Coauthor
  • SIIM Birte (3)
  • FOSSUM John Erik (3)
  • SCHADER Miriam (1)
  • LAMINE Anne-Sophie (1)
  • Show more
Document Type
  • Article (13)
  • Part or chapter of a book (11)
  • Book (9)
  • Web site contribution (5)
  • Show more
in Vingtième siècle - Revue d'histoire Publication date 2001
5
views

5
downloads
L'Allemagne vient de rompre en 1999 avec le droit du sang qu'elle reconnaissait depuis 1913 et même avec sa conception de la nation qui remontait à Herder et Fichte. Cet événement considérable, pour elle comme pour l'Europe, est mis ici en perspective historique. Ce rappel dévoile une Allemagne pays d'immigration, une société multiculturelle où la participation tente de déboucher sur une citoyenneté, une nation et un État où les nouveaux citoyens bousculent les héritages et les représentations et où la double nationalité n'est pas une panacée. C'est bien la force de l'immigration, et d'abord turque, qui tout au long a contraint ce pays à négocier différemment sa propre identité et à rechercher un au-delà de la démocratie constitué en 1949.

15
views

0
downloads
This book looks at the role of multiculturalism in the complex construction of the European Union, acknowledging the tension of creating a new political space for identities that are simultaneously national, regional, linguistic, and religious, and yet strive to encompass a political and geographic whole. The author investigates the difficulty of conjugating the complex, pluralistic sense of belonging that individuals and groups in the EU experience in efforts to form a cohesive political identity, and one that is expressly European.

Sous la direction de KASTORYANO Riva Publication date 2005
13
views

0
downloads
La deuxième édition revue et augmentée de cet ouvrage s’interroge à nouveau sur l’identité de l’Europe tandis que l’Union européenne connaît des bouleversements sans précédent : élargissement à l’Est mais aussi au Sud, interrogations et débats concernant la place de la Turquie dans ce nouvel ensemble, élaboration et processus d’adoption d’une Constitution. Ces évolutions mettent en évidence la difficulté accrue de combiner l’un et le pluriel, les particularités nationales et la recherche d’une unité européenne. Les auteurs des contributions rassemblées dans ce livre - anthropologues, sociologues, juristes, politologues, philosophes – cherchent à déterminer dans quelle mesure le multiculturalisme peut et doit constituer une réponse pertinente à la construction de l’Europe. (Résumé de l'éditeur)

2
views

0
downloads
L'islam en Turquie est devenu source de polémique divisant la nation entre « laïques et musulmans » : ce clivage est à la une des journaux depuis 1997. Depuis lors, l'islam politique est déclaré explicitement l'ennemi intérieur de l'Etat turc. Symbolisé par le foulard, il devient outil de résistance vis-à-vis de l'Etat, et de liberté identitaire indiscutable, il porte ombrage à la force mobilisatrice de l'identité officielle, remettant ainsi en cause sa place indéfinie dans la « conscience nationale » et dans les institutions de l'Etat. Ainsi, la lutte officielle contre l'islam politique qui cherche à mobiliser les passions et les émotions à son encontre ne fait que le renforcer et conduit à toute sorte d'interprétations allant de la foi de la nation à la foi individuelle, d'une culture collective à sa reconnaissance dans la vie politique et, tout en voulant séparer religion et politique, souligne la difficulté de définir une frontière précise entre deux.

in Cahiers d'études sur la Méditerranée orientale et le monde turco-iranien Publication date 1998-07
4
views

4
downloads
Depuis quelques années l'individu reprend sa place dans les débats en sciences sociales à travers ses « appartenances » communautaire, sociétale, nationale. Les libéraux s'opposent aux « communautaristes » pour situer l'individu face au pouvoir et optimiser ses droits dans les sociétés modernes, complexes et multiculturelles. Or le processus de modernisation politique _ avec la formation de l’État_nation _ avait extrait l'individu de ses relations dites primordiales pour le situer directement face à l’État en tant que citoyen, remplaçant ainsi la loyauté vis_à_vis des pairs par la loyauté vis_à_vis de la communauté politique et l'affectivité par la rationalité comme indicateur du progrès et de l'émancipation. Quant au processus de modernisation économique à l'origine de transformations sociales, il s'est accompagné d'analyses dichotomiques des relations sociales et des modes de solidarité. [Premières lignes]

in Alternatives internationales. Hors-série Publication date 2008-12
6
views

0
downloads
L'Europe ne s'est pas construite sur une identité - qu'elle aurait du mal à définir - mais sur un projet de paix et de prospérité où la Turquie a sa place. Surtout si l'UE veut renforcer sa puissance régionale.

Definitions of the European Union in terms of « shared destiny » or as an expression of the « will to live together » recall the inspirations that led to the formation of nation-states in eighteenth century Europe. Can one think of the European Union in the same terms as nationstates? Can nation-state building be a « model » for the construction of a political Europe? Can the fact that European institutions are concerned to harmonize political, legal and cultural differences impelling the states to attempt to set a common « political agenda » be enough to conceive of the Union as a political community? (...).

in Revue européenne des migrations internationales Publication date 1994
11
views

11
downloads
Il est devenu habituel d'opposer des « modèles » nationaux lorsqu'il s'agit de comparer les formes d'organisation et d'intégration des migrants des années 1960 installés dans différents pays européens. Ces modèles fondés sur les traditions politiques et les relations que chacun des états entretient avec les populations en situation de minorité (religieuse, ethnique, raciale) influencent la mobilisation des populations en question. En effet, leurs modes de mobilisation dénotent dans chacun des pays l'intériorisation des normes et des conduites politiques propres à chacun des pays et soulignent dès lors la « nationalisation » de leurs actions. Or, la construction de l'Europe remet en cause la validité et la pertinence des modèles. Le mode de participation politique des populations issues de l'immigration trouve un appui dans ce nouvel espace politique qui favorise les solidarités transnationales en fonction de la nationalité (actuelle ou d'origine), la religion, ou la « couleur ». Les actions qui les accompagnent contournent les politiques nationales pour aboutir à une représentativité au niveau européen.

in Multiculturalism, Muslims and Citizenship : A European Approach Publication date 2006
2
views

0
downloads

5
views

5
downloads
Le 18 avril 1999, le "peuple turc" a choisi le nationalisme : de gauche et de droite, représenté respectivement par le parti de la Démocratie de Gauche avec 22,8% et le Parti du Mouvement National avec 18,6% (...).

Next