Coauthor
  • MAYER Nonna (30)
  • MICHELAT Guy (29)
  • TIBERJ Vincent (28)
  • COUSIN Bruno (18)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (106)
  • Article (84)
  • Conference contribution (45)
  • Newspaper article (13)
  • Show more
L’objectif du rapport est une évaluation des systèmes de tarification sociale mis en place dans des contextes différents et s’appliquant aux usages domestiques. Grâce à l’analyse comparative, et en détaillant 9 études de cas représentant un échantillon significatif des modèles de tarification sociale existants, nous aborderons dans des contextes géopolitiques variés la question d’une eau accessible et abordable pour tous. Ce rapport ne vise pas à apporter des réponses catégoriques à ces questions, mais plutôt à apporter des pistes de réflexion à la lumière des diverses expériences déjà réalisées. Ainsi, la mise en lumière d’échecs et d’erreurs nous parait aussi enrichissante que les exemples de réussite et de « bonnes pratiques » en termes d’équité sociale et de justice environnementale. L'introduction nous a permis de resituer la question de l’eau et du droit à l’eau dans son large contexte. Dans le chapitre 2, nous proposons un premier tour d’horizon des questions liées au prix de l’eau, ainsi qu’une typologie simple des divers modèles de tarification existants, en en présentant les principes de base. Le chapitre 3 aborde l’étude détaillée de 9 villes d’Asie, d’Afrique, d’Amérique Latine et d’Europe, en fournissant pour chacune une mise en contexte, une présentation des acteurs en présence et une analyse détaillée de la tarification actuelle. Les 9 études de cas que nous traitons suivent une structure identique et visent à aborder plusieurs dimensions de l’analyse : nous présentons le contexte national, les modes de gouvernance et les relations entre acteurs, puis nous nous intéressons aux politiques tarifaires et aux dispositifs sociaux en place, pour finalement proposer une étude d’impact. Si la structure est constante, l’intitulé de chacune des sous-parties révèle les spécificités de chaque étude de cas. Les titres présentent donc une première clé d’interprétation pour le lecteur sur le modèle abordé. Le chapitre 4 se propose de d’adopter une approche comparative et thématique, en reprenant point par point chacune des interrogations soulevées dans cette introduction. Enfin, sous le chapitre 5, nous développons une série de proposition et de recommandations pour construire des méthodes de tarification sociale plus efficaces, tenant compte des nombreux enjeux dont nous souhaitons souligner l’importance. Loin de viser à appliquer aveuglément des « bonnes pratiques », il s’agit au contraire de trouver des solutions adaptées aux contextes locaux pour faire face aux défis sociaux, environnementaux et financiers dans le domaine de l’eau.

Les systèmes politiques modernes sont construits sur la promesse implicite de la stabilité des populations qui les composent. Historiquement, le développement des droits civiques présupposait la limitation spatiale de leur jouissance en réalisant une superposition citoyenneté-nationalité. En ce sens, les phénomènes migratoires sont conçus et traités comme une anomalie à réguler et à contrôler : stabiliser qui peut et qui ne peut pas rester sur un territoire devient un fait caractéristique du pouvoir d’un État. Cet ubi consistam de la politique moderne est toutefois mis à l’épreuve de la mondialisation, plus particulièrement avec l’immense facilité des êtres humains à se déplacer. Les phénomènes d’intégrations supranationales entrent en jeu comme facteurs de changement surtout l’intégration européenne et la liberté de circulation sur laquelle elle s’est fondée. Comment est-il possible de concilier les systèmes politiques des États et les mobilités transfrontalières croissantes ? Dans cette communication nous proposons des analyses empiriques sur les implications politiques de la mobilité internationale : l’implication politique des migrants, les droits et devoirs controversés des migrants, le clivage politique mobilité/sédentarité dans les campagnes électorales et dans la structurations des votes, les effets de la mobilité sur la légitimité des législations nationales et supranationales.

in La Croix Publication date 2018-06-22
HASENKNOPF Raphaël
3
views

0
downloads
1ères lignes : Le gouvernement italien a annoncé placer sous séquestre deux navires d’ONG, qu’il accuse de ne pas être enregistrés légalement. Une attaque de plus à l’encontre des ONG qui tentent de secourir des migrants. Le combat continue entre le ministre de l’Intérieur italien, Matteo Salvini (La Ligue), et les ONG de sauvetage de migrants en Méditerranée. Vendredi 22 juin, le ministre a réclamé sur Twitter que le navire de l’ONG Lifeline, qui compte actuellement 224 migrants, accoste à Malte et que l’équipage soit arrêté.Le ministre des Transports italien, Danilo Toninelli (M5S), accusait la veille les navires des ONG Lifeline et Seefuchs de battre « illégitimement pavillon néerlandais » et d’avoir secouru illégalement des migrants à la place des garde-côtes libyens. Les bateaux se sont vus refuser l’entrée au port de Lampedusa, pourtant port le plus proche, rappelant les péripéties l’Aquarius.Le navire Lifeline a sauvé 224 migrants au large des côtes libyennes (en eaux internationales) jeudi 21 juin au matin, dont 4 enfants en bas âge et 14 femmes. L’organisme réfute toutes les accusations d’intervention illégale. « Nous sauvons des personnes en état de nécessité.

in La solidarietà frammentata. Le leggi regionali sul welfare a confronto Publication date 2009-01
VITALE Tommaso
7
views

