Co-auteur
  • SCHRADIE Jen (11)
  • FERRAGINA Emanuele (11)
  • SAUGER Nicolas (11)
  • RECCHI Ettore (11)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (21)
  • Communication non publiée (13)
  • Working paper (12)
  • Rapport (9)
  • Voir plus
Panel data covering the French population before and after the outbreak of the Covid-19 epidemic reveal that self-reported health and well-being have improved during the lockdown in comparison to previous years. We name this counterintuitive phenomenon the “eye of the hurricane” paradox: the large majority of individuals who are not infected by the virus may be seeing their current condition in a more positive light than they normally would. There are, however, divergences across social groups that reflect socioeconomic inequalities. In particular, blue-collar workers deviate from the prevailing trend as their level of self-reported health declines over the lockdown period, Parisian residents experience a sudden drop in their subjective well-being, and people working long hours at home exhibit higher levels of stress during the quarantine.

This working paper offers an overview of the first stage of the Coping with Covid (CoCo) project, which tracks the behaviors and attitudes of a representative panel of the French metropolitan population during the COVID-19 lockdown. We conducted five survey waves and administered daily journals of open-ended responses between April and June 2020 among a sample of 1,216 people from a pre-existing panel (ELIPSS). Earlier surveys of this sample allowed us to better contextualize changes that may have occurred during this unusual period. We outline four experiential dimensions during the lockdown period: relation to work, everyday activities and time use, self-assessed health and well-being, and the framing of the pandemic crisis. What we found follows traditional inequality patterns and also reveals some unexpected changes in social practices and attitudes.

Publié en 2020-06 Collection MaxPo Discussion Paper : 20/3
SOENER Matthew
TOMASKOVIC-DEVEY Donald
0
vues

0
téléchargements
En nous appuyant sur des données administratives longitudinales employeur–employés, nous analysons l’évolution de la ségrégation sociale des salariés à hauts salaires dans onze pays: Allemagne, Canada, Corée du Sud, Danemark, Espagne, France, Hongrie, Japon, Norvège, République tchèque et Suède. Nous constatons dans presque tous les pays une forte augmentation de l’entre soi des salariés bien payés sur le lieu de travail et une diminution spectaculaire de leur exposition aux bas salaires. Nous comparons ces tendances à l’évolution de la ségrégation fondée sur la catégorie sociale, l’éducation, l’âge, le sexe et le statut migratoire, et nous constatons que l’augmentation de l’entre soi des hauts salaires est celle qui est la plus prononcée et la plus générale. Nous montrons que la ségrégation résidentielle se développe aussi, bien que plus lentement que la ségrégation au travail, avec les hauts et les bas salaires vivant de plus en plus dans des municipalités distinctes. Ségrégation au travail et ségrégation résidentielle sont corrélées. Mais nos modèles statistiques suggèrent aussi que la principale relation de causalité va de la ségrégation au travail vers la ségrégation résidentielle. Ces résultats ouvrent la voie à un futur programme de recherche sur les causes et les conséquences de la ségrégation des hauts salaires.

Jusqu’à quel point le Covid-19 perturbe-t-il notre vie de tous les jours ? Comment la population française vit-elle le confinement ? Dans quelles mesures les inégalités sociales sont-elles exacerbées et la cohésion sociale menacée ? Le projet CoCo apporte des éléments de réponse à ces questions d’actualité en comparant les conditions de vie en France avant et après le confinement. Il s’agit du quatrième d’une série de rapports préliminaires couvrant maintenant l’ensemble de la période de confinement. La vie pendant le confinement a-t-elle été une parenthèse ou une forme de nouvelle normalité ? Au-delà du fait de savoir si les gens ont repris leurs activités traditionnelles après le 11 mai, ce rapport s’intéresse aux conséquences de l’expérience du confinement sur les attitudes et les opinions. Le confinement a-t-il accéléré des tendances sous-jacentes ou a-t-il permis l’émergence de nouvelles orientations sociales et politiques ?

How disruptive is Covid-19 to everyday life? How is the French population experiencing the lockdown? Is it magnifying inequalities and affecting social cohesion? The CoCo project sheds lights on these pressing questions by comparing living conditions in France before, during, and after the lockdown. This is the fourth of a series of research briefs, which now cover the entire lockdown period Has life under the lockdown been a parenthesis or is it the new normal? Beyond whether or not people began to resume their usual activities on 11 May, the consequences of the lockdown experience on people’s attitudes and opinions are the core of this policy brief. Did the lockdown trigger new sociopolitical orientations? Or did it instead accelerate ongoing trends?

Cette page décrit le projet de recherche Faire face au Covid-19. Distanciation sociale, cohésion et inégalités dans la France de 2020, mené depuis le 1er avril par des chercheurs et des personnels d'appui de l'OSC et du CDSP. Il sera aussi l'endroit où vous trouverez des liens et des ressources pour suivre l'évolution et les résultats du programme. Que peuvent chercher et apporter des chercheurs en sciences humaines et sociales, face à une crise sanitaire, une pandémie où le corps médical se retrouve naturellement en première ligne ? [Introduction]

How disruptive is Covid-19 to everyday life? How is the French population experiencing the lockdown? Is it magnifying inequalities and affecting social cohesion? The CoCo project sheds lights on these pressing questions by comparing living conditions in France before, during, and after the lockdown. This is the third of a series of research briefs. We explore how French society has coped with the first 6 weeks of the lockdown, particularly as regards the transformation of working conditions and social life. We also continue to monitor self-reported health and well-being.

Jusqu’à quel point le Covid-19 perturbe-t-il notre vie de tous les jours ? Comment la population française vit-elle le confinement ? Dans quelles mesures les inégalités sociales sont-elles exacerbées et la cohésion sociale menacée ? Le projet CoCo apporte des éléments de réponse à ces questions d’actualité en comparant les conditions de vie en France avant et après le blocage. Il s’agit du deuxième rapport préliminaire de la série que nous publierons dans les prochaines semaines. Nous analysons ici la façon dont la société française a fait face à ce premier mois de confinement, notamment en ce qui concerne les préoccupations sur l’état de l’économie, la santé et le bien-être autodéclarés, et enfin l’enseignement à la maison.

How disruptive is COVID-19 to everyday life? How is the French population experiencing the lockdown? Is it magnifying inequalities and affecting social cohesion? The CoCo project sheds light on these pressing questions by comparing living conditions in France before, during, and after the lockdown. This is the second of a series of research briefs that we will publish in the forthcoming weeks. In this brief, we explore how French society has coped with the first month of the lockdown, particularly with the economy, self-reported health and well-being, and homeschooling.

Jusqu’à quel point le Covid-19 perturbe-t-il notre vie de tous les jours ? Comment la population française vit-elle le confinement ? Dans quelles mesures les inégalités sociales sont-elles exacerbées et la cohésion sociale menacée ? Le projet CoCo apporte des éléments de réponse à ces questions d’actualité en comparant les conditions de vie en France avant et après le blocage. Il s’agit du troisième rapport préliminaire de la série que nous publierons dans les prochaines semaines. Nous analysons ici la façon dont la société française a fait face aux 6 premières semaines de confinement, notamment en ce qui concerne les changements de conditions de travail et de vie sociale. Nous continuons à surveiller les éléments de santé et de bien-être autodéclarés comme dans les 2 précédents numéros.

Suivant