Coauthor
  • MUSSELIN Christine (13)
  • CASTEL Patrick (2)
  • BERGERON Henri (2)
  • THOENIG Jean-Claude (1)
  • Show more
Document Type
  • Article (14)
  • Part or chapter of a book (11)
  • Audiovisual (5)
  • Doctoral (Phd) thesis (4)
  • Show more
in Advances in Sciences and Humanities Publication date 2019-12
0
views

0
downloads
In recent years, the theme of actors and agency has made a notable reappearance in the neo-institutionalist literature, in relation in particular to what has been called institutional entrepreneurship and institutional entrepreneurs. Two recent books by M. Granovetter on the one hand, Neil Fligstein and Doug McAdam on the other, can be seen as significant examples of this “return of the actor” in American sociology. The troubling conceptual inconsistencies they contain, however, also document the incomplete integration of an action perspective into what basically remains a neo-institutionalist framework, giving epistemological priority to structure over action. This paper aims to highlight the most important of these inconsistencies and sets out to interpret them as a sign of how sociologists position themselves and their discipline in the wider field of social science, and in particular in relation to economics. It concludes by suggesting that in order to go beyond such methodological and conceptual confusion, we need to get away from a substantialist, decontextualized view of the actors’ identities and rationalities, and replace it with a relational conception of the actors’ identities and rationalities, in which their behavior would be considered to be attributes not of the actors, but of the local relational configurations and the stable patterns of transactions maintained by them.

Cet article est fondé sur une série d’entretiens menés par l’auteur avec Thomas Schelling en 1998, 2004 et 2009. Dans la première partie, l’auteur caractérise ce qu’il considère comme les traits saillants (un mode de raisonnement, un style de théorisation, un mode de recherche empirique…) de ce qu’il propose d’appeler « l’École française de sociologie de l’action collective ». Dans la deuxième partie, il utilise les extraits des entretiens menés avec Schelling pour documenter la proximité du cadre théorique et méthodologique de cette École avec nombre d’éléments qui caractérisent aussi l’approche de Schelling comme spécialiste de la négociation et analyste des dynamiques sociales, approche que Schelling lui-même a appelé « vicarious problem-solving ».

Cette note présente le dernier livre de M. Granovetter, dont l’ambition est d’exposer les fondements théoriques et conceptuels de la nouvelle sociologie économique, que l’éminent sociologue a fortement marquée de son empreinte. C’est l’occasion de faire retour à quelques-uns de ses travaux antérieurs. Au stade de la discussion critique, nous exprimons notre perplexité devant l’introduction soudaine, dans les deux derniers chapitres, de la notion d’« acteur pragmatique ». Jamais clairement défini, celui-ci ressemble trait pour trait à l’acteur de l’individualisme méthodologique, posture analytique pourtant fermement repoussée et évitée par M. Granovetter dans la première partie. Une telle incohérence conceptuelle interroge d’autant plus qu’elle peut être rapprochée d’une autre tout aussi étrange que l’on peut observer dans le dernier livre de Neil Fligstein et Doug McAdam, A Theory of Fields : après avoir présenté des acteurs qualifiés par eux de compétents et stratégiques, les auteurs leur dénient toute autonomie réelle et toute capacité à mesurer leurs engagements dans l’action collective. La note se termine en s’interrogeant sur la signification de tels flottements conceptuels et fait l’hypothèse qu’ils sont le signe d’un positionnement problématique de la sociologie dans le champ des sciences sociales plus large.

Edited by FRIEDBERG Erhard, HILDERBRAND Mary Publication date 2017
4
views

0
downloads
This book analyzes policy-making and implementation in Indonesia. Conducted at the School of Government and Public Policy (Indonesia), the research presented here provides original insights into the country’s public policy processes by exploring the conditions on the ground that shape implementation. The studies brought together in this volume are based on fieldwork involving interviews with various stakeholders, first-hand observations, and the collection of original documents and data. They address policy issues ranging from health insurance, district recruitment, community empowerment, and solid waste management, to tourism and the status of refugees. The result is a wealth of case-study data on policy implementation experiences in Indonesia that will benefit students, academics and practitioners alike.

in Observing Policy-Making in Indonesia Edited by FRIEDBERG Erhard, HILDERBRAND Mary Publication date 2017
4
views

0
downloads
During the last15-20 years, policy schools have become a rapid growth sector in higher education. They have grown to prominence and have profiled themselves as the agents of the rationalization and modernization of public administration and public policy-marking. (beginning)

in Entreprises et histoire Publication date 2016
PAVIS Fabienne
RAMANANTSOA Bernard
THOENIG Jean-Claude
TIRMARCHE Olivier
15
views

0
downloads
Quand et comment l’enseignement de la sociologie des organisations a-t-il débuté en France dans les universités, les écoles, les autres établissements, en formation initiale et en formation des adultes ? Quelles ont été les expériences d’enseignement dans les années 1970 ? Où en est cet enseignement aujourd’hui ? Quels sont les apports de la sociologie des organisations ?

