Co-auteur
  • B. David (3)
  • LACROIX Stéphane (3)
  • POMÈS Cyrille (2)
  • DEBEVOISE M.b (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Livre (31)
  • Article (29)
  • Partie ou chapitre de livre (22)
  • Contribution à un site web (17)
  • Voir plus
in Current Trends in Islamist Ideology Publié en 2009-11
3
vues

3
téléchargements
Al-Qaeda built its ideological doctrine largely in opposition to the Muslim Brotherhood’s pervasive and once dominant approach to Islam’s political revival. For many years, the Muslim Brotherhood attempted to ignore al-Qaeda’s challenge and concentrated instead on beefing up its own organizational and ideological alternative to the ruling secular regimes in the Arab world and elsewhere. This pattern changed dramatically after September 11, 2001, when it became more difficult for the Brotherhood to disregard al-Qaeda and the two movements began competing more openly for leadership of the overall Islamist movement.

In his disturbing and timely political history of the ‘Deep State’ in the Middle East, Jean-Pierre Filiu reveals how the autocracies of Syria, Egypt, and Yemen crushed the democratic uprisings of the ‘Arab Revolution’. They did so by turning to the shadowy intelligence agencies and internal security arms of the so-called ‘Deep State’ — emulating strategies pioneered in Kemalist Turkey — who had decades of experience in dealing with internal dissent, as well as to street gangs (the Baltaguiyya in Egypt) or death squads (the Shabbiha in Syria) to enforce their will. Alongside intimidation, imprisonment and murder, the Arab counter-revolutionaries released from prison and secretly armed and funded many hardline Islamists, thereby boosting Salafi–Jihadi groups such as Islamic State, in the hope of convincing the Western powers to back their dictatorships. They also succeeded in dividing the opposition forces ranged against them, going so far as to ruthlessly discard politicians and generals from among their own elite in the pursuit of absolute, unfettered, power. The impact of the Arab counter-revolution surprised most observers, who thought they had seen it all from the despots and security mafias of the Middle East: their perversity, their brutality, their voracity. But the wider world underestimated their ferocious readiness to literally burn down their countries in order to cling to absolute power. Bashar al-Assad clambered to the top of this murderous class of tyrants, driving nearly half of the Syrian population into exile and executing tens of thousands of his opponents. He has set a grisly precedent, one that other Arab autocrats may yet resort to.

54
vues

0
téléchargements
Israël va vivre en 2019 des élections d’une importance capitale. Les pères fondateurs du sionisme auraient pourtant bien de la peine à se retrouver dans l’actualité israélienne, marquée par les scandales à répétition et des polémiques d’une brutalité inouïe. Le grand artisan de ce détournement est Benyamin Netanyahou, en passe de battre le record de longévité de David Ben Gourion à la tête du gouvernement de l’État hébreu. Jean-Pierre Filiu éclaire ce processus de régression démocratique par une réflexion historique sur le sionisme. Dans ce livre qui fera date, il démontre la manière dont les thèses longtemps minoritaires de Zeev Jabotinsky (1880-1940) se sont imposées en lieu et place du travaillisme des pionniers d’Israël. Il décrit comment cette main basse sur Israël s’accompagne aujourd’hui de la fin du rêve sioniste : Netanyahou a choisi de s’appuyer sur les religieux ultraorthodoxes contre toutes les autres familles du judaïsme ; il n’hésite pas à jouer aux États-Unis les fondamentalistes chrétiens contre la communauté juive ; il va jusqu’à encourager, comme en Hongrie, des campagnes à relent antisémite. Un autre Israël demeure néanmoins possible, mais il lui faudra se réconcilier avec lui-même et avec la diaspora avant de rouvrir l’horizon de la paix avec ses voisins arabes. (Résumé éditeur)

in Le Monde diplomatique Publié en 2008-05
0
vues

0
téléchargements
A plusieurs reprises, dans ses discours sur la « guerre mondiale contre le terrorisme », le président George W. Bush a brandi la menace de la reconstitution d’un grand « califat » musulman et totalitaire s’étendant de l’Europe à l’Asie. Cette idée a été reprise par le président Nicolas Sarkozy. Pourtant, seuls quelques petits groupes islamistes, comme le Hizb ut-Tahrir, fondé en 1952 par un cheikh palestinien, reprennent cet objectif du califat en s’appuyant sur la nostalgie d’un passé glorieux.

in Politique internationale Publié en 2014-12
0
vues

0
téléchargements
Durant 29 jours de l'été 2014, l'opération israélienne « Bordure protectrice » a ravagé la bande de Gaza. Lorsque les armes se taisent, le 5 août, les pertes israéliennes s'élèvent à 64 militaires tués pour 2 civils (et un travailleur thaïlandais). 3 360 roquettes ont été tirées depuis la bande de Gaza sur le territoire israélien, mais près d'un missile sur cinq a été intercepté par le système « Dôme de fer ». L'extrême imprécision de ces roquettes artisanales a par ailleurs drastiquement limité leur impact destructeur...

