Coauthor
  • SAUGER Nicolas (12)
  • BROUARD Sylvain (10)
  • FRANÇOIS Abel (6)
  • BAUMGARTNER Frank (5)
  • Show more
Document Type
  • Article (34)
  • Part or chapter of a book (16)
  • Book (10)
  • Web site contribution (5)
  • Show more
in La Vie des Idées Publication date 2007-05
2
views

0
downloads

Dans cette thèse, nous proposons d’évaluer la représentation politique en Europe, tout en insistant sur la nécessité de considérer le point de vue individuel du citoyen. Nous développons ainsi une perspective nouvelle et originale sur la congruence entre les citoyens et les partis politiques. De plus, nous analysons la manière dont le système partisan affecte cette congruence au niveau micro et macro et, par conséquent, la manière dont celle-ci influence la satisfaction des citoyens envers le système politique. Nous nous appuyons tout d’abord sur le concept de représentation chez Pitkin, ainsi que les théories récentes sur le rôle des représentants. Ce faisant, l’importance des partis politiques, en particulier dans le contexte européen, est rappelée. Nous abordons ensuite la recherche sur l’opinion publique et la façon dont cette dernière analyse la relation entre les citoyens et l’Etat. Dans un troisième temps, nous revenons sur les approches qui combinent la recherche sur les partis politiques et l’opinion publique, en nous concentrant en particulier sur le concept de congruence. Toutefois, ces recherches présentent des lacunes, auxquelles nous proposons de remédier en développant une nouvelle approche de la relation entre les citoyens et les partis politiques. A partir d’une compréhension normative différenciée de la qualité de la représentation, des nouvelles normes pour juger la représentation du point de vue des citoyens sont présentées et de nouveaux concepts de congruence au niveau micro sont développés. Ce faisant, nous élaborons une typologie innovante de la congruence entre les citoyens et les partis politiques, reposant sur neuf concepts différents, introduits à travers (1) l'identification des critères d'évaluation de la représentation et (2) la formulation des normes pour l'évaluation de la représentation. Ces normes sont alors concrétisées en des indicateurs empiriques. Nous commençons par décrire, dans une optique comparative, la congruence entre les États membres de l'UE pour l'année 2014. Nous explorons ensuite la relation entre le système partisan et la congruence au niveau micro et macro, mettant ainsi en lumière l’impact du système partisan sur la congruence en fonction des divers concepts utilisés. Au niveau micro, l’analyse montre que la relation entre un concept de la congruence et le système partisan est stable et ne diffère pas, quel que soit l’enjeu. Au niveau macro, en revanche, les effets ne sont pas systématiques, mais varient en fonction des enjeux. Ces résultats éclairent sous un nouveau jour la relation entre le système partisan et la représentation, et contribuent ainsi à sa meilleure compréhension. Enfin, les effets de la congruence sont analysés à l'aide de modèles multi-niveaux, de façon à démontrer comment la congruence influence les jugements des citoyens sur la représentation politique. Il est démontré qu’au niveau micro, cette influence est systématique ; toutefois, l’intensité de cet effet varie selon l’enjeu. De ce point de vue, les enjeux qui importent le plus sont l’intégration européenne, la redistribution et la politique fiscale. En conclusion, notre recherche enrichit le débat théorique sur les partis politiques ; nos résultats permettent une meilleure compréhension de la représentation et expliquent la présumée « crise de la représentation », ouvrant de nouvelles pistes de recherches pour le futur.

How much leeway did governments have in designing bank bailouts and deciding on the height of intervention during the 2007-2009 financial crisis? This paper analyzes comparatively what explains government responses to banking crises. Why does the type of intervention during financial crises vary to such a great extent across countries? By analyzing the variety of bailouts in Europe and North America, we will show that the strategies governments use to cope with the instability of financial markets does not depend on economic conditions alone. Rather, they take root in the institutional and political setting of each country and vary in particular according to the different types of business-government relations banks were able to entertain with public decision-makers. Still, “crony capitalism” accounts overstate the role of bank lobbying. With four case studies of the Irish, Danish, British and French bank bailout, we show that countries with close one-on-one relationships between policy-makers and bank management tended to develop unbalanced bailout packages, while countries where banks have strong interbank ties and collective negotiation capacity were able to develop solutions with a greater burden sharing from private institutions.

