Co-auteur
  • LAURENT Eloi (40)
  • LE CACHEUX Jacques (28)
  • SARACENO Francesco (16)
  • STIGLITZ Joseph (15)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article de presse ou magazine (286)
  • Article (148)
  • Partie ou chapitre de livre (63)
  • Livre (54)
  • Voir plus
Sous la direction de STIGLITZ Joseph , FITOUSSI Jean-Paul, DURAND Martine Publié en 2018-11
25
vues

0
téléchargements
The 2009 Commission on the Measurement of Economic Performance and Social Progress (“Stiglitz-Sen-Fitoussi” Commission) concluded that we should move away from over-reliance on GDP when assessing a country’s health, towards a broader dashboard of indicators that would reflect concerns such as the distribution of well-being and sustainability in all of its dimensions. This book includes contributions from members of the OECD-hosted High Level Expert Group on the Measurement of Economic Performance and Social Progress, the successor of the Stiglitz-Sen-Fitoussi Commission, and their co-authors on the latest research in this field. These contributions look at key issues raised by the 2009 Commission that deserved more attention, such as how to better include the environment and sustainability in our measurement system, and how to improve the measurement of different types of inequalities, of economic insecurity, of subjective well-being and of trust. A companion volume Beyond GDP: Measuring What Counts for Economic and Social Performance presents an overview by the co-chairs of the High Level Expert Group, Joseph E. Stiglitz, Jean-Paul Fitoussi and Martine Durand of the progress accomplished since the 2009 report, of the work conducted by the Group over the past five years, and of what still needs to be done.

Sous la direction de STIGLITZ Joseph , FITOUSSI Jean-Paul, DURAND Martine Publié en 2018-11
20
vues

0
téléchargements
Metrics matter for policy and policy matters for well-being. In this report, the co-chairs of the OECD-hosted High Level Expert Group on the Measurement of Economic Performance and Social Progress, Joseph E. Stiglitz, Jean-Paul Fitoussi and Martine Durand, show how over-reliance on GDP as the yardstick of economic performance misled policy makers who did not see the 2008 crisis coming. When the crisis did hit, concentrating on the wrong indicators meant that governments made inadequate policy choices, with severe and long-lasting consequences for many people. While GDP is the most well-known, and most powerful economic indicator, it can’t tell us everything we need to know about the health of countries and societies. In fact, it can’t even tell us everything we need to know about economic performance. We need to develop dashboards of indicators that reveal who is benefitting from growth, whether that growth is environmentally sustainable, how people feel about their lives, what factors contribute to an individual’s or a country’s success. This book looks at progress made over the past 10 years in collecting well-being data, and in using them to inform policies. An accompanying volume, For Good Measure: Advancing Research on Well-being Metrics Beyond GDP, presents the latest findings from leading economists and statisticians on selected issues within the broader agenda on defining and measuring well-being.

11
vues

0
téléchargements
L a montée quasi continue des inégalités depuis les années 1970 est un phénomène bien documenté grâce à une multitude de recherches réalisées au moins depuis le début des années 1980 (cf. notamment les travaux de Piketty et al., 2011 ; Stiglitz, 2012 ; Alvaredo et al., 2013 ; Piketty, 2013). Les organisations internationales ne sont pas en reste et ont analysé le mouvement des inégalités à l’échelle planétaire (FMI, 2007 et 2017 ; OCDE, 2008 et 2011). Si l’objectif de cet article n’est pas de détailler les causes de cette inégalité croissante, il est pourtant utile de rappeler que des travaux récents soulignent le rôle joué par la croissance du poids de la finance dans le PIB (produit intérieur brut), et l’augmentation considérable des rentes (Philippon et Reshef, 2012 ; Stiglitz, 2013 ; Piketty et Zucman, 2014 ; Lindley et Mcintosh, 2017).

213
vues

213
téléchargements
Petits, isolés, vulnérables, les territoires insulaires apparaissent comme les symboles des interrogations sur la soutenabilité des systèmes économiques. Cette coïncidence n’a rien de fortuite. Les expériences insulaires et coloniales occupent une place centrale dans la formation de l’économie politique, qui s’intéresse initialement tant à l’accroissement des richesses qu’à la pérennité de cette dynamique, notamment en raison des contraintes écologiques. Réciproquement, l’économie politique nourrit la formation d’un nouvel art de gouverner qui influence en profondeur les trajectoires insulaires et produit des rapports de pouvoir, qui persistent encore. Notamment à travers la notion de développement (durable) qui naturalise une lecture utilitariste de la soutenabilité En rapprochant le paradigme de la complexité, l’économie écologique et les approches poststructuralistes, cette thèse propose d’explorer la construction de ce concept puis de le repenser dans un cadre institutionnaliste qui intègre pleinement les facteurs écologiques, symboliques et sociaux et la pluralité des formes d’organisation des économies. Elle étudie ensuite la construction et les ressorts de l’économie de plantation, à La Réunion et dans les Caraïbes, en interrogeant le paradoxe de l’ « insoutenabilité durable » : comment une économie fondée sur la destruction et incapable de satisfaire les finalités assignées en raison de ses contradictions, peut-elle se maintenir dans la longue durée ? Une troisième partie questionne la soutenabilité du projet départemental : décréter le développement, métamorphoser une colonie ruinée en une économie moderne, équilibrée, tirée par une croissance auto-entretenue.

