Co-auteur
  • OLIVIER Alice (6)
  • DURU-BELLAT Marie (4)
  • OLLER Anne Claudine (3)
  • DARCHY-KOECHLIN Brigitte (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Communication non publiée (48)
  • Partie ou chapitre de livre (41)
  • Article (37)
  • Livre (17)
  • Voir plus
This article focuses on differences between French secondary schools regarding how students are channelled into higher education (HE) and the impact of these processes on educational inequalities. The concept of channelling is used to analyse how school professionals adapt their guidance practices according to both students' academic and social status and their predicted futures. Drawing on ethnographic data from two schools in Paris, we provide a detailed examination of school professionals' discourses and of institutional devices orienting students' higher education choices. The interpretations involve four different themes: how and how much school professionals engage with the transition to HE; the explicit and implicit messages regarding HE guidance present in their words and actions; the routes they encourage students to take or to avoid; and the rationale behind these practices. The conclusions emphasise the inequalities across schools in terms of the amount and type of attention that students receive and the kind of educational horizons that are presented to them.

in Les écoles et leur réputation. L’identité des établissements en contexte de marché Sous la direction de DRAELANTS Hugues Publié en 2016
21
vues

0
téléchargements
Les « journées portes ouvertes » (JPO) des institutions d’enseignement supérieur (IES) sont présentées par leurs organisateurs et par les divers prescripteurs intervenant auprès des futurs étudiants comme des occasions pour ces derniers de découvrir les offres de formation de différentes IES, de s'informer sur l'organisation des études, leur coût ou leurs débouchés professionnels ainsi que de demander des conseils concernant les procédures d'admission ou les attentes du corps professoral. Ces journées sont néanmoins aussi le lieu où prend place un processus social d'« appariement statutaire » (status matching) (Podolny, 1993) des établissements et des futurs usagers. Pour étudier ce processus, nous analysons dans ce chapitre des observations des JPO de 9 IES situées dans l’espace francilien.

Les « journées portes ouvertes » (JPO) des institutions d’enseignement supérieur (IES) sont présentées par leurs organisateurs et par les divers prescripteurs intervenant auprès des futurs étudiants comme des occasions pour ces derniers de découvrir les offres de formation de différentes IES, de s'informer sur l'organisation des études, leur coût ou leurs débouchés professionnels ainsi que de demander des conseils concernant les procédures d'admission ou les attentes du corps professoral. Ces journées sont néanmoins aussi le lieu où prend place un processus social d'« appariement statutaire » (status matching) (Podolny, 1993) des établissements et des futurs usagers. [Premier praragraphe du working paper]

This article focuses on the interplay between institutional arrangements, family strategies, and market devices in the transition to higher education (HE) in France with a view to documenting both persistent features of the French ‘conservative’ educational regime and recent changes, in particular those related to neo-liberal influences. Using a theoretical model inspired by research on welfare regimes and integrating key elements of the sociology of networks, institutions, and markets, as well as data from a comprehensive qualitative study, the article focuses on three main topics: the impact of both institutional stratification and family choices on segregation and channelling into HE; the framing of students’ choices generated by impersonal policy instruments and personal human guidance; the role of private providers and agencies, as well as the devices they use to influence students’ transition to HE. The conclusion emphasises the impact of these different processes on the perpetuation of educational inequalities.

Le travail éducatif parental revêt des formes différentes dans les classes moyennes et supérieures d’un côté et dans les classes populaires de l’autre, en raison de l’inégale répartition des ressources, mais aussi de conceptions différentes de ce que constitue un bon encadrement éducatif. Les membres du premier groupe mettent en œuvre un ensemble de pratiques cohérentes qui leur permettent de contrôler la socialisation et scolarisation de leurs enfants. Ils le font au travers de deux modalités : soit un encerclement protecteur autour de l’enfant visant à recréer un entre soi de classe, soit un modelage en douceur par le dialogue et l’argumentation visant à reproduire des habitus intellectuels et sociaux.

in Actes de la recherche en sciences sociales Publié en 2009
34
vues

34
téléchargements
Les choix parentaux des établissements scolaires entretiennent une relation étroite avec la ségrégation scolaire. En s’appuyant sur des recherches réalisées à Rueil-Malmaison, Nanterre, Vincennes et Montreuil, il s’agit dans cet article d’analyser les opérations mentales et pratiques qui conduisent les parents à construire certains groupes sociaux comme « différents de soi » : par l’établissement des liens entre cette conception et des raisonnements, des visées et des valeurs concernant la scolarité de leurs enfants, elles en font le mobile principal de la fuite de certains établissements. Parallèlement sont explorées des opérations de même type qui conduisent à construire d’autres groupes comme « proches de soi » et à les concevoir comme des ressources sociales facilitant la construction de stratégies par leur capacité à pourvoir des jugements, des informations et des moyens d’action.

in The British Journal of Sociology Publié en 2015
MAXWELL Claire
14
vues

14
téléchargements
Employing a Weberian understanding of the centrality of a strong bureaucracy in the modern nation-state, this article examines the relationship between the state and elite education in France. Through a historical analysis and an examination of two current issues facing education – widening participation and pressures to internationalise – we illustrate how the legitimacy of the administrative and political establishments, as well as the status granted to elite education tracks, has been largely preserved. Furthermore, dominant social classes have actively played a role in this alliance, thereby limiting the circle of eligible individuals who can aspire to future elite positions.

in Anthropologies of education. A global guide to ethnographic studies of learning and schooling Publié en 2012
6
vues

0
téléchargements

Suivant