Co-auteur
  • VERVAECKE Philippe (1)
  • ROLLAND-DIAMOND Caroline (1)
  • NDIAYE Pap (1)
  • COHEN James (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Livre (2)
Publié en 2013-09 Collection Histoire des grandes villes du monde
ROLLAND-DIAMOND Caroline
34
vues

0
téléchargements
Une histoire sociologique, politique et industrielle de Chicago, modeste hameau en 1820 qui s'est imposé dès 1870 comme l'une des métropoles économiques les plus importantes des États-Unis. (Résumé éditeur)

Sous la direction de COHEN James, DIAMOND Andrew, Centre de recherches internationales Publié en 2012-03 Collection Recherches Internationales
VERVAECKE Philippe
2
vues

0
téléchargements
Aux États-Unis, en Grande-Bretagne, en France, le début du millénaire a vu se multiplier des discours épurés de toute référence à la catégorie de « race ». La tolérance et la diversité sont désormais les registres dominants que l’on emploie pour parler de questions relevant auparavant de cette dernière. Ainsi, aux États-Unis, l’élection de Barack Obama a donné un puissant élan à ce que Thomas Sugrue nomme le « grand récit de la réconciliation raciale », en dépit de la racialisation évidente des inégalités sociales. De part et d’autre de l’Atlantique, la notion de color-blindness gagne en influence. Elle dissimule une forme de racisme culturel, ou de racisme différentialiste, qui se diffuse dans la sphère publique, et que revendiquent même parfois certains responsables politiques. Cette évolution intervient dans un contexte de remise en cause des modèles nationaux d’intégration et de déclarations catégoriques sur le prétendu échec du multiculturalisme : prises de position dont l’objet est de critiquer des politiques jugées trop différentialistes, tout en pointant du doigt certaines catégories de la population dont l’intégration s’avérerait problématique. Ce volume se propose de mieux comprendre les logiques sociales de racialisation, et leur rapport au politique, dans une perspective comparative et en recourant à différentes disciplines. Il pratique une forme d’« histoire du présent », à la fois empirique et théorisée. Celle-ci est de salubrité publique à l’approche d’échéances électorales cruciales, en Europe comme en Amérique, alors que les problématiques identitaires conservatrices, sinon réactionnaires, effectuent un retour en force dans le débat politique et l’exercice du pouvoir.