7
downloads
I processi di regionalizzazione dello Stato sociale caratterizzano, seppure in modi differenti, tutti i paesi europei, e hanno avuto un’accelerazione importante negli ultimi dieci anni.1 In Italia, uno dei vettori della regionalizzazione delle politiche sociali (assistenziali, socio-sanitarie e di supporto alle responsabilità familiari) è dato dal rilancio della programmazione sociale a livello locale: le Regioni hanno il mandato e la responsabilità di scrivere dei Piani regionali e di regolare e promuovere i Piani di zona, strumenti dell’integrazione e della territorializzazione delle politiche. Questo processo mette in gioco nuove dinamiche di rapporto fra livelli di governo, nonché differenti modalità di esercitare la potestà regionale in materia di politiche sociali (...).

in L’esperienza del New Labour. Un’analisi critica della politica e delle politiche Publication date 2014-10
BIORCIO Roberto
2
views

2
downloads
Le ripetute vittorie elettorali di Tony Blair, il suo impegno per la mo- dernizzazione e l’innovazione della politica, il tentativo di delineare una “Terza Via” fra la sinistra e la destra, avevano naturalmente suscitato atten- zione e spesso un’aperta simpatia fra i diversi studiosi e giornalisti che si auguravano un analogo rinnovamento anche per la sinistra italiana. Gli effetti concreti del neolaburismo sul sistema politico italiano sono stati, però, per molto tempo quasi inesistenti. L’avvento del governo Renzi ha in parte cambiato le cose. Il capitolo ricostruisce l’influenza del New Labour sul sistema politico italiano, sia a sinistra che a destra. Esso inoltre discute gli aspetti teorici e metodologici più importanti della sociologia politica di Faucher e Le Galès, mettendo in luce l’importanza di una lettura sociologica del rapporto fra azione di governo e cambiamento sociale.

in In nome di chi? Partecipazione e rappresentanza nelle mobilitazioni locali Publication date 2007
VITALE Tommaso
7
views

7
downloads
Da sempre le città sono luoghi di conflitto. Gruppi più o meno organizzati protestano, contestano, criticano, negoziano, si indignano, fanno accordi e compromessi, scendono in piazza, invadono le strade e costruiscono spesso servizi e risposte mutualistiche. Ma anche in questo caso, a volte tornano a sfidare, pungolare e pressare i politici eletti, problematizzando temi esclusi dall’agenda politica. Le linee di conflitto che si aprono fra partecipanti e rappresentanti eletti democraticamente sono tensioni generative per la vita democratica urbana. Ma nelle città non ci sono solo contrasti fra partecipanti e rappresentanti: emergono anche le tensioni fra partecipanti e rappresentati. I movimenti urbani prendono la parola e parlano in nome di qualcuno. In nome degli abitanti, dei cittadini, dei lavoratori, delle donne. Si attivano e, nel partecipare, avanzano proposte e critiche in nome di un gruppo più ampio, che provano a rappresentare. Non è detto, però, che i soggetti in nome di cui i movimenti urbani parlano accettino di essere rappresentati, anche perché le pratiche di protesta non convenzionale e di azione diretta non hanno forme legittime di rappresentanza, sorvegliate e periodicamente messe alla prova. Il libro affronta le diverse linee di tensione fra partecipazione e rappresentanza attraverso una pluralità di voci e approcci teorici. Costruito sulla base di alcuni studi di caso – Berlino, Buenos Aires, Grenoble, Firenze, Los Angeles, Milano, New York, Palermo, Parigi, Venezia – vede la collaborazione di studiosi di movimenti e conflitti urbani di fama internazionale: Massimiliano Andretta, Marion Carrel, Daniel Cefaï, Nina Eliasoph, Charlotte Halpern, Margit Mayer, Andrea Membretti, Nicola Montagna, Lorenzo Mosca, Gabriel Nardacchione. Dai problemi di rappresentanza interna ed esterna dei movimenti urbani ai processi di istituzionalizzazione, dai rapporti fra movimenti urbani, partiti, sindacati e movimenti per la giustizia globale all’azione collettiva su scale differenti, dal ruolo degli esperti e dei tecnici alle tensioni fra fornitura di servizi e rappresentanza di interessi, il volume sviluppa le diverse tematiche articolando costantemente analisi empirica e riflessione teorica.

in Global Islamophobia: Muslims and Moral Panic in the West Publication date 2012-05
3
views

3
downloads
During the 2000s, the intellectual field played a determinant role in the development of islamophobia in Italy. Beyond the public declarations of numerous right-wing political leaders opposed to multiculturalism regularly proclaiming the moral inferiority of Islam, and a level of popular and institutional hostility towards Muslims that constitutes a record for Western Europe (EUAFR 2009), we find in Italy the mobilization of cultural producers behind an intellectual Islamophobia (...).

in Mouvements Publication date 2002
COUSIN Bruno
VITALE Tommaso
3
views

3
downloads
Le champ intellectuel français a jusqu’ici été peu concerné par la controverse provoquée en Italie, après les attentats du 11 septembre, par la publication de La rage et l’orgueil, véritable manifeste anti-islamique présentant des thèses violemment xénophobes. Après sa parution en français et hélas le succès de librairie qui s’annonce, il convient de revenir sur le contenu du livre qui, avec plus d’un million d’exemplaires vendus, caracole toujours en tête du classement des best-sellers de la Péninsule [Premier paragraphe]

Next