Co-auteur
  • ROSENTAL Paul-Andre (26)
  • VINCENT Michel (16)
  • CATINON Mickaël (7)
  • CHEMARIN Cécile (6)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (23)
  • Communication non publiée (11)
  • Partie ou chapitre de livre (5)
  • Poster (4)
  • Voir plus
Through the concept of “thought collectives” in particular, Ludwik Fleck was a pioneer in demonstrating how much scientific knowledge is inherently made up of social and historical material. In this article, I propose to follow a Fleckian path by comparing the proceedings of the 1930 International Labour Office Conference on silicosis in Johannesburg on the one hand, and on the other the content of the debates that took place in France in the 2000s to revise the “tables” of occupational diseases which define the compensation rules for salaried workers in the French general (as well as the farm) health insurance scheme. The text offers an analysis of the striking similarities between these two distant sources, pointing out particularly the repetitiveness of ignorance and knowledge, and the nature of what can be admitted as a body of “evidence” in medico-legal issues such as the definition and compensation of occupational diseases. Am. J. Ind. Med. 58:S59–S66, 2015. © 2015 Wiley Periodicals, Inc.

in Le monde privé des femmes. Genre et habitat dans la société française Publié en 2018-10
DIETRICH-RAGON Pascale
BONVALET Catherine
14
vues

0
téléchargements

Publié en 2014-01
ASSAAD Souad
BLANCHET Anne-Sophie
CATINON Mickaël
CHEMARIN Cécile
THIBERVILLE Luc
VUILLERMOZ Sylvie
1
vues

0
téléchargements

Publié en 2014-01
ASSAAD Souad
BLANCHET Anne-Sophie
CHEMARIN Cécile
CATINON Mickaël
VILLAR Emmanuel
VUILLERMOZ Sylvie
6
vues

0
téléchargements

in Sarcoidosis, Vasculitis and Difusse Lung Diseases Publié en 2018-11
CATINON Mickaël
CHEMARIN Cécile
2441/CS615OE09G5Q46LVT0UP957R
ROUX Elisabeth
PECQUET Mathieu
BLANCHET Anne-Sophie
VUILLERMOZ Sylvie
PISON Christophe
ARBIB François
BONNETERRE Vincent
VALEYRE Dominique
FREYNET Olivia
MORNEX Jean-François
PACHECO Yves
FREYMOND Nathalie
THIVOLET Françoise
KAMBOUCHNER Marianne
BERNAUDIN Jean-François
NATHALIZIO Audrey
PRADAT Pierre
26
vues

0
téléchargements

11
vues

0
téléchargements
Depuis Albert le Grand et Thomas d’Aquin, les économistes chrétiens n’ont cessé d’explorer les notions de valeur d’échange, de valeur-travail et de valeur d’usage, en vue de les rendre compatibles avec la justice commutative et la justice distributive telles que les définit la théologie morale. Face à l’essor des théories subjectives de la valeur chez les économistes néo-classiques, le dominicain Louis-Joseph Lebret (1897-1966) et l’économiste François Perroux (1903-1987), ainsi que d’autres penseurs chrétiens de leur génération, ont soumis l’efficacité économique à la notion de « valeur humaine », à la rencontre entre théorie économique et enquête sociale empirique. Soucieux de réintroduire le choix politique en amont des décisions économiques, ils ont joué un rôle d’experts au service de la modernisation de l’Etat français après la seconde guerre mondiale, avant de s’engager dans une forme originale de tiers-mondisme. Rome, qui a adopté cette pensée de la valeur humaine au moment du concile Vatican II (1962-1965), la réinvestit aujourd’hui dans son combat contre la biopolitique moderne.

Suivant