Coauthor
  • MICHELAT Guy (49)
  • TIBERJ Vincent (46)
  • VITALE Tommaso (31)
  • BOY Daniel (16)
  • Show more
Document Type
  • Part or chapter of a book (180)
  • Article (119)
  • Newspaper article (103)
  • Audiovisual (75)
  • Show more
in Politics in France and Europe Sous la direction de PERRINEAU Pascal, ROUBAN Luc Publication date 2009-03
10
views

10
downloads
According to the thesis put forward by the sociologist Seymour M. Lipset in his book, Political Man: The Social Bases of Politics, the electoral game is essentially a reflection of the class struggle: “In virtually every economically developed country, the lower-income groups vote mainly for parties of the Left, while the higher-income groups vote mainly for parties of the right.” However, almost thirty years later he is one of the first people, along with Terry Clark, to predict the disappearance of social classes and of the privileged link between left-wing parties and people from working-class backgrounds. [First paragraph]

in Dictionnaire historique et critique du racisme Publication date 2013-05
5
views

0
downloads

in La Démocratie à l’épreuve : une nouvelle approche de l’opinion des Français Sous la direction de MAYER Nonna, GRUNBERG Gérard, MAYER Nonna, SNIDERMAN Paul Publication date 2002
0
views

0
downloads

in La Démocratie à l’épreuve Sous la direction de MAYER Nonna, GRUNBERG Gérard, MAYER Nonna, SNIDERMAN Paul Publication date 2002
13
views

0
downloads
Les limites des enquêtes par sondage sont connues. Les réponses dépendent de la manière dont les questions sont formulées et de la manière dont elles sont comprises d’un individu à l’autre. Elles sont tributaires du moment où elles sont posées. Tout le monde enfin n’a pas nécessairement une opinion sur tout, ou envie de la livrer. Pour les tenants du paradigme « minimaliste », illustré par les travaux d’un Pierre Bourdieu en France, d’un Philip Converse aux États-Unis, le public de masse serait globalement peu informé, ses capacités de raisonnement seraient faibles, et les opinions recueillies par les sondages, surtout dans le domaine politique, seraient souvent superficielles, instables et incohérentes, assimilables à des pseudo-attitudes ou « non-attitudes » (Converse, 1964 et 1971). Le développement récent des sciences cognitives a relancé le débat sur la manière dont se forment les opinions, en particulier politiques, dans le contexte particulier des enquêtes par sondage. L’Américain John Zaller (1992), notamment, propose un modèle explicatif plus sophistiqué qu’on peut qualifier de « constructionniste », qui insiste au contraire sur l’excès d’informations disponibles. Nous sommes exposés à un flot d’informations et de nouvelles, souvent contradictoires. Les personnes les plus intéressées par la politique font le tri, elles en retiennent ce qui va dans le sens de leurs valeurs et de leur orientation idéologique, de manière à la fois critique et sélective. Leurs réponses seront cohérentes et stables. Mais le public, dans sa grande majorité, prête peu attention à la politique et se fait son opinion à mesure qu’il découvre les questions, puisant dans le stock d’informations disponibles en fonction de ce qu’il a en tête à cet instant. La même question posée à un autre moment du questionnaire ou d’une autre manière est susceptible de susciter une tout autre réponse. À partir de prémisses distinctes, les conclusions de John Zaller rejoignent donc celles des minimalistes. [premier paragraphe]

in Le Désenchantement démocratique Sous la direction de PERRINEAU Pascal Publication date 2003
7
views

0
downloads
Abstentions records, montée des extrêmes, manifestations à répétition, méfiance à l'égard des élites, autant d'indices d'une crise de la représentation qui toucherait non seulement la France mais la plupart des démocraties occidentales, comme en témoigne le titre d'ouvrages récents comme: Why People don't Trust Government, de Nye, Zelikow et King [1997], Critkal Citizens, de Pippa Norris [1999] ou encore Disaffected Démocraties, de Pharr et Putnam [2000]. Comment lire ces indices? Faut-il y voir une désaffection des citoyens à l'égard des normes, des procédures, des valeurs de la démocratie représentative? N'expriment-ils pas plutôt la demande d'une démocratie plus participative, plus délibérative? Telles son les questions auxquelles nous tentons de répondre, en nous appuyant sur les données d'une enquête expérimentale entièrement consacrée au rapport des Français à la démocratie en mai-juin 2000, hors période électorale {encadré ci-après). Elle permet d'évaluer leur attachement à la démocratie dans ses différentes acceptions - démocratie représentative, passant par la médiation des partis et des élus, démocratie participative par le biais de la consultation directe des citoyens (référendum) et par le biais des mobilisations collectives (manifestations, grèves, mouvements sociaux), de voir si ces différentes acceptions sont complémentaires ou concurrentes, et d'analyser les facteurs socioculturels et idéologiques qui les sous-tendent. [Premier paragraphe]

3
views

0
downloads
Premier paragraphe : La politologue Nonna Mayer nous explique pourquoi c'est une mauvaise idée de faire le "portrait-robot" de l'électeur FN, écolo ou socialiste. Et nous encourage à remettre en question nos stéréotypes.

Premier paragraphe : En l'espace de quelques jours, Harry Roselmack et Christiane Taubira ont fait part de leurs inquiétudes face à une montée du racisme ordinaire en France. Si la Garde des Sceaux s'est empressée de corriger ses propos en affirmant que la "France n'était pas raciste", certaines statistiques démontrent bien une recrudescence du rejet de l'autre depuis quelques années.

in Une droitisation de la classe ouvrière en Europe ? Sous la direction de DE WAELE Jean-Michel, VIEIRA Mathieu Publication date 2011-12
3
views

0
downloads

4
views

0
downloads
Premier paragraphe : Alors que le parti de Marine Le Pen prône une vision conservatrice des femmes, il recueille de plus en plus de vote de leur part. Au premier tour des élections régionales, le Front national est arrivé en tête dans six régions, avec notamment trois listes emmenées par des femmes. Marine Le Pen dans le Nord-Pas-de-Calais-Picardie avec 40,64 % des suffrages, Marion Maréchal-Le Pen dans la région PACA a remporté 40, 55 % des voix et Sophie Montel en Bourgogne-Franche-Comté, plus de 31 % d’adhésion.

in Analyses électorales Sous la direction de MAYER Nonna, DÉLOYE Yves, MAYER Nonna Publication date 2017-06
87
views

0
downloads

Next