Coauthor
  • PRÉTECEILLE Edmond (19)
  • VOISIN Agathe (5)
  • LE GALÈS Patrick (5)
  • RIVIERE Clément (4)
  • Show more
Document Type
  • Article (35)
  • Conference contribution (35)
  • Part or chapter of a book (15)
  • Doctoral (Phd) thesis (7)
  • Show more
Cette thèse analyse l'impact des modèles nationaux (multiculturalisme britannique, d'un côté, et modèle républicain français, de l'autre) sur la saillance de l'ethnicité dans les cultures juvéniles des quartiers populaires. Elle repose sur une enquête ethnographique menée entre 2007 et 2012 dans la ville de Bondy en Seine-Saint-Denis et dans le district de Newham à East London, auprès d'adolescents et de jeunes adultes, par entretiens individuels, entretiens collectifs et observations. Elle montre comment modèles nationaux et particularités des contextes locaux se combinent pour produire une saillance ethnique sociale, locale et éclatée, à Newham, politique et collective, à Bondy. A Bondy, l'ethnicité est expérimentée et représentée comme redoublant les diverses dimensions des inégalités sociales ; elle rassemble les enquêtés dans un "nous" proche et multidimensionnel ("Noirs et Arabes", "jeunes de banlieue", "pauvres") opposé à un "eux" distant (les "institutions", les "politiques", les "Français"). L'expérience des discriminations ethniques y est une expérience centrale qui structure le rapport des enquêtés aux institutions locales et à la société française. A Newham, l'ethnicité organise la séparation de différentes socialisations et sociabilités dans l'espace local entre jeunes "Black", "White" et "Asian". Perçue comme découplée des autres dimensions des inégalités sociales, l'ethnicité reste peu politisée et peu conflictuelle dans le rapport aux institutions locales. L'expérience de classe prédomine, alors, dans les rapports conflictuels des enquêtés à la société britannique.

in L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours Sous la direction de LAZAR Marc Publication date 2009
7
views

0
downloads

in Que faire contre les inégalités ? Sous la direction de MAURIN Louis, SCHMIDT Nina Publication date 2016-06
14
views

0
downloads
Et si l’on agissait au lieu de s’agiter ? En matière d’inégalités, l’écart entre les discours et les actes est trop grand. L’ouvrage de l’Observatoire des inégalités donne la parole à des chercheuses et chercheurs qui travaillent au quotidien sur ces questions depuis des années. Certains viennent de publier leurs premiers travaux, d’autres y ont consacré toute leur carrière professionnelle. De l’école aux revenus, en passant par les services publics, la santé ou les inégalités entre les femmes et les hommes, ils dessinent leur champ des possibles. Économistes, sociologues, juristes, philosophes, démographes : l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent » rend justice à des travaux trop souvent méconnus des responsables politiques. Des chercheurs qui « trouvent », on en trouve pour peu que l’on cherche. Si ces femmes et ces hommes étaient autant écoutés que les pseudo-experts des plateaux télé, leurs propositions pourraient nourrir des politiques publiques plus conformes aux attentes de la population et redonner du sens à la politique. Un an avant l’élection présidentielle, ce « Que faire ? » n’est pas un bréviaire du militant de l’égalité, un discours-programme de parti politique. Ses contributeurs ne se sont pas concertés, ne sont pas toujours d’accord entre eux et l’Observatoire des inégalités ne partage pas nécessairement chacune des idées avancées. Mais ils partagent le sentiment qu’il est urgent de faire un pas en avant et de débattre sur les moyens d’avancer. Nous avons voulu ouvrir une boîte à idées, qui demande à être complétée au gré de l’avancée des travaux des spécialistes, de l’actualité des inégalités. Ce nouvel ouvrage s’adresse à toutes celles et ceux qui souhaitent plus d’égalité dans les faits. Et, bien sûr, à celles et ceux qui nous gouvernent et qui ont les moyens d’agir.

in International Journal of Urban and Regional Research Publication date 2000
4
views

0
downloads
This comparative work between 13 european cities in 6 countries is an important means of understanding the phenomena of poverty and exclusion and the responses to them in different European contexts, as well as assessing the dynamics of change and the effects on the populations concerned. It also forces us to look a lot more cautiously at the classic typologies of the welfare state or of the mode of regulation of poverty, which are generally constructed on the basis of the formal and institutional characteristics of national or regional systems.

