Coauthor
  • FONTAINE Victor (1)
  • BONDITTI Philippe (1)
  • BALLANGÉ Aliénor (1)
  • FEREY Amélie (1)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (19)
  • Book (5)
  • Article (4)
  • Doctoral (Phd) thesis (3)
  • Show more
161
views

0
downloads
Notre recherche, qui articule un objet de science politique, un traitement historique et une problématisation philosophique, vise à déterminer si la démocratie communautaire s’est construite sur une intégration par le peuple ou pour le peuple. De l’entre-deux-guerres jusqu’au traité de Lisbonne, nous avons étudié les discours des théoriciens et des praticiens de la construction européenne afin de préciser le rapport de l’Europe politique à son ou ses peuples. Ce rapport obéit-il à une dynamique ascendante – le peuple comme acteur de l’intégration post-nationale – ou à une dynamique descendante – le peuple comme bénéficiaire de l’intégration post-nationale ? La première partie de notre recherche se concentre sur la « pré-histoire » du projet d’unification continentale et sur la naissance de la Communauté européenne. Alors que l’intégration ne repose encore sur aucun « peuple européen » constituant, une théorie de la démocratie communautaire commence à affleurer dans le discours des trois généalogies communaliste, fédéraliste et technocratique. La deuxième partie de notre travail aborde la transition entre la Communauté européenne et l’Union européenne et la manière dont elle s’est accompagnée d’un approfondissement paradoxal de l’idée démocratique malgré le peuple. La troisième partie de notre enquête aborde le changement de paradigme politique qui accompagne l’échec du projet de traité constitutionnel et la ratification du Traité de Lisbonne. Dans quelle mesure cette période de crise ouvre-t-elle la voie d’une forme ambiguë de démocratie contre le peuple ?

Les assassinats ciblés désignent l’utilisation étatique de la force létale avec l’intention préméditée et délibérée de tuer individuellement les personnes sélectionnées se trouvant en dehors des frontières nationales. Sont-ils légitimes au regard de notre compréhension des règles démocratiques et libérales ? Pour répondre à cette question, cette thèse de doctorat dresse une comparaison entre les pratique israélienne et américaine. Les assassinats ciblés participent d’une discussion sur la légitimité de l’assassinat politique en même temps qu’ils procèdent des évolutions des théories des bombardements et de l’utilisation préventive/préemptive de la force. (Chap. I) La discussion générale sur leur légitimité doit donc être complétée par une étude soulignant les spécificités nationales de ces politiques. (Chap. II) Israël et les États-Unis se sont servis de ces pratiques pour conduire une reformulation partielle du droit international. (Chap. III) L’absence de mécanismes efficaces de contrôle des normes juridiques lors de conflits armés pose problème. Nous évaluons les procédures et institutions existantes et proposons un élargissement du régime de responsabilité des drones proposés par Allan Buchanan et Robert Keohane aux opérations d’assassinats ciblés. (Chap. IV) Leur efficacité tactique ne garantit pas leur pertinence pour une stratégie de long terme contrant le terrorisme. (Chap. V) Leurs conséquences sur la politique étrangère sont-elles bénéfiques ? Nous montrons qu’ils contribuent à renforcer la souveraineté des États faisant la guerre aux « illégitimes ». (Chap. VI) Ceux-ci sont-ils compatibles avec les valeurs morales prônées par les démocraties israéliennes et américaines ? Ils promeuvent une conception libérale de l’action politique légitime en renouvelant les exigences de transparence à l’égard de l’utilisation secrète de la force. (Chap. VII) Ce débat ouvre des pistes pour un aménagement de la raison d’État en démocratie libérale en précisant le contenu théorique d’une moralité d’exception. (Chap. VIII)

544
views

544
downloads
Cette recherche traite des mutations contemporaines de la peine à partir de l'hypothèse foucaldienne de l'avènement de la gouvernementalité néolibérale. Le néolibéralisme semble reposer sur le déclin des techniques disciplinaires de pouvoir, telles que décrites en particulier par Foucault (Surveiller et punir). Il fait rupture avec l'autorité monopolistique, avec le pouvoir direct sur les corps, avec la fixation institutionnelle des individus. Or le pouvoir disciplinaire entretenait chez Foucault un lien privilégié avec l'institution carcérale : la prison, c'est l'archétype disciplinaire. Si bien que la mise en question de ce modèle disciplinaire général du pouvoir par l'avènement de la gouvernementalité néolibérale implique une réinterrogation du système pénal, qui s'est présentée par l'entremise d'un problème-prison. Si la prison pose problème aujourd'hui, si le système pénal se réforme autour de la critique de la prison, c'est parce que la prison est devenue un archaïsme visible, une forme désuète de l'art de gouverner les comportements humains, et ce malgré la permanence et l'accélération de l'enfermement. La prison constitue ainsi un problème stratégique de cette transition des formes de gouvernement : le néolibéralisme s'éclaire dans son exercice contre les murs, et hors des murs du carcéral ; il éclaire en retour le mouvement contemporain de contestation critique et de transformation effective des fonctions pénales générales : la régulation pénale et les peines ouvertes dites de réinsertion. De sorte qu'un dispositif de pouvoir contemporain distinct puisse être appréhendé.

