Co-auteur
  • JOANA Jean (7)
  • SMITH Andy (5)
  • BRUNN Matthias (5)
  • DARVICHE Mohammad-Saïd (5)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (30)
  • Article de presse ou magazine (11)
  • Communication non publiée (9)
  • Livre (3)
  • Voir plus
L' Affordable Care Act de 2010 a permis à vingt millions de citoyens américains de bénéficier d'une couverture maladie. Réforme la plus ambitieuse en matière de santé depuis les années 1960 aux États-Unis, l'Obamacare est aussi une réussite politique. Même Donald Trump n'est pas parvenu à la faire abroger. Ce succès tient au travail de fond, à l'abri des regards, d'un petit groupe de « gardiens des politiques de santé », habitués de longue date aux arcanes washingtoniennes et fins connaisseurs des rouages du système de santé américain. En périphérie du pouvoir sous la présidence de George Bush Jr. puis au sein de l'administration fédérale sous celle de Barack Obama, ces insiders échaudés par l'échec de la réforme Clinton au début des années 1990 ont usé de leurs ressources politiques pour faire évoluer un système devenu obsolète. S'ils n'ont pu mettre en place une couverture universelle, du moins ont-ils accru les capacités de régulation de l'État fédéral dans le domaine de la santé, créant par là-même la possibilité de futures améliorations. L'enquête de William Genieys met au jour le rôle de ces nouvelles élites politiques américaines qui œuvrent pour que l'État fédéral soit au service non pas des lobbyistes, mais de l'intérêt général. William Genieys est directeur de recherche CNRS au Centre d'études européennes et de politique comparée de Sciences Po.

in European Policy Analysis Publié en 2020-08
HASSENTEUFEL Patrick
2
vues

0
téléchargements
This article starts with a discussion of the analytical issues of the Programmatic Action Framework (PAF); based on the hypothesis that small groups of individuals, sharing a similar analysis of a policy problem sustaining a common policy change program (including orientations, arguments, and instruments) giving them a collective identity, and behaving strategically as a collective actor, can be main drivers of policy change. We then present the methodological implications of the empirical analysis of such programmatic groups and policy change programs. The methodology of the Programmatic Action Framework combines tools coming from the sociology of elites (positional analysis, analysis of professional trajectories, relational analysis) and the sociology of the policy process. It was first applied in empirical researches on health insurance reforms in France and the United States since the 1980s, shedding the light on the key role of specialized policy elites (specialized senior civil servants in France, long‐term insiders in the United States). We conclude by stressing that, because of its systematic and encompassing empirical methodology, the Programmatic Action Framework can be used in a comparative way, in other policy sectors than health care.

9
vues

0
téléchargements
1ères lignes : Forgé dans les années 1950, le terme d’intelligence artificielle (IA) fait référence à un système informatique capable de raisonner, d’apprendre, et de planifier, avec un comportement évoquant celui des systèmes biologiques intelligents. Son apprentissage automatique, ou machine learning, s’appuie sur une programmation qui n’est pas uniquement déterminée par un code, mais s’adapte également aux données qui lui sont fournies. Par exemple, dans le cadre formel de réseaux de neurones artificiels, les algorithmes mathématiques permettent de trouver par itérations la meilleure manière de représenter le lien entre plusieurs variables. Chaque neurone représente une fonction assez simple, ce qui permet de construire des fonctions très complexes dans un grand réseau.

Le professeur Didier Raoult est devenu l’incarnation de la rébellion de la province contre Paris et de l’intuition contre la précaution. Mais pour quelques figures de proues comme lui, combien de voix brimées, d’idées potentiellement salvatrices écartées ?

Les déclarations de l'ex-procureur Eliane Houlette sur son travail lors de l'affaire Fillon ou d'Agnès Buzyn lors de récentes commissions et d'enquêtes parlementaires n'ont pas soulevé de réactions de la part des élites de notre pays. D'où vient ce déficit de culture du contrôle ?

in Academic Psychiatry Publié en 2020-05
BRUNN Matthias
DIEFENBACHER Albert
COURTET Philippe
20
vues

0
téléchargements
First lines: Artificial intelligence (AI) is inducing a profound transformation of both the practice and structure of medicine. This implies changes in tasks, where certain processes may be taken over by AI applications, as well as novel ways of collaborating and integrating information. Consider a recent example where AI is used to avoid suicide attempts by using smartphones’ native sensors and signal processing techniques [1]. This new suicide prevention technique requires the psychiatrist to acquire new skills (handling and interpreting continuous patient data sent by a dedicated application) and interact with new actors (programmers, data managers, etc.). Further, the abundance of individual patient data may contribute to a shift in conceptualizing care—from the traditional identification of general risk factors towards more tailored prevention strategies in the sense of personalized medicine

William Genieys et Matthias Brunn reviennent sur la politique de la santé, sur l'état d'urgence sanitaire et la crise du coronavirus en France.

Selon une enquête du Point, l’ARS du Nord bloque la mise en place de tests pour le Covid-19 pour une histoire de "problème de norme". Une situation ubuesque, symbole du poids de l'administration en France, qui semble dicter sa loi même face à la volonté du gouvernement.

1
vues

0
téléchargements
Un député de la majorité cité par Le Monde qualifiait ainsi la stratégie pour sortir du confinement, trahissant l’éternelle présence du techno centralisme qui a réduit l’efficacité de l’État depuis le début de la crise.

in Midi libre Publié en 2020-04-21
BRUNN Matthias
6
vues

0
téléchargements
1ères lignes : L’ancien ministre de la Santé et professeur de médecine, Philippe Douste-Blazy, a lancé avec un certain nombre de confrères une pétition #NePerdonsPlusDeTemps# appelant à la généralisation du traitement du Covid-19 avec la chloroquine. Cette demande portée par d’éminents spécialistes reprend la stratégie d’atténuation de la maladie promue par le professeur Didier Raoult depuis la mi-mars. Médias, réseaux sociaux et classe politique se sont saisis de la controverse pour rejouer le match autour des protocoles scientifiques de la médecine. Comment en est-on venu collectivement à se passionner pour des règles de l’art élitistes et incompréhensibles pour le profane en lieu et place de celle des ballons rond ou ovale ?

Suivant