Co-auteur
  • HORVATH Christina (1)
  • BERTHIAUME Marc (1)
  • ARTIOLI Francesca (1)
  • SIMOES Jean-Manuel (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Communication non publiée (15)
  • Article (7)
  • Compte-rendu d’ouvrage (5)
  • Partie ou chapitre de livre (2)
  • Voir plus
23
vues

0
téléchargements
This article deals with the implementation of cross-sectoral programmes for urban regeneration. Contributing to the literature on social mixing in housing and to debates within the third generation implementation research, it argues that concepts of governing and implementing should be differentiated. Based on a case study of a cross-sectoral, multi-layered and multi-actor programme for urban regeneration of low-income neighbourhoods in Paris, it shows that governing relates to ‘power over’ a multidimensional policy problem, while implementing corresponds to ‘power to’ take action in a certain policy sector. This conceptual distinction allows the scrutiny of vertical and horizontal governance structures within cross-sectoral urban programmes, showing the complexity of integrated housing initiatives. Following Matland’s synthesis, the article argues that his variables of ambiguity and conflict cannot be isolated from one another. Indeed, the level of ambiguity around initial policy goals produces a proportional degree of conflict during the implementation phase.

1ères lignes : Lynne B. Sagalyn, professeure à la Columbia University Business School, signe un livre fleuve d’une richesse et d’une érudition incontestables au sujet de la reconstruction du site du World Trade Center après les attentats du 11 septembre 2001. Vingt-et-un chapitres répartis en six parties construites de façon chronologique permettent de suivre les grandes étapes de ce projet titanesque. L’auteure rend compte des négociations et des tractations ayant traversé le lancement, la définition et la réalisation des opérations dans ce quartier dont la charge symbolique, la prégnance politique et la valeur économique sont indéniables. Le cas des six hectares de Ground Zero permet d’entrevoir la complexité de la gouvernance new-yorkaise, d’y mesurer l’importance des relations entre promoteurs privés et responsables publics, et de comprendre la multiplicité des enjeux politiques, économiques et mémoriels d’un tel projet.

32
vues

0
téléchargements
Cette publication n'a pas de résumé

Publié en 2018-10 Nom de la conférence Vers une sociologie économique de la ville
18
vues

0
téléchargements
Cette communication n'a pas de résumé

19
vues

0
téléchargements
Cette communication n'a pas de résumé

41
vues

41
téléchargements
Cet article soutient que les études urbaines n’ont pas atteint un statut de discipline clairement définie en France en raison des conflits épistémologiques qui traversent le champ des sciences sociales de l’urbain. A partir de l’exemple d’un protocole d’enquête relatif à la mise en œuvre des programmes français de rénovation urbaine et suite à un examen de quelques-uns des travaux et perspectives ayant fondé les études urbaines en France, l’article propose de mettre davantage en dialogue les travaux de ce champ de recherche dans une logique d’interdisciplinarité favorable à la structuration d’une discipline spécifique.

Publié en 2018-04 Nom de la conférence Franchir les frontières bureaucratiques. Acteurs et ressorts des débordements sectoriels dans l’action publique
24
vues

0
téléchargements
Cette communication n'a pas de résumé

À partir de l'étude du projet de rénovation des logements sociaux de Lathrop dans la ville de Chicago (Illinois), cet article analyse les effets de la participation des publics-bénéficiaires sur la mise en œuvre de l'action publique. Les habitants de ce quartier se sont opposés au projet pour lequel ils ont été sollicités. Leur usage des dispositifs participatifs a entraîné la constitution d'un mouvement protestataire ayant abouti au blocage du projet pendant plusieurs années. Les processus participatifs peuvent donc échapper aux acteurs publics ou privés qui en ont la responsabilité. Il apparaît que la participation a ouvert une fenêtre d'opportunité pour la contestation et que ses outils ont constitué autant de structures mobilisatrices à partir desquelles les citoyens-bénéficiaires se sont organisés et ont cadré leurs revendications. Pourtant, l'article met aussi en avant la complexe adaptation des programmes publics en réponse à l'inclusion des publics-cibles. Il conclut que les limites de la participation se situent peut-être davantage dans l'incapacité des acteurs publics à apprendre de ces processus plutôt que dans la manipulation des dispositifs participatifs ou des conflits qui en émergent.

Publié en 2017-12 Nom de la conférence Journées d’étude « La suburbia nord-américaine en transition »
0
vues

0
téléchargements
Cette communication n'a pas de résumé

Examinant les cadres institutionnels distincts des régimes d'Etats-Providence français et étatsuniens ainsi que les modes différents de gouvernance des programmes de transformation des quartiers populaires des villes de Paris et de Chicago, cet article distingue les notions de « gouvernance » et de « mise en œuvre ». Gouverner correspond à la manière dont on souhaite mettre en œuvre et se réfère davantage à des programmes d'action publique. Mettre en œuvre signifie concrétiser et accomplir une activité dans le cadre d'une politique sectorielle spécifique. En outre, ce papier démontre qu'un régime d'investissement social stratégique est relayé par le programme national pour la rénovation urbaine français alors qu'un régime d'Enabling State semble s'imposer aux Etats-Unis. Il rend finalement compte de l'entrecroisement des échelles de réalisation nationales, municipales et locales des programmes publics et témoigne de la force explicative des démarches de recherche comparatives.

Suivant