in Politique internationale Publié en 2011-11
5
vues

0
téléchargements
Following in the footsteps of Zine El Abidine Ben Ali in Tunisia and Hosni Mubarak in Egypt, Muammar Gaddafi of Libya is the third dictator to be swept away in the democratic revolts of the Arab Spring. His fall, which only just preceded the tenth anniversary of the 9/11 attacks, brings symbolic closure to a decade marked by the shadow of Al Qaeda and the "global war on terror". Astonishingly, Gaddafi had managed to turn the international situation to his advantage. After the toppling of Saddam Hussein, he quickly dismantled his non-conventional arms in exchange for guarantees for the safeguard of his regime. Such opportunism allowed, for a time, a rapprochement with the West. But a stubborn (if heterogeneous) domestic resistance finally exploded in the winter of 2010-2011, and succeeded in ousting the "Guide of the Revolution" after months of bloody combat. The new Libya is a major player in the emancipation process that has only just begun in the southern Mediterranean.

in Politique internationale Publié en 2011-04
3
vues

0
téléchargements
Faced with difficulties in its "sanctuaries" in Afghanistan and Pakistan, Al-Qaeda is attempting to open up a new front in its self-declared war on the West. Its aim is for the Sahara to become the scene of an international jihad against the new "crusaders", singling out France -the region's former colonial power -as enemy number one. In January 2007, the Salafist Group for Preaching and Combat (GSPC), an offshoot of the Algerian Armed Islamic Group (GIA), declared its allegiance to Osama Bin Laden's organization, subsequently renaming itself "Al-Qaeda in the Islamic Maghreb" (AQIM). The terrorist group has since waged a series of attacks in Algeria, Mali and Niger in an attempt to push France to send in troops. A growing number of kidnapped hostages have been killed, several of them French civilians. The French government must not give in to this provocation and must refrain from deploying armed forces in the region as this is precisely what Bin Laden and his henchmen want.

in The Arab Revolution of 2011. A Comparative Perspective Sous la direction de ARJOMAND Saïd Amir Publié en 2015-04
0
vues

0
téléchargements
When Mohammed Bouazizi, age twenty‑six, set himself on fire in front of the governorate of Sidi Bouzid on December 17, 2010, this sacrifice not only sparked a revolutionary process that washed away the twenty‑three‑year‑old Ben Ali regime in less than a month. It also triggered a wave of political turmoil all over the Arab world that has been described as the “Arab spring”, as the Arab equivalent of the 1789 French revolution or of the 1989 fall of the Berlin wall, and as the “Arab revival”. My own historical interpretation, which complements other disciplinary approaches, is that this “Arab revolution,” developing through a “democratic uprising,” is rooted in the two‑centuries‑old experience of the Nahda/Renaissance and is fulfilling the promises of the “Arab liberal age,” which Albert Hourani situated from 1798 to 1939. Tunisia and Egypt stood at the forefront of this historical movement, just as they did in 2011...

in Commentaire Publié en 2008-12
8
vues

0
téléchargements
Al-Qaïda a relancé son jihad global à la faveur de l'invasion américaine de l'Irak, mais elle est, depuis 2006, confrontée dans ce pays à une offensive déterminée des tribus sunnites. L'organisation de Ben Laden s'efforce de compenser ce très grave revers par une surenchère médiatique, à l'impact discutable, ainsi que par la montée en puissance de ses affidés algériens, organisés en «Al-Qaïda au Maghreb islamique » depuis 2007. [Résumé éditeur]

Considéré comme un tournant dans l'histoire de la Syrie moderne, les raisons qui ont conduit Housni al-Zaim, Commandant des Forces Armées Syriennes en 1949, à effectuer son coup contre le président Kouatli, ce qui l’a conduit à prendre les décisions qui ont été les siennes sur le plan syrien mais surtout au niveau de la géopolitique moyen-orientale, restent ouvertes aux interprétations. L'objectif de cette thèse de doctorat est de fournir une nouvelle interprétation historique de l'interaction entre le principal protagoniste du premier coup d’Etat en Syrie, Housni al-Zaim, d'une part, et les acteurs moyen-orientaux et internationaux d'autre part, à travers l'étude de sources précédemment inexploitées et le réexamen de certaines déjà étudiées. Méthodologiquement, nous employons l'approche de Collingwood, « l’histoire étant le vécu, par l’historien, des pensées passées de son sujet d’étude », en nous penchant ainsi sur la reconstruction progressive des expériences de tous ceux qui furent impliqués dans les évènements du premier coup d’Etat de 1949, pour pouvoir nous prononcer sur la nature de la relation et de l’interaction, tout au long du régime d’al-Zaim avec les puissances étrangères, et jusqu’à quel point cette relation et interaction a-t-elle influencé le déroulement des événements. Notre étude s'appuie sur un large éventail de sources qui compose ainsi notre inventaire, et qui comprendra le plus grand nombre de mémoires et témoignages de personnalités et d'acteurs-clés rédigés en langue arabe, complétés par des rapports des services de renseignements libanais et américains, ainsi que par des documents d’archives diplomatiques françaises, britanniques et américaines.

Suivant