Co-auteur
  • DURAND Marie-Françoise (7)
  • CHOPIN Thierry (6)
  • BULMER Simon (4)
  • SMITH Andy (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (30)
  • Partie ou chapitre de livre (26)
  • Contribution à un site web (15)
  • Livre (14)
  • Voir plus
3
vues

0
téléchargements
Seit rund 20 Jahren hat die Europäische Union ihren Charakter verändert. In vielerlei Hinsicht ist sie zu einer Institution geworden, die sich von den Vorstellungen der Gründerväter unterscheidet. Christian Lequesne, Direktor beim renommierten Zentrum für die Erforschung internationaler Beziehungen (CERI) bei SciencesPo, stellt in seinem Buch die Frage, welche Beziehung Frankreich zu diesem „neuen Europa“ entwickelt hat. Der Autor ist seit Langem ein aufmerksamer Beobachter der Europapolitik Frankreichs, aber auch der Politik der EU, der Entwicklung ihrer Institutionen und des bislang fortgeführten Erweiterungsprozesses. In der vorliegenden essayistischen Darstellung erklärt der Grosser-Schüler Lequesne die Gründe für die eher reservierte Haltung des Nachbarlandes gegenüber diesem Prozess und warum die französischen Eliten wie auch die Gesellschaft so viel Mühe damit haben, die Rolle ihres Landes angesichts der veränderten Verhältnisse neu zu definieren und positiv umzuformulieren. Gleiches gilt im Übrigen, so legt der Autor dar, für die Globalisierung und ihre Folgen. Um diese Haltung genauer zu verstehen, zeichnet Lequesne die Positionen der französischen Außenpolitik seit 1989 nach, indem er unter anderem die Gründe für das Scheitern der Mitterand’schen Idee einer Konföderation mit den mittelosteuropäischen Staaten, aber auch des späteren Schäuble / Lamers – Plans für ein Kerneuropa beschreibt. Um wieder eine bedeutsame Rolle im veränderten Europa zu spielen, empfiehlt Lequesne seinen Landsleuten, auf eine bestimmte Denkfigur zu verzichten, nämlich die, die Welt von einer Position der behaupteten „französischen Besonderheit“ her zu denken. Er schlägt Wege vor, die Frankreich beschreiten sollte, um wieder einen Platz in Europa zu finden, aber mehr noch, um Europa wieder einen Platz in Frankreich zu verschaffen.

19
vues

0
téléchargements
Entretien avec Christian Lequesne, réalisé par Vincent Liquète et Anne Lehmans.

in Pohyb a začlenění. Francouzská perspektiva Publié en 2016-02
2
vues

0
téléchargements
Christian Lequesne, profesor na Science Po v Paříži a přední francouzský odborník na politické vědy, se v předmluvě k úvodu knihy Pohyb a začlenění vyslovuje k migrační situaci ve Francii. Francie je země s bohatou zkušeností přijímání generací přistěhovalců, z nichž si již mnozí nekladou otázku svého vlastního původu, jelikož sami sebe považují za plnohodnotné Francouze. Lequesne zmiňuje koncepci občanství spočívající v přijetí laických principů republiky, která celým generacím přistěhovalců usnadnila integraci do francouzské společnosti. Zároveň ale také upozorňuje na možná úskalí spojená s nelegální migrací a na narůstající otevřené požadavky práva na vlastní specifičnost některých přistěhovalců (viz šátky ve školách u muslimských dívek apod.), jež vyvolávají ve francouzské společnosti vášnivé debaty.

Erigée dès le XVIIème siècle en principe de droit international, la liberté de navigation entre les nations a induit en parallèle la liberté de pêche. Dans son célèbre Mare Liberum publié en 1609, le juriste néerlandais Grotius opposait «la capture du poisson en rivière, qui ne peut être libre car cela conduirait à son rapide épuisement, à la pêche en mer qui est libre, car il est impossible d'en épuiser les richesses» (...).

