Co-auteur
  • PRÉTECEILLE Edmond (19)
  • VOISIN Agathe (5)
  • LE GALÈS Patrick (5)
  • RIVIERE Clément (4)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (35)
  • Communication non publiée (35)
  • Partie ou chapitre de livre (15)
  • Thèse de doctorat (7)
  • Voir plus
in Sociétés contemporaines Publié en 2002
KIEFFER Annick
PRÉTECEILLE Edmond
7
vues

7
téléchargements
Cet article de cadrage présente la problématique comparatiste mise en place autour des catégories socioprofessionnelles. Elles sont devenues en France, au fil des décennies, des catégories quasi naturelles de représentation de la structure de notre société. La critique se fait toutefois entendre, sur ce fond commun de représentations. Comparé aux autres pays, il est frappant de constater l'extrême variabilité de ces catégories, voire l'existence de constructions ad-hoc de nomenclatures par le chercheur, en fonction de ses objectifs théoriques. L'article décrit le projet d'harmonisation européenne des statistiques sociales et les enjeux nombreux sous-jacents à l'heure de faire des choix.

Cette recherche a pour ambition de saisir les effets potentiels de l’assouplissement de la carte scolaire sur trois points principaux : le profil des établissements, les demandes de dérogation (flux, motifs, caractéristiques des collèges de départ et d’arrivée, etc.), et enfin les comportements et les représentations des parents ayant recours à cette démarche. Le premier chapitre propose une vue d’ensemble des évolutions du profil des collèges, le deuxième présente l’articulation entre la ségrégation résidentielle et la ségrégation scolaire, le troisième analyse plus en détail les flux et les caractéristiques des demandes de dérogation à différentes échelles, et enfin le quatrième chapitre s’intéresse plus directement au ressenti des parents engagés dans ce processus.

in Dictionnaire des inégalités et de la justice sociale Sous la direction de SAVIDAN Patrick Publié en 2018-10
3
vues

0
téléchargements

Urban inequalities have become more important because access to key resources, from facilities to public and private services, have become essential in the definition of living conditions. Urban segregation shapes spatial inequalities into urban social inequalities. Recent research has shown that segregation, and therefore urban inequalities, are more complex than the widespread dualist vision. Their analysis require a detailed attention to the changing occupation structure shaped by the economy and to its interaction with changing ethnic patterns. In European cities particularly, the analysis of urban segregation and inequalities inevitably interacts with that of local welfare arrangements, in the wide sense including not only local public policies but also local effects of national or supranational ones, family forms of social reproduction, private actors such as mutual organizations, associations, etc. Urban segregation and inequalities are partly conditioned by the effects of those local welfare arrangements; but they also in turn contribute to define and transform those welfare arrangements in complex ways, which need to be investigated more deeply. In that respect, some of the recent policy changes associated to the agenda of neoliberalization have urban impacts that may be more brutal than the progressive transformation that we used to consider for policies expressing rather long term embedded economic, social and institutional structures. But again, changing occupation structures and residential patterns may produce urban social structures, representations and practices that are not mere outcomes of neoliberalization and may challenge it, either with constructive new forms of social mobilization and solidarity, or with disruptive outbursts of violence.

in L’Italie contemporaine de 1945 à nos jours Sous la direction de LAZAR Marc Publié en 2009
6
vues

0
téléchargements

Cette thèse analyse l'impact des modèles nationaux (multiculturalisme britannique, d'un côté, et modèle républicain français, de l'autre) sur la saillance de l'ethnicité dans les cultures juvéniles des quartiers populaires. Elle repose sur une enquête ethnographique menée entre 2007 et 2012 dans la ville de Bondy en Seine-Saint-Denis et dans le district de Newham à East London, auprès d'adolescents et de jeunes adultes, par entretiens individuels, entretiens collectifs et observations. Elle montre comment modèles nationaux et particularités des contextes locaux se combinent pour produire une saillance ethnique sociale, locale et éclatée, à Newham, politique et collective, à Bondy. A Bondy, l'ethnicité est expérimentée et représentée comme redoublant les diverses dimensions des inégalités sociales ; elle rassemble les enquêtés dans un "nous" proche et multidimensionnel ("Noirs et Arabes", "jeunes de banlieue", "pauvres") opposé à un "eux" distant (les "institutions", les "politiques", les "Français"). L'expérience des discriminations ethniques y est une expérience centrale qui structure le rapport des enquêtés aux institutions locales et à la société française. A Newham, l'ethnicité organise la séparation de différentes socialisations et sociabilités dans l'espace local entre jeunes "Black", "White" et "Asian". Perçue comme découplée des autres dimensions des inégalités sociales, l'ethnicité reste peu politisée et peu conflictuelle dans le rapport aux institutions locales. L'expérience de classe prédomine, alors, dans les rapports conflictuels des enquêtés à la société britannique.

in Que faire contre les inégalités ? Sous la direction de MAURIN Louis, SCHMIDT Nina Publié en 2016-06
13
vues

0
téléchargements
Et si l’on agissait au lieu de s’agiter ? En matière d’inégalités, l’écart entre les discours et les actes est trop grand. L’ouvrage de l’Observatoire des inégalités donne la parole à des chercheuses et chercheurs qui travaillent au quotidien sur ces questions depuis des années. Certains viennent de publier leurs premiers travaux, d’autres y ont consacré toute leur carrière professionnelle. De l’école aux revenus, en passant par les services publics, la santé ou les inégalités entre les femmes et les hommes, ils dessinent leur champ des possibles. Économistes, sociologues, juristes, philosophes, démographes : l’ouvrage « Que faire contre les inégalités ? 30 experts s’engagent » rend justice à des travaux trop souvent méconnus des responsables politiques. Des chercheurs qui « trouvent », on en trouve pour peu que l’on cherche. Si ces femmes et ces hommes étaient autant écoutés que les pseudo-experts des plateaux télé, leurs propositions pourraient nourrir des politiques publiques plus conformes aux attentes de la population et redonner du sens à la politique. Un an avant l’élection présidentielle, ce « Que faire ? » n’est pas un bréviaire du militant de l’égalité, un discours-programme de parti politique. Ses contributeurs ne se sont pas concertés, ne sont pas toujours d’accord entre eux et l’Observatoire des inégalités ne partage pas nécessairement chacune des idées avancées. Mais ils partagent le sentiment qu’il est urgent de faire un pas en avant et de débattre sur les moyens d’avancer. Nous avons voulu ouvrir une boîte à idées, qui demande à être complétée au gré de l’avancée des travaux des spécialistes, de l’actualité des inégalités. Ce nouvel ouvrage s’adresse à toutes celles et ceux qui souhaitent plus d’égalité dans les faits. Et, bien sûr, à celles et ceux qui nous gouvernent et qui ont les moyens d’agir.

in International Journal of Urban and Regional Research Publié en 2000
3
vues

0
téléchargements
This comparative work between 13 european cities in 6 countries is an important means of understanding the phenomena of poverty and exclusion and the responses to them in different European contexts, as well as assessing the dynamics of change and the effects on the populations concerned. It also forces us to look a lot more cautiously at the classic typologies of the welfare state or of the mode of regulation of poverty, which are generally constructed on the basis of the formal and institutional characteristics of national or regional systems.

Suivant