Coauthor
  • PARIZOT Cédric (3)
  • DAKHLI Leyla (1)
  • RUNDELL Ethan (1)
  • RICHARD Thomas (1)
Document Type
  • Article (16)
  • Part or chapter of a book (4)
  • Book (2)
  • Periodical issue (2)
  • Show more
in Israël/Palestine. L'illusion de la séparation Sous la direction de LATTE Stephanie, LATTE Stephanie, PARIZOT Cédric Publication date 2017-09-29
14
views

14
downloads
Après la seconde Intifada (2000-2004), de nouveaux dispositifs territoriaux, militaires et institutionnels ont été mis en œuvre par les autorités israéliennes. Ils ont visé à pérenniser l'occupation des Territoires Palestiniens (TP) quand l'objectif n'a plus été d'aboutir à une solution négociée mais de gérer un conflit de basse intensité envisagé comme durable. Le redécoupage de l'espace a isolé les espaces palestiniens les uns des autres, a permis leur potentiel bouclage tout en gérant les mobilités entre eux...

in Esprit Publication date 2018-08
26
views

0
downloads
Plan de l'article : La fin de la solution à deux États La Grande Marche du retour Une longue histoire de résistances La Nakba continue

in The Conversation Publication date 2018-06-14
RICHARD Thomas
32
views

0
downloads
« Qu’est-ce qui m’attend dans la direction que je ne prends pas ? » écrivait Jack Kerouac dans Les Souterrains. Ici, la question est plutôt, qu’est-ce qui m’attend dans la direction que je ne peux pas prendre ? Inner Mapping de Stéphanie Latte Abdallah et Emad Ahmad appartient à la catégorie des road-movies, mais sur un terrain où les routes égarent. Lors des reportages en Palestine, des mots reviennent : barrages, routes de contournement, routes interdites, murs, clôtures, mais à force d’être répétés, ces termes ont fini par prendre une connotation abstraite, vue de l’extérieur, et avec eux, c’est la représentation elle-même du pays qui a fini par devenir elle aussi abstraite.

0
views

0
downloads
L’enfermement est une expérience centrale dans les Territoires palestiniens occupés par Israël en 1967. Depuis cette date, près d’un tiers des Palestiniens ont été incarcérés dans les établissements pénitentiaires israéliens pour des raisons politiques. Ce mouvement concerne aussi les femmes. Plusieurs générations se sont succédé et différents modes d’incarcération ont créé des subjectivités distinctes. Jusqu’à la première Intifada, en 1987, les femmes emprisonnées étaient des politiques engagées dans la résistance à l’occupation de la Cisjordanie et de la bande de Gaza. Puis les arrestations sont devenues plus massives. L’engagement des premières prisonnières s’est d’abord construit vis-à-vis de leurs pères, comme un héritage ou une transmission ancrés sur des traumatismes d’enfance liés à l’occupation. Le moment carcéral a contribué à élaborer des engagements politiques qui ont aussi été des engagements féministes et la prison reconstruite comme un lieu d’apprentissage affirmant une identité de prisonnière politique, forgée dans les luttes conduites pour améliorer les conditions de détentions et renforçant le corps collectif national palestinien. Ces combats ont fortement mis en jeu les corps féminins particulièrement éprouvés par l’incarcération et les interrogatoires. Parce que le corps des femmes et leur sexualité représentent un enjeu au sein de la société palestinienne, les interrogateurs les ont utilisés comme moyens de pression. En retour, des argumentaires se sont construits pour protéger les femmes de l’opprobre jeté sur les ex-détenues. La prison a été un lieu majeur où la société a fait corps contre l’occupant. Mais avec l’échec des accords d’Oslo, la seconde Intifada en 2000 et le durcissement du système carcéral et les divisions partisanes palestiniens, ce corps collectif est de plus en plus éprouvé par la politique israélienne du tout carcéral.

Le terme de féminisme islamique apparaît simultanément en plusieurs lieux du globe dans les milieux intellectuels et universitaires des années 1990. Il est élaboré tout d’abord en Iran où plusieurs revues mettent en lumière les interprétations sexistes des textes religieux par le clergé, incarnées dans le droit musulman. Ces publications contribuent à diffuser des travaux d’interprétation du Coran (tafsir) et de réflexion sur la jurisprudence islamique (fiqh) de femmes et d’hommes faisant valoir les droits conférés aux femmes par l’islam. Ce courant revendique notamment un droit à l’interprétation (ijtihad) susceptible de promouvoir l’égalité des sexes, des rôles nouveaux dans les rituels et les pratiques religieuses, des changements dans les domaines du droit familial, du droit pénal, et des pratiques juridiques et politiques...

0
views

0
downloads
This article focuses on conjugal love as an articulated, lived emotion; on relationships between spouses within the context of the family; and on how these emotions and relations have changed over time in Palestinian refugee camps in Jordan. Based on interviews with four generations of Palestinian camp women, the article charts evolving marital patterns and attitudes toward marriage in relation to changing political circumstances and diverse influences. Particular emphasis is given to the third generation and the emergence of individualization of choice and its consequences. The influence of the family and the role of protection in the formation of conjugal bonds are also addressed.

in Israël/Palestine. L'illusion de la séparation Sous la direction de LATTE Stephanie, LATTE Stephanie, PARIZOT Cédric Publication date 2017-09-29
PARIZOT Cédric
29
views

29
downloads
La politique de séparation israélienne mise en œuvre depuis les années 1990 n'a pas coupé les relations entre Israéliens et Palestiniens, elle les a profondément transformées. Partant de ces interactions et des espaces qu'elles structurent, ce livre propose d'apporter une compréhension plus nuancée du fonctionnement du régime d'occupation et des frontières entre Israël, la Cisjordanie et la bande de Gaza. En outre, en proposant un détour par les expériences d'autres populations (Palestiniens du Sud Liban, Libanais de Galilée, migrants venus d'Afrique et d'Asie) ce livre souligne combien le discours sur la séparation masque d'autres constructions et pratiques des espaces israélo-palestiniens...

2
views

0
downloads
From 1967 till today, the gendered subjectivities of Palestinian activists incarcerated in Israel have evolved according to their political and armed mobilizations and the conditions of their detention. Up till the First Intifada, prison was a site of training for political women who asserted their activism in the context of secular parties (Fatah, leftwing parties) and feminism. When, in the course of interrogations, the Israeli intelligence services turned to forms of physical and psychological abuse tied to their gender and sexuality, these women violently experienced the conflict at the level of their bodies. In response, they resignified these stigmata as so many markers of their engagement. Following the Oslo peace agreement, their actions became more diversified. Faced with the repression of the Second Intifada, they threw themselves into martyrdom operations. Violence, however, is denied in their accounts and bodies appear sexualized and feminine. Secular activists were then joined by others belonging to religious parties (Hamas, Islamic Jihad). As the experience of incarceration became commonplace, new ways of living beyond prison gradually emerged. Former inmates established feminine collective networks and their activism and periods of imprisonment came to be seen as sources of transformation for gender relations.

Next