Publication date 1996
GALLAND Olivier
3
views

0
downloads
Avec l’avénement de l’université de masse dans un contexte d'extension du chômage, comment les effectifs étudiants, les inégalités d'accès à l'enseignement supérieur et le statut des étudiants Ont-ils évolué ? Comment les transformations institutionnelles et les politiques universitaires ont elles modifié la vie étudiante ? Quels sont les modes de vie des étudiants ? Dans quelles conditions suivent-ils leurs études? Quels sont les conditions et les problèmes de leur insertion professionnelle ? Quelles sont leurs attitudes sociales et politiques ? Les étudiants for ment-ils un groupe social ? La moitié d'une classe d'âge poursuit des études au-delà du baccalauréat. En synthétisant les travaux scientifiques les plus récents, ce livre constitue donc aussi le portrait d'une partie, la plus favorisée, des nouvelles générations.

L’analyse localisée de la ségrégation urbaine, mêlant approche quantitative et qualitative, permet de mettre en évidence des différenciations fortes au sein d’une même commune, d’un même quartier, mais aussi entre des cités HLM. Appliquée ici à une commune populaire de la banlieue parisienne, cette démarche fait ressortir des configurations sociospatiales infra-communales qui montrent bien la complexité sociale et urbaine des banlieues. Elle montre aussi la nécessité de prendre en compte l’action des habitants dans les processus de division sociale, et l’importance de la connaissance fine qu’ils manifestent de caractéristiques sociales de différents quartiers, voire de différents immeubles HLM. Une telle démarche pose des problèmes méthodologiques et nécessite une connaissance sociologique pointue des terrains d’étude. Malgré ces limites, elle demanderait à être élargie à un plus grand nombre de communes afin de préciser les typologies existantes et de développer la comparaison en intégrant des aspects qualitatifs de la ségrégation urbaine.

in Journal of Education Policy Publication date 2000
GALLAND Olivier
2
views

0
downloads
The number of students entering higher education started to increase significantly in the mid-1960s. This sharp growth has gone together with diversification in the social background of those attending, creation of new tracks (mainly in technology )and, more recently,a number of pedagogical innovations. Consequently, higher education students in the 1990s have little in common with those described by Pierre Bourdieu and Jean-Claude Passeron in Les he ritiers, published in 1964: they are not just young bourgeois whose university career confirms ex-post the social position of his or her family. The relative democratization of access to higher education has allowed young people from other social classes to continue their studies after the baccalaure at. However, this democratization has also created new problems for higher education institutions. They must make financial, organizational and pedagogical adaptation to mass schooling. Higher education students also confront new problems in adapting to such demands of university work as autonomy and initiative. Students’ living conditions have also changed: while remaining eco- nomically dependent on their parents, they enjoy, especially in the provinces, considerable freedom in the running of their personal lives.

in Vingtième siècle - Revue d'histoire Publication date 2008
8
views

8
downloads
Les transformations de la société italienne depuis la deuxième guerre mondiale ont souvent été interprétées en termes d’anomalie, voire de retard, ou encore de modernisation inachevée. Sans nier les apports de ces interprétations tout comme les fortes spécificités de cette société, nous préférons insister sur la voie originale empruntée par les sociétés italiennes dans leur façon d’agencer tradition et modernité tout en maintenant de fortes diversités socio-territoriales. Cela conduit à replacer la question du développement économique, de l’État providence, de la famille, des traditions locales et des classes sociales dans une perspective structurelle qui permet de montrer comment « désordre public » et « dynamisme privé » interagissent et produisent une cohérence sociétale complexe que l’on ne peut réduire à une « anomalie » ou un retard dans le développement.

This paper deals with the comparative approach of the riots on one hand, and the student movement on the other. If both movements are based on young people mobilization, not all the dimensions which are important in explaining the riots (social classes, ethnicity and race, generation, space, family structure, gender) are so pertinent for the student movement. The riots were indeed the expression of relegation and a profound resentment that have bought into play both ethnoracial (youth from African immigrant backgrounds, directly concerned by discrimination and racism) and social dimensions (low-income backgrounds). But the riots did not develop simply on the basis of age and class, but rather that they bring into play the urban forms (segregation) of the increasing precariousness of part of the low-income population, particularly those of immigrant origin. Segregation reinforces the interaction and the association between these dimensions, and is a favourable condition for riots because of the concentration in the space of all the characteristics which are perceived as object of discrimination and because of the best control of territory. This shift, from inequalities to discrimination, is particularly visible in some specific social spheres like political representation, labor market, police, housing, and school.

Next