des quelque 220 000 juifs toujours en vie en France à la fin de l’Occupation. C’est une histoire au plus près des réalités quotidiennes des persécutés juifs, français et étrangers, illustrée par les trajectoires d’individus ou de familles, dont le lecteur suit l’évolution de l’avant-guerre aux années noires.

Wie überlebten rund 200.000 Juden in Frankreich die Shoah? Obwohl Frankreich bereits 1940 von den Deutschen besetzt wurde, überlebten 75 Prozent der Juden in diesem Land die Shoah. Diese erstaunlich hohe Zahl kam nicht etwa zustande, weil alle Verfolgten untertauchten. Viele setzten trotz Antisemitismus und Denunziation während der Besatzungszeit ihr Leben auf legale oder halb legale Weise fort und konnten auf Hilfe von der nicht jüdischen französischen Bevölkerung, von christlichen und jüdischen Organisationen zählen. Der Historiker Jacques Semelin, Experte auf dem Gebiet des zivilen Widerstands und der Massenverbrechen, untersucht die Rahmenbedingungen, die es so vielen Juden in Frankreich ermöglichten, der Deportation zu entkommen. Anhand zahlreicher Lebensgeschichten von Verfolgten und von Akten aus den Archiven der Vichy-Regierung gelingt es ihm, eine Lücke in der Geschichtsschreibung der Shoah zu schließen. (Résumé éditeur)

« Voici plus de vingt-cinq ans que je travaille sur la violence et l’action non violente. Sur un tel sujet, la plupart des questions que se pose un enfant concerné la vie de tous les jours. Si quelqu’un m’agresse, que dois-je faire ? Comment réagir face au racket à l’école ? Contre une agression sexuelle ? Et la violence des jeunes ? Et le racisme ? Pour répondre, j’ai quitté mes chères études… C’est ainsi que je me suis mis à écrire quelques pages, que je leur donnai à lire : j’ai souvent refait ma copie. J’ai voulu leur dire que la non-violence n’est pas la passivité : c’est une manière d’être et une manière d’agir qui visent à régler les conflits, lutter contre l’injustice, construire une paix durable. Je me suis appuyé sur de nombreux exemples empruntés à la vie quotidienne et à l’Histoire. »

in Dictionnaire de la guerre et de la paix Sous la direction de DURIEUX Benoît, JEANGÈNE VILMER Jean-Baptiste, RAMEL Frédéric Publié en 2017-10-04
40
vues

0
téléchargements
Le mot « génocide » est né dans le contexte de la Seconde Guerre mondiale. On le doit au juriste polono-américain Raphael Lemkin (1900-1959). Il en défend l'idée pour la première fois dans son livre Axis Rule in Occupied Europe (1944). Dès 1934, Lemkin avait proposé de mettre hors la loi ce qu'il appelait le « crime de barbarie » (actes de destruction contre les membres d'un groupe national, religieux ou racial) et le « crime de vandalisme » (destruction intentionnelle d’œuvres artistiques de ces groupes)...

in Antiracistes. Connaître le racisme et l'antisémitisme pour mieux les combattre Sous la direction de WIEVIORKA Michel Publié en 2017-10
32
vues

0
téléchargements
Plan du chapitre : - La dimension raciale - Génocide et organisation - Un processus mental - Quand la politique s’empare des idéologies racistes - Guerre et génocide - L’anéantissement d’une cible - Le caractère unique de la Shoah - La destruction de masse pour « purifier »

Suivant