Coauthor
  • GRUNBERG Gérard (3)
  • CAPDEVIELLE Jacques (2)
  • DUPOIRIER Elisabeth (2)
  • YSMAL Colette (2)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (10)
  • Article (4)
  • Book (3)
  • Report (3)
  • Show more
Deux grands axes de valeurs rendent compte du vote des électeurs français. Le premier, classiquement appelé libéralisme culturel, porte sur les questions de société. Il concerne les sujets tels que l’immigration, la délinquance, l’autorité, les moeurs, les relations hommes-femmes, etc. Le second, que l’on peut appeler libéralisme économique, porte sur les problèmes économiques et sociaux. Il touche au clivage public-privé, au droit du travail, au pouvoir d’achat, aux inégalités sociales, etc (...).

in La France à travers ses valeurs Sous la direction de BRÉCHON Pierre, TCHERNIA Jean-François Publication date 2009-04
SCHWEISGUTH Etienne
4
views

0
downloads

in Problèmes politiques et sociaux Publication date 2009-03
2
views

0
downloads

Le clivage entre la droite et la gauche a manifestement perdu de son intensité par rapport aux années 1970, période durant laquelle il prenait la forme d’un affrontement manichéen entre projets de société antagoniques. Le processus d’homogénéisation culturelle et sociale qu’a connu la société française au cours de la seconde moitié du vingtième siècle semble s’être traduit par une relative homogénéisation idéologique. Les positions des grands partis de gouvernement sont souvent très proches sur de nombreux sujets (...).

Avec la rédaction de France Culture, et les chercheurs de Sciences Po : Renaud Dehousse, Catherine de Wenden, Jean-François Sirinelli, Etienne Schweisguth et l’expert de l’Institut de sondage IPSOS : Federico Vacas. Et nos inviés politiques : Guillaume Bachelay, Hervé Morin.

in Revue française de science politique Publication date 2007-06
2
views

2
downloads
L’élection présidentielle de 2007 confirme la validité d’une conception bidimensionnelle de l’axe droite-gauche. Le clivage sur le libéralisme culturel, en particulier sur les questions de sécurité et d’immigration, est plus important qu’il n’a jamais été et devient un critère du vote presque aussi déterminant que l’attitude à l’égard des problèmes économiques, domaine dans lequel on observe des changements complexes. Le résultat final de l’élection paraît mieux s’expliquer par le succès de la stratégie de Nicolas Sarkozy visant à la recomposition de l’électorat de droite que par l’hypothèse, contredite par les chiffres, d’un mouvement à long terme de l’opinion dans le sens d’une droitisation.

Une manière spontanée de comprendre le résultat d’une élection consiste à y voir la conséquence d’un changement de valeurs dans l’électorat. Comme dans un schéma de type infrastructure-superstructure, l’issue de l’élection ne serait en somme que la traduction des changements qui se sont produits dans les soubassements de l’opinion. Il n’est évidemment pas question de nier que les mouvements de l’opinion aient une influence sur les résultats électoraux. Mais deux considérations doivent venir tempérer cette façon de voir les choses. La première est que tout mouvement d’opinion n’est pas nécessairement un changement de valeurs ou, si l’on préfère, que les changements de valeurs sont souvent plus complexes qu’on ne les imagine. La seconde est que, dans une configuration donnée des valeurs et des attitudes idéologiques, un candidat n’a pas qu’une seule stratégie politique possible (...).

in Dictionnaire des notions, vol.2 Publication date 2005
1
views

0
downloads

in La France à travers ses valeurs Sous la direction de BRÉCHON Pierre, TCHERNIA Jean-François Publication date 2009-04
SCHWEISGUTH Etienne
2
views

0
downloads

Next