Co-auteur
  • CAPELLE-POGACEAN Antonela (9)
  • SLIM Assen (3)
  • JAKŠIĆ Milena (3)
  • DYMI Amilda (2)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (63)
  • Communication non publiée (26)
  • Partie ou chapitre de livre (15)
  • Rapport (11)
  • Voir plus
4
vues

0
téléchargements
Débat organisé par le CERI dans le cadre de l'émission "Au fil des mots".

2
vues

0
téléchargements
Débat organisé par le CERI dans le cadre de l'émission "Au fil des mots". Durée : 01h07

in Le Courrier des pays de l'Est - La Documentation française Publié en 2004-08-01
RAGARU Nadège
SLIM Assen
1
vues

0
téléchargements

in Revue française de science politique Publié en 2012-04
2
vues

0
téléchargements
Rarement l’observation selon laquelle les éditions et matérialités successives dans lesquelles des textes se donnent à lire font partie intégrante des vies d’une oeuvre aura-t-elle été aussi juste que dans le cas d’Imagining the Balkans, cet ouvrage de l’historienne Maria Todorova, originalement publié aux États-Unis en 1997 et qui nous parvient en langue française au terme d’un long voyage [Premières lignes de l'article].

in Local Dimensions of the Second World War in Southeastern Europe Sous la direction de BOUGAREL Xavier, GRANDITS Hannes, VULESICA Marija Publié en 2019-05
16
vues

0
téléchargements
At dawn, on 11 March 1943, 3,264 Jews from the southern city of Bitola in Bulgarian-held Macedonia were rounded up. In the middle of the night, the Jewish quarter of the city, where all the Jews had been relocated in the fall of 1942, was sealed by the army and the police. At five in the morning, twenty groups, each comprising a police officer, rank and file police, soldiers and a teacher, started touring the houses, telling the Jews they had one hour to collect their things. Each household was allowed 30 kilograms of luggage. In the freezing cold, the Jews were walked under guard to the train station located on the other side of the river Dragor which carves the town in two halves. After a body search and several hours of waiting in the snowy winter, the Jews of Bitola were transferred to a temporary detention camp in Skopje. By the end of March, the detainees had been transported to Treblinka and exterminated. An estimated 116 Jews managed to escape the deportations.

3
vues

0
téléchargements
L’article revient sur la construction comme problème public des « questions roms » dans les arènes politiques européennes et internationales. Examinant les registres de justification offerts par les protagonistes dans le champ, il interroge la carrière de grilles d’intelligibilité concurrentes, la circulation des « savoirs » et leurs incidences sur la prise en compte de ces populations et la définition des politiques qui les visent. Les débats autour des « enjeux roms » ont acquis une intensité d’autant plus grande que s’y négociaient des mutations concomitantes et conflictuelles dans les rapports entre « Est » et « Ouest » européens. Loin de refléter une transposition linéaire de prescriptions internationales ou, a contrario, une résistance locale, l’administration de ces problématiques illustre, plus particulièrement dans les pays de départ, le redéploiement de savoir-faire et de représentations antérieurs que l’intégration européenne a refaçonnés plus que disqualifiés.

Moins de deux ans : tel est le temps qu’il aura fallu à Bojko Borisov, l’ancien Premier ministre qu’une vaste mobilisation sociale avait acculé à la démission en février 2013, pour revenir au pouvoir. A l’issue des élections parlementaires anticipées du 5 octobre 2014, sa formation GERB (droite populiste) remportait 32,67% des voix, deux fois plus que son adversaire, le Parti socialiste bulgare-Bulgarie à gauche (15,40%)...

Publié en 2004-03
RAGARU Nadège
8
vues

0
téléchargements
Note de consultance réalisée pour le Centre d'analyse et de prévision (CAP), ministère des Affaires étrangères.

in Balkanologie Publié en 2003-06
RAGARU Nadège
DYMI Amilda
11
vues

11
téléchargements
C'est au moment de l'intervention de l'OTAN au Kosovo, au printemps 1999, que la communauté albano-américaine a été propulsée sur le devant de la scène médiatique aux États-Unis. Jusqu'alors, la communauté albanaise, forte de 200 000 à 400 000 membres, était restée peu connue du grand public. Mais l'élan de curiosité est retombé sitôt le conflit achevé. Aujourd'hui encore, en dépit de l'existence d'une très abondante littérature, aux États-Unis, sur les “communautés transnationales” et les diasporas, rares sont les recherches permettant d'éclairer la trajectoire des Albanais installés en Amérique du nord, les conditions de formation d'une communauté diasporique, les processus identitaires en son sein ou encore ses formes de mobilisation dans la vie publique américaine. Le présent article s'emploie dès lors à éclairer les recompositions induites, dans la communauté, par l'arrivée à partir des années 1970 de migrants kosovars entretenant des liens très forts avec leur terre d'origine, la détérioration de la situation au Kosovo (qui précède l'éclatement de la Yougoslavie en 1991) et la sortie de l'autarcie de l'Albanie (à partir de 1990-1991). Un accent tout particulier est placé sur les entreprises de mobilisation communautaire et sur l'émergence de la diaspora albanaise comme protagoniste dans le jeu politique et décisionnel américain au moment de la crise au Kosovo, en 1998-1999.

Suivant