Co-auteur
  • SAUGER Nicolas (12)
  • BROUARD Sylvain (10)
  • BAUMGARTNER Frank (7)
  • BREUNIG Christian (6)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (35)
  • Partie ou chapitre de livre (22)
  • Livre (11)
  • Contribution à un site web (7)
  • Voir plus
1
vues

0
téléchargements
1ères lignes : On ne compte plus les prises de position pour ou contre certaines politiques liées à la crise sanitaire : pour le masque dès la primaire, pour une limitation des rassemblements privés ou pour le soutien au secteur aérien. En voilà quelques-unes publiées cette semaine. La crise sanitaire que nous traversons met à l’épreuve nos systèmes politiques dans toutes leurs dimensions. Les experts, mais aussi les citoyens questionnent la pertinence de l’action publique, des choix politiques ou la compétence des décideurs. Et il est vrai que cette crise peut d’abord être comprise comme une crise de politique publique. Face à un défi sanitaire sans précédent, les autorités publiques ont dû agir dans l’urgence. Rapidement, une série de problèmes se sont enchaînés exposant des difficultés de coordination, des problèmes de communication ou encore des problèmes de moyens. Qui plus est, les réponses politiques ne pouvaient être efficaces que dans la mesure où elles parvenaient à changer effectivement le comportement des citoyens.

This policy book seeks to identify patterns and determinants of policy appreciation. We examine three aspects that influence policy preferences in detail. First, we look at partisanship and show that party identification systematically and strongly determines policy preferences. Voters who identify with parties on the right have similar preferences for government spending, preferring an increase in spending for security, order and the economy but a decrease in spending for social policies. Voters who feel closer to leftist parties, to the contrary, prefer an increase in expenditure in most of the policy fields. Second, we account for issue publics. Our analysis shows that citizens who are directly affected by a policy (e.g. pensioners and policies that concern retirement payments) prefer a stronger increase in government spending or government activity in “their” policy field. Third, our analysis addresses how the perceived importance of an issue and media attention moderate the impact of partisanship on policy appreciation. We show that both factors have moderating dimension on the role of party identification. We rely on nine waves of the Policy Priorities Survey (2014 – 2017). Our data on citizens’ attitudes encompassed 13.570 respondents. In addition, we have collected data on monthly media attention in France for each of the policy issues considered in the survey. Our analysis covers media attention of the three leading national newspapers. The implications of our study, highlighting the relevance of our findings beyond the French case and showing how our analysis might stimulate future research.

9
vues

0
téléchargements
Publications have become the single most important factor of career evaluation in the social sciences, as well as in most other academic disciplines. This has in turn led some scholars to examine the existence of potential biases in peer-reviewed publications. Teele and Thelen (2017) have shown that political science is not free from such biases. This article examines publication patterns and the peer-review process for the European Journal of Political Research. It relies on data on more than 5000 submissions between 2006 and 2017. I look at possible biases at the different stages of the publication process: submission, desk evalauation, review and acceptance. Results show that the journal's processes are free from bias, but confirm that submission patterns remain different, despite convergence in recent years.

Cet article s’interroge sur l’européanisation de la compétition partisane nationale. Nous revenons sur le débat concernant les effets de l'intégration européenne sur la vie nationale en examinant la politisation des enjeux européens à travers leur traitement dans les programmes électoraux. En mobilisant les données du Comparative Agendas Project, nous montrons que l’hypothèse classique de l’absorption des enjeux européens par des clivages nationaux doit être modérée. Nos trois cas – l’Allemagne, la France et le Royaume-Uni – illustrent en effet des modalités de politisation des enjeux européens assez contrastés, avec une part très variable des « enjeux constitutifs » liés à l’architecture et à la légitimité de l’UE par rapport aux enjeux d’action publique. Cette recherche exploratoire confirme donc l’importance d’une prise en compte de la substance des problèmes politisés en lien avec l’intégration européenne.

