Co-auteur
  • MARTIN Laurent (2)
  • LÉVY Jacques (1)
  • RAINEAU Thomas (1)
  • PRIN Estelle (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article de presse ou magazine (17)
  • Article (15)
  • Partie ou chapitre de livre (10)
  • Contribution à un site web (8)
  • Voir plus
in Fondation Robert Schuman Publié en 2020-09
PRIN Estelle
4
vues

0
téléchargements
2020 était annoncée comme une année sino-européenne dense sur le plan diplomatique avec de nombreux rendez-vous destinés à faire aboutir des dossiers cruciaux et parfois anciens, en particulier un accord sur les investissements. Les négociations étaient difficiles, certes, mais en cours. A l'agenda euro-chinois étaient inscrits le sommet sino-européen annuel et une conférence au format " 17+1 " entre la Chine et dix-sept États européens des Balkans et d'Europe centrale dont cinq Etats membres de l'Union européenne. De plus, Angela Merkel s'était engagée à tenir un autre sommet UE-Chine, en septembre à Leipzig à l'occasion de la présidence allemande du Conseil de l'Union.

11
vues

0
téléchargements
Une analyse de la place du Parlement européen dans les débats institutionnels récents

4
vues

0
téléchargements
Le sommet européen le plus long de l’histoire est-il historique ? La réponse est oui. Non pas tant par son résultat comptable. Le plan de relance est un budget extraordinaire d’un montant de 750 milliards d’euros à dépenser en trois ou quatre années. C’est une augmentation de 50 % environ du budget ordinaire qui est d’un peu plus de 1 000 milliards d’euros tous les sept ans. Ce budget extraordinaire est censé être un financement « one shot » non reconductible. Apprécié dans la moyenne durée, ce plan de relance sera donc marginal quant à son montant. [...]

in The Conversation Publié en 2020-06
LÉVY Jacques
11
vues

0
téléchargements
L’annonce par Angela Merkel, Emmanuel Macron puis Ursula von der Leyen d’une dette européenne pour financer le plan de relance est historique. Pour autant, suffira-t-elle à rassurer enfin ceux pour qui l’Europe doit chaque jour faire la preuve de sa raison d’être ? Ce n’est pas certain. Depuis la mi-mars, chacune des actions de l’Union, même les plus colossales, ont été minimisées par de nombreux observateurs, y compris parmi les plus europhiles d’entre eux, qui déploraient sa désunion, ses égoïsmes, son impuissance… [...]

in L'Europe trois décennies après l'ouverture du rideau de fer Sous la direction de PARMENTIER Florent, VERLUISE Pierre Publié en 2020-05
4
vues

0
téléchargements
Ceux qui ont connu la chute du mur de Berlin ne s'y retrouvent plus dans l'Europe d'aujourd'hui. Et ceux nés après 1989 - soit des centaines de millions de personnes - manquent d'éléments pour comprendre "l'Europe d'avant". Il existe donc la nécessité d'une publication de référence pour embrasser ces trois décennies, afin de donner des clés, identifier des continuités et des ruptures, pointer des "surprises", des paradoxes, et souligner des lignes de force. Voire, penser la suite, ouvrir des perspectives. Cet ouvrage permet de disposer d'une vue d'ensemble [...]

5
vues

0
téléchargements
Comme chacun sait, le Brexit a largement été interprété comme une manifestation de la crise de la légitimité démocratique européenne. Mais il se trouve que, dans les mois qui ont suivi le référendum britannique de juin 2016, la quasi-totalité des partis européens comparables au UKIP – ce parti xénophobe et tribunitien, uniquement dédié à la sortie de l’UE depuis le début des années 1990, et qui a fini par atteindre son objectif grâce à la complicité du parti Conservateur – ont renoncé à la sortie de l’UE et de la zone euro.

in Prolifération des territoires et représentations territoriales de l’Union européenne Sous la direction de BRUNET Sylvia , LEBON Lydia, RICHARD Yann Publié en 2019-11
RICHARD Yann
5
vues

0
téléchargements
La prolifération de territoires plus ou moins institutionnalisés et formalisés, à toutes les échelles, sub-, trans- ou supra-nationales, ne permet pas toujours de légitimer leurs représentants ni de construire socialement des identités vécues. Beaucoup de territoires ne deviennent ni des objets de représentation ni des référents identitaires. Il existe dès lors une crise de légitimité politique qui touche aussi, voire surtout, l’idée européenne.

En 1989, les aspirations à la liberté et au pluralisme avaient poussé les sociétés des pays communistes d’Europe à braver les dictatures pour changer de régime politique et se libérer d’un joug soviétique en phase de retrait. En 2019, une majorité de citoyens de Hongrie et de Pologne, de Slovaquie et de République tchèque, pays devenus prospères bien qu’encore en phase de rattrapage, adhèrent à des politiques illibérales, tandis qu’une partie de ceux qui n’y adhèrent pas migrent ailleurs au sein de l’Union européenne devenue pour tous un espace de libre circulation et de travail, et qu’une autre partie votent pour les partis d’opposition pour promouvoir l’alternance dans des conditions démocratiques devenues depuis dix ans peu à peu contraintes. [...]

in The Conversation Publié en 2019-05
14
vues

0
téléchargements
Ceux que l’on appelle les nationalistes défendent leur nation comme étant un principe sensé qui régit tout. La plupart d’entre eux ne semblent pas être opposés à une construction européenne. Cependant, la nuance est de mise : les nationalistes ne sont pas non plus pour un approfondissement de cette construction. De ce point de vue là, il existe une différence notoire entre les nationalistes et ceux qu’on pourrait appeler les « européistes » ou les pro-européens. Notamment dans la forme que prend le combat qu’ils mènent en faveur de la défense de leur nation ou de ce qu’ils appellent « l’État-nation ». Aujourd’hui, les nationalistes considèrent que ce combat peut se faire – et gagne à se faire – à l’intérieur de la construction européenne. (Premiers paragraphes)

Publié en 2019-04 Collection OJ.DOCUMENT
LÉVY Jacques
17
vues

0
téléchargements
L'Europe, c'est le pays des Européens ! En effet, l'Europe existe en tant que société, la société d'Erasmus et de l'euro bien sûr, celle aussi qui promeut un mode de vie inégalé dans le Monde. Mais, ce que veulent montrer Sylvain Kahn et Jacques Lévy, c'est que cette société qui s'invente sous nos yeux doit s'incarner politiquement pour être à la hauteur des enjeux qu'elle soulève. Ce livre entre en Europe sous l'angle singulier de l'espace : ses territoires, ses réseaux et les temps longs de la géohistoire. Ce faisant, il éclaire le citoyen européen par ses propositions innovantes, soulignant que l'Europe est le laboratoire d'un monde habitable ici et maintenant. C'est déjà un pays. Se réclamant d'une démarche de "science citoyenne", ce livre montre : les citoyens européens ont un rôle à jouer et ce sont eux qui auront le dernier mot !

Suivant