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2009-12
0
vues

0
téléchargements
La crise économique et l’élection d’Obama ont ramené la notion de gouvernance mondiale au coeur du débat. Bien que général, le terme vise à décrire l’acceptation d’un monde multipolaire plus que bipolaire auquel s’ajoute la reconnaissance du pouvoir des grands Etats dits émergents (Chine, Inde, Brésil, etc.)...

0
vues

0
téléchargements
Christian Lequesne analyse les perspectives européennes de la France après l'élection présidentielle.

15
vues

0
téléchargements
La crise économique de 2008 a fait entrer le monde dans un nouveau cycle que l’on peut qualifier de post-libéral. Le cycle précédent s’était ouvert dans les années 1980 et avait été confirmé par la fin de la Guerre Froide. Il reposait sur la croyance aux bienfaits de l’échange et de l’ouverture des sociétés aux flux extérieurs, qu’ils soient commerciaux, technologiques, humains (l’immigration) et culturels. Ce fut la période des sociétés ouvertes dont les libéraux ont toujours rêvé. Le pari des libéraux - de gauche et de droite - a toujours été que l’ouverture des sociétés permettrait de dépasser les clivages sociaux et d’offrir à chaque individu l’opportunité de s’élever. Il s’agit en ce sens d’un modèle normatif infiniment moins désespéré que celui qui consiste à considérer la lutte des classes et la domination comme des principes inévitables. Sauf que le libéralisme est un modèle normatif qui est parfois contredit par la réalité sociale. C’est exactement ce à quoi assiste le monde occidental à l’aube de cette année 2017. Un quart de siècle d’ouverture des frontières a profité à ceux dotés d’un capital culturel mais n’a pas réussi à apporter des bénéfices évidents à ceux moins éduqués et plus fragiles. Le résultat est une polarisation accrue des peuples et des élites, au lieu d’un grand rapprochement. [Premier paragraphe]

4
vues

4
téléchargements
Les pêcheurs européens ont une représentation de leur activité qui reste étroitement liée à des communautés professionnelles, nationales et locales. La politique commune de la pêche de l'Union européenne a pris en compte cette représentation territoriale dans ses principales réglementations. A partir des années 1980, la logique territoriale se trouve néanmoins en contradiction avec les règles du libre marché, ce qui a notamment permis aux armateurs d'Espagne et des Pays-Bas d'acheter des navires et des licences de pêche à d'autres pays de l'Union européenne (comme la France et le Royaume-Uni) - une pratique dénoncée par les pêcheurs britanniques sous le terme de quota hopping. Cette pratique illustre les contradictions dans lesquelles se trouve l'Union européenne, coincée entre l'héritage territorial d'une activité économique et un processus de déterritorialisation induit par les normes du libre marché. Les capteurs de quotas sont de plus en plus à même de contourner les Etats en se servant des ressources institutionnelles offertes par l'UE.

21
vues

0
téléchargements
Cet article est une réflexion critique sur la« logique du praticable » de Vincent Pouliot quia contribué depuis dix ans à faire progresser lathéorie des Relations internationales. À partir de leurspropres travaux, les auteurs formulent trois questionnements relatifsà la « logique du praticable ».D’abord, ils s’interrogent sur l’enchâssementde la « logique du praticable » avec les logiquesréflexives dans la construction théorique de VincentPouliot. Ensuite, ils réfléchissent à sonopérationnalisation méthodologique. Enfin, ils examinentle statut des données empiriques et de leurs usages. Afind’assumer la rupture prônée par Vincent Pouliot, lesauteurs invitent à considérer plusieurs« logiques du praticable » et à se tournerdavantage encore vers la recherche ethnographique de terrain pourrenouveler la théorie des Relations internationales.

4
vues

0
téléchargements
Débat organisé par le CERI dans le cadre de l'émission "Au fil des mots".

Suivant