in Analyses électorales Publication date 2017-06
GUINAUDEAU Isabelle
67
views

0
downloads

This paper examines the evolution of intra-executive relations under the Fifth Republic. In particular, it looks at the presidential decision to change or reshuffle governments. It shows that the president has used the institutional privileges to reshuffle and replace governments very much in his own best interests. Moreover, we try to understand whether the evolution of the party system has affected this practice. We show that current tendencies are not strong or unambiguous enough to find strong effects.

in West European Politics Sous la direction de GROSSMAN Emiliano, SAUGER Nicolas Publication date 2009-07
17
views

0
downloads
Fifty years after the creation of the Fifth Republic, French politics is undergoing profound changes. The election of Nicolas Sarkozy has announced a general review of the French political system. A special committee – the comité constitutionnel – is currently drafting a catalogue of potential reforms. Debates focus on issues like presidentialization, parliamentary scrutiny of the executive or the creation of a popular initiative to trigger constitutional review of given legislative texts. These discussions reflect long-standing trends in the Fifth Republic. This volume aims at analysing those trends and at outlining the major perspectives for future development. In particular it puts the French political system in comparative perspectives and provides in-depth analysis of the evolution of the major political institutions and their relations. The volume argues that substantial reforms have helped to partially reshape French politics. Yet, it also shows that the fundamental characteristics of semi-presidential government have stood firm. The question is whether current debates and subsequent reforms are likely to alter the current pattern.

Les systèmes politiques notionaux de l'Union européenne offre une présentation approfondie des institutions politiques nationales des vingt-sept pays membres de l'UE. L'approche théorique et problématique qui y est proposée intègre les derniers développements de l'analyse des institutions au niveau international, rompant de ce fait avec une approche souvent trop française des manuels d'institutions comparées. Autre innovation majeure de ce manuel : l'introduction de données systématiques sur l'ensemble des vingt-sept pays membres de l'Union européenne. Contrairement à une démarche par étude de cas souvent limitée tout au plus à quelques pays, cet ouvrage intègre les données essentielles à la compréhension du fonctionnement de l'ensemble des systèmes institutionnels nationaux, de la Lettonie au Portugal en passant par la France ou la Slovénie. Les grandes tendances dégagées apparaissent ainsi valables pour l'ensemble des pays européens et non seulement pour quelques-uns des «grands» pays. Cet ouvrage se présente ainsi non seulement comme un manuel, par son accessibilité et son souci de clarté dans l'exposition, mais intègre également de véritables apports par son ancrage dans une recherche empirique originale.

in Les politiques européennes Publication date 2009-10
10
views

0
downloads
Dès les débuts de l’intégration européenne, les groupes d’intérêt, plutôt que les mouvements sociaux, ont été au centre de l’attention. On a longtemps espéré que l’Europe politique pourrait être tirée par l’Europe économique, pour reprendre les termes de Jean Meynaud et Dusan Sidjanski, et entraîner d’autres acteurs dans ce mouvement. Les « solidarités de fait », évoquées dans la déclaration Schuman du 9 mai 1950, impliquaient en effet un lien dédramatisé et pragmatique au politique, facilitant une « réorientation des loyautés », suivant la terminologie des travaux néofonctionnalistes. Après des décennies d’indifférence, depuis l’Acte unique et, surtout, le traité de Maastricht, l’opinion publique s’est de plus en plus intéressée à l’Europe, . Le projet de monnaie unique a suscité des réactions et des peurs jusque-là inconnues dans le contexte de l’intégration européenne. Les groupes d’intérêt sont ainsi devenus l’une des cibles des critiques de la construction européenne. Les souverainistes et l’extrême gauche, en France comme ailleurs, firent alors des « lobbys de Bruxelles » l’une de leurs cibles privilégiées. [Premier paragraphe]

in French Politics Publication date 2013-09
FRANÇOIS Abel
1
views

0
downloads
This article presents a descriptive analysis of French ministers since the beginning of the Fifth Republic. We find that ministers are generally appointed aged about 50 years; that women’s representation has increased, but is still less than 30 per cent in the most recent cabinets, and that women often hold more junior positions; that the proportion of ministers who were members of parliament varies, but rarely falls below 60 per cent; that the average minister serves around 15 months; and that ministerial tenure ends mainly due to collective reasons (80 per cent), that is, the prime minister’s resignation or the end of the legislature, rather than reasons relating to the minister individually.

Next