Cette thèse traite de l’impact du contenu des médias sur le vote pour les partis de la droite radicale populiste en Europe, à travers l’analyse du cas du Front national français. Adoptant une approche contextuelle, elle affirme qu’il convient de distinguer, entre, d’une part, la visibilité médiatique dont l’effet est circonscit à la phase d’émergence électorale de ces partis; et, d’autre part, l’effet de priming des thèmes FN (l’immigration, de l’insécurité, du populisme anti-élite, de l’Europe et de l’islam) lui seul est en mesure de rendre compte de la manière dont le contenu des médias impacterait le vote pour ces partis une fois qu’ils deviennent bien établis dans le système partisan d’un pays donné. Mobilisant les théories sur les effets des médias comme cadre théorique, le département comme unité d’analyse, les deux mois qui précèdent les élections présidentielles françaises de 2012 et 2017 comme cadre temporel et collectant le contenu de la presse régionale française à partir de plus de 11 000 unes, cette thèse démontre que : primo, ni la visibilité médiatique du Front national ni celle de sa présidente Marine Le Pen ne permettent d’expliquer les variations du vote frontiste. Secundo, l’immigration, la thématique la plus fortement associée à ce parti ne fait pas l’objet de priming de la part des médias. Tertio, de l’ensemble des thèmes FN, le priming de l’insécurité est celui qui favorise le plus fortement le vote pour ce parti, même après avoir contrôlé avec des facteurs du monde réel comme le taux de criminalité, le niveau du chômage et la densité de la population dans le département. Quarto, l’absence d’un effet propre pour le priming de l’islam vu que ce thème est devenu indissociable de la thématique de l’insécurité dans la foulée des attentats qui ont touché la France à partir de 2012. Quinto, le priming des scandales politiques, utilisés comme proxy pour le populisme anti-élite, favorise le vote frontiste, même si dans le contexte particulier de la campagne électorale de 2017 caractérisé par « les affaires » cela a pu avoir un effet négatif sur le vote pour Marine Le Pen. Sexto, le priming de l’Europe est le seul à avoir un impact négatif sur le vote FN reflétant ainsi l’incapacité de ce parti à tirer profit de la médiatisation de la question européenne, même s’il a fait du rejet de l’Europe un élément central de son offre politique.

2
vues

0
téléchargements
La tendance historique des écologistes en France lors des différentes élections est d’alterner résultats brillants et déconvenues amères. Dans cette mise en perspective du bon crû 2019, Emiliano Grossman explore les conditions auxquelles le succès éclatant et relativement surprenant d’EELV aux élections européennes de 2019 pourrait s’inscrire dans la durée – et faire mentir enfin le schéma des marées vertes qui montent et redescendent sans cesse. Outre la nécessité de fédérer un électorat très divers et plutôt volatil, vite fatigué par les dissensions internes, il insiste sur l’urgence pour EELV de se doter d’une stratégie claire de dépassement de ses réflexes historiques. Et rappelle sans la nommer, l’intérêt d’ouvrir une fenêtre d’Overton pour l’écologie en favorisant le clivage environnemental, dont la diffusion aux extrêmes du spectre pourra conférer au parti de l’écologie la centralité électorale nécessaire à la constitution des majorités.

in Comparative Policy Agendas: Theory, Tolls and Data Sous la direction de BAUMGARTNER Frank, BREUNIG Christian, GROSSMAN Emiliano Publié en 2019-03
12
vues

0
téléchargements
The French Agendas Project was initiated as a way to better connect research on France to comparative research on institutions and public policy. This chapter provides a good overview on the research undertaken over the past decade. It also explains methods and specificities concerning the French datasets. In addition to its original focus on institutions, a large part of the project today concerns research on party pledges and manifestos, as well as media. In particular, much recent research has dealt with issue attention and competition in the French context. CAP has very clearly enabled the comparability of France to other countries to be improved.

156
vues

0
téléchargements
n late 2018, a series of massive demonstrations brought parts of France to a standstill. Emiliano Grossman argues that the so-called ‘yellow vests’ are a response to an intense crisis of political trust that could have profound consequences for France. [First paragraph]

in Comparative Policy Agendas: Theory, Tolls and Data Sous la direction de BAUMGARTNER Frank, BREUNIG Christian, GROSSMAN Emiliano Publié en 2019-03
BREUNIG Christian
SCHNATTERER Tinettte
0
vues

0
téléchargements
A key component of democratic governance is that elected governments implement their promises. This chapter advances previous work on electoral pledges by systematically linking governments’ announcements in speeches to their actual legislative behavior. Results show that introducing a political topic during a government speech substantively increases the amount of legislation in this particular policy domain. The study utilizes two series of comparative policy agendas—government speeches and legislation—from eight countries—Canada, Denmark, France, Germany, the Netherlands, Spain, the United Kingdom, and the United States—for the period between 1983 and 2004. In addition to the direct link from speeches to legislation, the chapter also examines a number of prevalent alternative mechanisms of law production such as institutional effects, economic context, or party ideology.

in Comparative Policy Agendas: Theory, Tolls and Data Sous la direction de BAUMGARTNER Frank, BREUNIG Christian, GROSSMAN Emiliano Publié en 2019-03
BAUMGARTNER Frank
BREUNIG Christian
3
vues

0
téléchargements
The concluding chapter emphasizes several central points and contributions of the book. It first provides a summary of the extent of the emerging infrastructure that the Comparative Agendas Project (CAP) has developed. It shows the many possibilities provided by this infrastructure, as illustrated by the comparative chapters in the volume. The chapter goes to discuss the achievements in terms of data collection and comparability. Finally, the chapter explores possible future directions of research for the CAP and, beyond, the field of comparative public policy. In particular, it could positively contribute to the study of the consequence of differences in bureaucratic structures. Similarly, the inclusion of media data has opened up new possibilities that have only just started to be explored. Finally, the study of “responsiveness” and its consequences for political behavior could also benefit from crossing, say, survey data with CAP data.

Suivant