5
vues

5
téléchargements
This article provides an outline of why inequality continues to increase and the implications it will have on policies. The authors argue that the current policies promote a lack of contribution from the very rich and target low and middle income families which has resulted in a more fragile economy and harsher and unequal conditions in society.

4
vues

0
téléchargements
Since 2008, the world has experienced several dramatic events: the financial crisis of 2007-08, the earthquake in Japan, the sovereign debt crisis and the revolutions in the Arab world. All of these developments have called into question not just our current policies, but also the measurement systems on which we base their configuration. What we measure affects what we do. Increasingly, there is a demand to go beyond measures of market activity (GDP) and towards measures of wellbeing. Reductions in wellbeing (following deteriorations in people's physical and psychological health, community life or employment status, or in the provision of environmental goods) that are accepted in the name of maximization of material wealth results in totally misguided policies. This article surveys some recent and clear instances in which our measurements have gone wrong, and suggests revisions that may translate into better informed and more sustainable policies.

29
vues

0
téléchargements
Tout est déraisonnable dans ce qu’il advient du monde aujourd’hui : plus de cinq ans de stagnation, bondissement du chômage et de la précarité, déclin des classes moyennes, explosion des inégalités… Mais d’où vient cette déraison et d’où vient que l’on s’en accommode ? Ce livre est une invitation au voyage dans les territoires que nous avons entraperçus durant les crises qui se sont succédé depuis 2007-2008 : la crise de la théorie économique, la crise financière mondiale, la crise bancaire, la crise européenne des dettes souveraines, celle enfin de nos système de mesure. Avec un constat accablant : nous affrontons l’avenir les yeux rivés sur les cercles de lumière qui nous viennent du passé ! Nous ne pouvons rien trouver sous ces lampadaires-là s’ils n’éclairent pas les temps présents. Nos théories économiques – invalidées à plusieurs reprises par les faits – et nos politiques fixées sur les objectifs qui en découlent – stabilité des prix, concurrence, soutenabilité de la dette – ne parviennent plus à rendre compte du réel ni à répondre aux besoins des populations. Ce livre est également un appel à donner davantage de poids à l’exigence d’égalité sans laquelle nos démocraties dépérissent, nos économies dysfonctionnent et le bien-être des peuples se réduit comme peau de chagrin. (Résumé éditeur)

in The Global Macro Economy and Finance Sous la direction de ALLEN Franklin, AOKI Masahiko, KIYOTAKI Nobuhiro, GORDON Roger, STIGLITZ Joseph Publié en 2012-10
STIGLITZ Joseph
1
vues

0
téléchargements

8
vues

8
téléchargements
This paper argues that the European Union has gone farther than any other country or institution in internalizing the prescriptions of the Washington Consensus. Embedding neo-liberal principles in the treaties defining its governance, the EU has enshrined a peculiar doctrine within its constitution. We further argue that this “Berlin-Washinghton Consensus” has serious empirical and theoretical flaws, as its reliance on Pareto optimality leads to neglect the crucial links between current and potential growth. We show by means of a simple model that the call for structural reforms as an engine for growth may be controversial, once current and potential output are related. We claim that adherence to the Consensus may go a long way in explaining the poor growth performance of the European economy in the past two decades, because of the constraints that it imposed on fiscal and monetary policies. The same constraints have deepened the eurozone crisis that started in 2007, putting unwarranted emphasis on austerity and reform. Challenging the Consensus becomes a precondition for avoiding the implosion of the euro, and recovering growth.

0
vues

0
téléchargements
Jean-Marcel Jeanneney était un économiste rare, à la fois théoricien, empiriste et praticien. C’est son aventure à la tête de l’OFCE que ce livre raconte, ou plutôt qu’il laisse l’auteur lui-même conter au travers d’articles écrits depuis le premier jour de son premier mandat de Président de notre institution. Ce recueil s’ouvre sur une introduction qui rappelle l'attachement du fondateur de l’OFCE au « libéralisme intellectuel», cette indépendance vis-à-vis des idées reçues qu’il jugeait indispensable à la conduite de politiques publiques raisonnables. Il est ensuite structuré en trois parties dont les titres font écho à une oe uvre marquante de Jean-Marcel Jeanneney : Vouloir le débat public en économie, Une mémoire au service de la prospective et Écoute le monde qui vient : intégration globale et unification européenne. Ce volume est un hommage à la mémoire de Jean-Marcel Jeanneney mais plus encore à sa présence. Les textes rassemblés ici par Jean-Paul Fitoussi et Éloi Laurent nous rappellent l’actualité des enseignements les plus précieux de Jean-Marcel Jeanneney : honnêteté, courage et espérance.

Suivant