Co-auteur
  • BOY Daniel (26)
  • CHANVRIL Flora (9)
  • DUPOIRIER Elisabeth (8)
  • LE HAY Viviane (7)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (33)
  • Article (13)
  • Rapport (12)
  • Communication non publiée (9)
  • Voir plus
L’environnementalisme citoyen dans les grandes métropoles des Nord prend place dans des territoires en constante transformation, caractérisés par des paysages, des populations et des tendances politiques diversifiés. Dans cet article, nous défendons que la différenciation sociospatiale et, plus spécifiquement, les inégalités territoriales qui traversent les territoires métropolitains constituent un facteur décisif et pourtant souvent négligé par les études sur les mouvements sociaux environnementaux. À partir d’une enquête menée sur les associations environnementales agissant dans le Grand Paris, articulant une série de données quantitatives et géospatialisées sur le profil de 131 communes et une série de données qualitatives portant sur 52 associations et collectifs, nous montrons comment le profil paysager, socio-économique et politique interagit avec l’environnementalisme citoyen à l’échelle municipale. Nos résultats, discutés ici, indiquent que les modalités et schèmes d’action des associations environnementales sont partiellement, mais significativement, orientés par les inégalités territoriales métropolitaines.

Le Baromètre de la confiance politique du CEVIPOF est la référence pour mesurer la valeur cardinale de la démocratie : la confiance. Depuis 2009, il dévoile les niveaux de confiance accordée aux acteurs politiques, sociaux et économiques par les Français. Il révèle les degrés de confiance personnelle et interpersonnelle. Il divulgue enfin les perceptions de l'avenir articulées entre optimisme personnel et pessimisme collectif.

in Statistique et société Publié en 2016-12
CHANVRIL Flora
57
vues

0
téléchargements
Cet article met en évidence la défiance du grand public dans les indicateurs de la statistique publique et cherche à en déterminer ses ressorts. La 7e vague du baromètre de la confiance du CEVIPOF, enquête administrée par l’institut OpinionWay en décembre 2015 auprès de 2064 personnes, en situe le niveau par rapport à d’autres dimensions ou institutions. Cette enquête, en utilisant l’analyse des données et des modèles de régression logistique, établit le lien très fort entre défiance dans les chiffres de la statistique publique et défiance dans les institutions politiques. Les indicateurs comme le taux de chômage, de croissance, d’inflation, de la délinquance ou de l’immigration sont considérés, pour la population, comme liés au pouvoir politique, même si l’Insee a une très bonne image. Cette défiance touche surtout la classe moyenne inférieure et s’explique aussi par l’orientation politique et les choix électoraux. Elle influe sur l’idée que la population française se fait du fonctionnement de la démocratie.

21
vues

0
téléchargements
Les élections cantonales sont mortes, vive les départementales ! Tel aurait pu être le slogan des inspirateurs du changement de la règle électorale visant à désigner les conseillers départementaux. Pour la première fois de leur histoire, les élections cantonales sont devenues les élections départementales. Au-delà du changement de nom, les conseillers départementaux sont désormais élus par paire de candidats dans un même canton, réduisant de facto de moitié le nombre de cantons (2054) mais en préservant sensiblement le même nombre de représentants départementaux (4108 contre 4046).

Publié en 2014-11 Nom de la conférence Colloque francophone sur les sondages
CHANVRIL Flora
4
vues