Publication date 2017-08
430
views

0
downloads
Dans ce nouvel essai, Frédéric Gros n’entend pas analyser des séquences historiques de désobéissance, même s’il s’appuie, en leur redonnant vie et sens, sur des figures et des textes qui les ont marquées : Antigone, David Thoreau, Le Grand Inquisiteur.... Il cherche à comprendre l’urgence qu’il y a aujourd’hui à réapprendre à désobéir. L’actualité nous montre, qu’il s’agisse des lanceurs d’alerte (affaire Snowden) ou des manifestations de résistance collective (occupy wall street, parapluies de Honk Kong, Nuit debout), le surgissement de nouvelles formes de désobéissance. Il s’agit donc de replacer l’acte de désobéir au cœur de l’humanité et des démocraties. Mais cette étude suppose un détour par l’obéissance, en repartant du cri de scandale de La Boétie face à l’énigme monstrueuse du politique, qui est celle de notre capacité à accepter l’intolérable, à supporter l’indécence croissante du monde. Pour comprendre ce qui nous fait obéir, il faut d’abord comprendre ce qui distingue la soumission, le conformisme, le consentement, l’obligation, la subordination... Ce n’est qu’alors que nous pourrons saisir la variation des formes de désobéissance : révolte, rébellion, transgression, désobéissance civile, dissidence civique... Poser la possibilité de désobéir à la racine du sujet politique est l’ambition de ce livre, qui s’attache à désamorcer, à démystifier toutes nos raisons d’obéir, à partir du renversement des monstruosités. Alors que tous les traités d’éducation ont longtemps répété que l’humanité ne venait à l’homme que dans et par l’obéissance – la désobéissance signifiant toujours le réveil en lui de la sauvagerie anarchique –, l’histoire du XXe siècle a produit la figure des monstres d’obéissance ; que l’on pense par exemple au procès Eichmann ou aux expériences de Milgram. Dans de telles conditions, désobéir, ne serait-ce pas le seul moyen de réinventer l’humanité ? (Résumé éditeur)

Edited by BONDITTI Philippe, BIGO Didier, GROS Frédéric Publication date 2017-03 Collection The Sciences Po Series in International Relations and Political Economy
50
views

0
downloads
This book addresses the possibilities of analyzing the modern international through the thought of Michel Foucault. The broad range of authors brought together in this volume question four of the most self-evident characteristics of our contemporary world-'international', 'neoliberal', 'biopolitical' and 'global'- and thus fill significant gaps in both international and Foucault studies. The chapters discuss what a Foucauldian perspective does or does not offer for understanding international phenomena while also questioning many appropriations of Foucault's work. This transdisciplinary volume will serve as a reference for both scholars and students of international relations, international political sociology, international political economy, political theory/philosophy and critical theory more generally.

in Critique Publication date 2016-12
RUEFF Martin
15
views

0
downloads
On a rappelé, dans la présentation du présent numéro, les liens forts et anciens qui unissent Michel Foucault et Critique. Nous avons souhaité demander aux éditeurs de la Pléiade de rendre compte de leur travail d’édition et les interroger sur le sens de l’entreprise, mais aussi sur la manière dont ils interprètent sa réception dans la presse, auprès du public, et dans le monde de la recherche. Répondent ici à nos questions Martin Rueff et Frédéric Gros, qui a dirigé l’équipe éditoriale.

in Foucault on the Arts and Letters Edited by SOUSLOFF Catherine Publication date 2016-10
13
views

0
downloads

in O Novo Espirito Utopico Edited by NOVAES Adauto Publication date 2016-10
15
views

0
downloads

in Radicalisation, processus ou basculement Publication date 2016-08
22
views

0
downloads

in 2016 La Science en mouvement Edited by AMIEL Gautier Publication date 2016-03
22
views

0
downloads

Next