Au croisement de la sociologie du changement institutionnel, du travail administratif et de l’action publique environnementale, notre thèse appréhende de façon originale la question de l’autonomie du réformateur à partir d’un suivi ethnographique sur six ans du travail quotidien de cadres intermédiaires de l’administration responsables de la mise en œuvre d’une réforme des politiques territoriales de la nature : les directeurs de parcs nationaux. Après avoir démontré empiriquement, puis théoriquement à partir de leurs spécificités, l’inertie institutionnelle particulièrement forte de ces politiques publiques, nous soutenons la thèse suivante : même dans un contexte fortement contraint, l’autonomie du réformateur existe mais n'est jamais donnée ni acquise. Elle dépend étroitement de la pratique quotidienne du travail de réforme. Le réformateur doit la construire et l’entretenir. Certaines phases de la trajectoire de transformation institutionnelle s’avèrent cruciales pour cela : son démarrage et de courtes parenthèses où le réformateur peut travailler à ce que la dynamique du processus de réforme lui-même contraste fortement avec l’inertie de la politique publique. La gestion du processus de réforme, plus que sa substance, est ainsi au cœur de la construction de l’autonomie du réformateur et de l’ouverture d’une trajectoire d’innovation. Nous en montrons les modalités pratiques autour d’un travail d’interprétation, de composition et de modélisation par lequel la lecture de l’action en cours se fait de plus en plus à travers le prisme de l’expérience collective récente (de mise en œuvre de la réforme) et moins à travers celui de l’histoire lointaine sur lequel se fonde l’inertie institutionnelle.

Titre traduit : Tous propriétaires ou tous locataires ? Comment des institutions historiques de politiques urbaines, de financement et de construction de logements déterminèrent de différentes trajectoires du logement aux Etats-Unis, en France et en Allemagne La présente thèse offre une nouvelle explication des variations du taux de propriété de différents pays en mobilisant de larges parts de la littérature existante en histoire urbaine et des données portant sur les villes. La littérature existante a souvent son origine dans l’opposition des pays germanophones et des pays anglophones, les derniers montrant un taux de propriété systématiquement plus élevé que les premiers. Par une étude historique comparative des cas américain et allemand, considérés comme exemplaire pour les types de pays, la thèse essaie de répondre à la question que pose l’écart persistant entre les taux de propriété allemand et américain. La présente thèse argue que c’étaient des différences en organisations urbaines au 19e siècle et de différentes institutions de financement de logement et de construction qui ont mis les pays sur des trajectoires différentes. Elle maintient que le laissez-faire de certaines municipalités faibles a plutôt privilégie des villes périurbanisées sous formes de maisons individuelles aux États-Unis, alors que les municipalités corporatistes allemandes tendaient à mener aux villes compactes d’immeubles de rapport ; que le développement de sociétés d’épargne-logement américaines favorisait le financement de maisons en propriété individuelle, alors que les banques hypothécaires allemandes et les associations de logement privilégiaient les immeubles de location ; que l’émergence d’une production Fordiste des pavillons standardisés facilitait la vulgarisation de la propriété, alors que la production artisanale allemande la limitait. Une fois ces structures établie – ainsi va l’argument faisant allusion à la dépendance au sentier – elles furent perpétuées par des mécanismes de pouvoir de groupes d’intérêt, de fonctionnalité économique, alors que des processus de conversion du locatif en propriété ainsi que de la périurbanisation pouvaient contrecarrer cette inertie structurelle.

in Revue française de sociologie Publication date 2013-10
2
views

0
downloads
La mort de Michel Crozier laisse une grande place vide dans la sociologie française. Depuis, beaucoup de choses ont déjà été écrites sur lui et tous ceux qui l’avaient côtoyé ont souligné combien cette rencontre avait changé leur regard sur les choses et avait au fond transformé leur vie. (premier paragraphe)

Its 233 video clips offer a structured encounter with those who made organization theory. 31 of the most eminent organization theorists recount their explorations and findings, and illustrate their reasoning in interpreting the unexpected results of their seminal field-studies. Some 300 articles by 59 American and European contributors document the chronology of 17 approaches to the study of organization, providing an overview of the state of the art in the discipline. Together, these materials paint a concrete and lively picture of the progressive construction of this body of knowledge from Taylor to today.

Next