0
téléchargements

5
vues

5
téléchargements
Paris fait partie des villes où les élections municipales se dérouleront dans un jeu politique ouvert par le retrait de son maire sortant Bertrand Delanoë au terme de deux mandats. Dans cette situation d’ouverture, les profils politiques très différents des deux principaux concurrents qui s’affrontent dans « un combat de dames » prennent tout leur intérêt. D’un côté, Anne Hidalgo, candidate PS au fauteuil de maire de Paris, est à la tête des listes de rassemblement PS-PC-PRG, pimentées par la présence de quelques conseillers sortants du MoDem. Elle peut faire état d’une expérience de cabinets ministériels qui se conjugue avec une carrière d’élue locale comme 1 ère adjointe de l’équipe du maire sortant depuis 2001 puis de conseillère régionale d’Île-de-France depuis 2004. Elle est enfin soutenue par Bertrand Delanoë. De l’autre côté, Nathalie Kosciusko-Morizet, candidate UMP à la tête des listes de rassemblement UMP-MoDem-UDI cumule des expériences politiques d’envergure nationale – députée de l’Essonne depuis 2002, plusieurs fois ministre sous la présidence Sarkozy – avec une expérience locale de maire de Longjumeau (Essonne) depuis 2008. Toutes deux ont été adoubées par leurs partis pour présenter leur candidature au fauteuil de maire de Paris au terme d’élections primaires. Dans ces conditions, la reconduction de la gauche sera-t-elle plus ou moins aisée que la reconquête de Paris par la droite ?

53
vues

0
téléchargements
Les sondages préélectoraux déconcertent les citoyens par leur profusion,et leurs échecs passés ont laissé un sentiment de défiance. Pourtant, ils donnent de bons résultats, dans des conditions d’exécution difficiles.Pour qu’ils retrouvent la confiance du public, la profession et l’autorité de régulation doivent s’engager toujours plus avant vers la transparence des méthodes.

Publié en 2013-07-10 Nom de la conférence 12e congrès, Inégalités et démocratie, Association française de science politique (AFSP), Module transversal sur l’état de la discipline 1 : « Le futur des études électorales en France »
BOY Daniel
CHANVRIL Flora
68
vues

68
téléchargements
La séquence électorale de 2012 a été l'occasion pour le CEVIPOF à la fois de prolonger ses dispositifs habituels d'enquêtes électorales (panel et enquête post-électorale) et de proposer de nouveaux dispositifs. Sans constituer l'équivalent français des grands dispositifs d'enquêtes internationaux (type British election studies par exemple), ces différents dispositifs représentent une contribution significative à l'ensemble de la production de données réalisée par la science politique française en 2012. Cette contribution montre les apports du CEVIPOF à cette dynamique des études électorales en 2012 et leurs complémentarités: l’enquête par panel Présidoscopie (6000 répondants) qui permet d’analyser l’évolution des changeurs d’intentions de vote tout au long du printemps électoral ; les enquêtes post-électorales constituées de deux sondages menés simultanément, en CATI et en CAWI, dans la période suivant immédiatement le second tour de l’élection présidentielle ; le dispositif Boussole présidentielle 2012, première application universitaire en France des enquêtes en ligne de type Voting Advice Application (VAA), en collaboration avec Kieskompas (application développée par André Krouwel, Université Libre d'Amsterdam) ; les enquêtes de l’ANR Mediapolis permettant de saisir et mesurer les pratiques informationnelles des Français. Enfin, comme après chaque scrutin le CEVIPOF enrichit la base de données électorales nationale à tous les niveaux géographiques.

Publié en 2013-07-09 Nom de la conférence 12e congrès, Inégalités et démocratie, Association française de science politique (AFSP), section thématique 26 : L’élection présidentielle de 2012 : quelles permanences et quelles évolutions des "alignements" électoraux ?
CHANVRIL Flora
4
vues

0
téléchargements
2012 a été une élection d’alternance politique. Le clivage « économique et social » a été renforcé par l’accentuation de la crise et des inégalités sociales. Dans le même temps l’Europe a été un enjeu plus ou moins caché de cette élection. Les clivages analysés depuis une vingtaine d’années ont-ils évolué depuis 2007 ? Nous utiliserons les enquêtes post-électorales et Présidoscopie 2012.

in Le Vote normal Sous la direction de PERRINEAU Pascal, PERRINEAU Pascal Publié en 2013-05
5
vues

0
téléchargements

Suivant