Co-auteur
  • DIECKHOFF Alain (8)
  • GAYER Laurent (7)
  • VERNIERS Gilles (4)
  • KOHLI Atul (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (75)
  • Article (62)
  • Livre (38)
  • Article de presse ou magazine (20)
  • Voir plus
2
vues

0
téléchargements
Le parti du Congrès s’est vu refuser le titre de parti dominant par la plupart des spécialistes, qui soulignaient volontiers que cette formation n’avait jamais remporté une majorité des suffrages - son meilleur score se situant à 48,1 % en 1984 (voir le tableau ci-dessous) - et qu’il n’avait monopolisé le pouvoir qu’au cours d’une brève période, bien des États de l’Union indienne lui échappant dès les années soixante1. Néanmoins, ce parti appartient au groupe restreint des formations ayant exercé le pouvoir pratiquement sans interruption pendant près de cinquante ans dans un cadre démocratique2 (...).

21
vues

0
téléchargements
Sık sık “vatanseverlik”, “ulus”, “milliyetçilik” ve “etnisite” kelimelerini duyuyoruz, hatta kullanıyoruz. Peki, bu kavramların anlamları nedir? Ya da birbirlerinden farkları? Aslında anlamları ve aralarındaki fark çoğu zaman belirsiz; bazen aynı olguyu tanımlıyor, bazen çelişiyorlar.

8
vues

0
téléchargements
Nation, nationalisme : deux mots qui ne cessent d’être utilisés dans le langage commun, mais dont le sens reste souvent flou, voire contradictoire. L’ambition de ce volume est de donner un aperçu complet des recherches les plus récentes, qu’elles soient théoriques, normatives ou analytiques. Centré sur l’étude du nationalisme – concept nettement distinct de celui de nation –, le livre s’intéresse tant aux théories qu’aux pratiques, qu’elles soient européennes ou nord-américaines, post-coloniales, anciennes ou contemporaines. L’analyse des théories du nationalisme, abordées dans une perspective critique, apporte de précieuses clarifications conceptuelles et remet en question nombre d’oppositions canoniques : universalisme vs particularisme, nationalisme vs multiculturalisme… Les pratiques du nationalisme sont approchées sous l’angle de la mobilisation des ressources identitaires (folklore, histoire, langue, religion…) comme des moyens d’action (populisme, violence). L’ouvrage se clôt par une réflexion contrastée sur le postnationalisme, en Europe comme dans le reste du monde. Rassemblant les meilleurs spécialistes français, qui ont largement contribué au renouveau d'intérêt pour le nationalisme, ce livre, organisé autour d’une approche transversale et thématique, elle-même nourrie par de nombreuses études de cas, constitue sans nul doute un ouvrage de référence sur le sujet.

Alors que l’Etat-nation subit les assauts de la globalisation, de son régionalisme croissant et des flux transnationaux, le nationalisme fait preuve d’une puissante capacité de résistance. Du fait de l’indigénisation des modèles étrangers par les sociétés locales, la diffusion des modes de vie occidentaux ne remet pas vraiment en question les identités nationales. Parallèlement, le développement des diasporas n’entraîne pas la création de communautés déterritorialisées, et ce surtout parce que les migrants restent fortement attachés à leur mère-patrie, attachement qui se mue même parfois en « nationalisme à distance ». En ce qui concerne les régionalismes, ni les différents « pan-ismes » ni les zones régionales de coopération n’ont érodé jusqu’ici les identités nationales. La construction de l’Union européenne elle-même, bien qu’elle soit le cas le plus abouti de transfert de souveraineté au niveau supranational, n’est pas parvenue à donner naissance à une nouvelle identité européenne qui aurait pu affaiblir les identités nationales.

in Archives de sciences sociales des religions Publié en 1995
17
vues

17
téléchargements
Le lecteur français disposait déjà de nombreuses autobiographies intouchables traduites dans sa langue mais R.D. lui offre la première présentation générale de ce phénomène social de première importance qu'est l'intouchabilité en Inde. Cette question intéresse non seulement les spécialistes de la région mais aussi les sociologues en général et l'auteur s'efforce d'ailleurs de le mettre en perspective en comparant intouchabilité et racisme ou en recherchant des formes d'exclusion sociale analogues - notamment au Japon (...).

in L'Inde contemporaine Sous la direction de JAFFRELOT Christophe, JAFFRELOT Christophe Publié en 2014-03
3
vues

0
téléchargements
Résumé de l'ouvrage : Avec une décennie d’avance, l’Inde a fait une entrée remarquée dans le XXIe siècle. Depuis 1990 en effet, le renforcement du fédéralisme, de nouvelles alliances internationales, la libéralisation économique, une politique de discrimination positive mise en place en faveur des basses castes et la polarisation religieuse grandissante ont transformé le visage du sous-continent. À ces phénomènes qui conditionnent aujourd’hui encore la trajectoire indienne s’en ajoutent d’autres, à la temporalité plus lente : transition démographique, urbanisation croissante et effort de défense nationale accru. Autant de facteurs qui, analysés dans cet ouvrage par quelques-uns des plus éminents spécialistes, font de l’Inde une grande puissance émergente avec laquelle il faut désormais compter.

in L'Enjeu Mondial, Les pays émergents Sous la direction de JAFFRELOT Christophe, JAFFRELOT Christophe Publié en 2008
0
vues

0
téléchargements
L'été 2008 a confirmé que la montée en puissance des pays émergents est en passe de bouleverser la scène internationale...

in Annual Review of the Sociology of Religion, Vol. 2 Sous la direction de PACE Enzo, MICHEL Patrick Publié en 2012
2
vues

0
téléchargements

This article, while it will pay attention to the opposition parties—the Congress and the GPP—intends, in its first part, to scrutinize the mainstays of Narendra Modi’s election campaign with special references to high tech populism, his banalization of Hindutva, his notion of Gujarati patriotism and his defence of what he calls the ‘neo-middle class’. The second part that deals with the electoral results and the citizens’ voting behaviour, will show that Modi’s constituency is a by-product of an increasingly polarized pattern of social change and economic growth, the BJP receiving stronger support from urban dwellers, whatever their caste, gender and level of education may be.

Le scepticisme vis-à-vis des pays émergents se porte bien en Occident, alors que les BRICS (Brésil, Russie, Inde, Chine, Afrique du Sud) sont, en un sens, nés à l’Ouest : Goldman Sachs n’est-il pas à l’origine de ce sigle ? Il est vrai que bien des pays de cette coalition traversent une zone de turbulence économique qui a même plongé la Russie dans la crise et le Brésil dans la récession. La Chine conserve un taux de croissance élevé mais la bulle spéculative est en train d’éclater et de tirer la bourse de Shanghai vers le bas. L’Inde résiste bien mais son insolent taux de croissance – en partie lié à un nouveau mode de calcul – ne se traduit pas encore par du développement en termes socio-économiques et des créations d’emplois en nombre suffisant...

Suivant