Co-auteur
  • TIBERJ Vincent (18)
  • FOUCAULT Martial (14)
  • GROSSMAN Emiliano (10)
  • GUINAUDEAU Isabelle (9)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (28)
  • Partie ou chapitre de livre (16)
  • Rapport (6)
  • Article de presse ou magazine (4)
  • Voir plus
18
vues

0
téléchargements
Using original data from two waves of a survey conducted in March and April 2020 in eight OECD countries (N = 21,649), we show that women are more likely to see COVID-19 as a very serious health problem, to agree with restraining public policy measures adopted in response to it, and to comply with them. Gender differences in attitudes and behavior are substantial in all countries, robust to controlling for a large set of sociodemographic, employment, psychological, and behavioral factors, and only partially mitigated for individuals who cohabit or have direct exposure to COVID-19. The results are not driven by differential social desirability bias. They carry important implications for the spread of the pandemic and may contribute to explain gender differences in vulnerability to it.

40% des parents ne veulent pas remettre leurs enfants à l’école et 30% sont encore indécis. Un déconfinement serein ne se fera que lorsque la défiance entre décideurs et citoyens aura été apaisée.

Publié en 2020-05 Collection Policy Brief - Citizen's Attitudes under Covid-19: A comparative study : 8
31
vues

0
téléchargements
De nombreuses mesures de limitations des libertés publiques ont été prises par les pays confrontés à la pandémie de COVID 19. Autrement dit, la crise sanitaire a amené à la mise entre parenthèses de valeurs essentielles pour les démocraties occidentales:libertés de circulation et d’entreprendre, libertés de réunion et de manifestation ainsi que, de façon indirecte, droit à la vie privée et familiale et droit à l’éducation.Dans notre pays, cette situation exceptionnelle s’est matérialisée par le vote d’un état d’urgence sanitaire par la loi du 23mars20201. Pour rappel, ce texte contenait 43 habilitations à prendre des ordonnances pour le gouvernement, marquant par là même l’importance des pouvoirs confiés à l’exécutif pendant cette période.La traduction la plus spectaculaire de la limitation des libertés réside probablement dans le confinement à domicile qui, au 7avril 2020, concernait 4milliards de personnes. Bien que la question de la stratégie de déconfinement soit désormais abordée, notamment par le Premier ministre lors de son discours du 28avril, de nombreuses personnes connaissent toujours une limitation sans précédent de leur liberté de se déplacer qui ne sera pas levée,pour la plupart d’entre eux, avant le 11mai.Par ailleurs,de nouvelles mesures privatives de libertés ou encadrant celles-cis ont évoquées (traçage des téléphones, quarantaines obligatoires, tests systématiques de dépistage)soulignant la persistance des effets de la crise.

Analyser les réactions d’une population à la pandémie est indispensable. Mais pour en comprendre les fondements, comparer les réactions de plusieurs pays est également essentiel. C’est ce qu’a entrepris le CEVIPOF en mettant en place le projet “Citizens’ Attitudes Under the COVID-19 Pandemic”, qui repose sur des sondages conduits dans 18 pays - du Canada à l’Afrique du Sud en passant par la France ou la Nouvelle Zélande.

https://www.sciencespo.fr/cevipof/attitudesoncovid19/wp-content/uploads/2020/04/N6_Attitudes_opinion_COVID19_France_ENG.pdf

in Canadian Journal of Political Science Publié en 2020-04
VASILOPOULOS Pavlos
BECHER Michael
1
vues

0
téléchargements
The COVID-19 disease was first identified in Wuhan, China, in December 2019, having since spread rapidly across the world. The infection and mortality rates of the disease have forced governments to implement a wave of public health measures. Depending on the context, these range from the implementation of simple hygienic rules to measures such as social distancing or lockdowns that cause major disruptions in citizens’ daily lives. The success of these crucial public health measures rests on the public's willingness to comply. However, individual differences in following the official public health recommendations for stopping the spread of COVID-19 have not yet to our knowledge been assessed. This study aims to fill this gap by assessing the sociodemographic and psychological correlates of implementing public health recommendations that aim to halt the COVID-19 pandemic. We investigate these associations in the context of France, one of the countries that has been most severely affected by the pandemic, and which ended up under a nationwide lockdown on March 17. In the next sections we describe our theoretical expectations over the associations between sociodemographics, personality, ideology, and emotions with abiding by the COVID-19 public health measures. We then test these hypotheses using data from the French Election Study.

https://www.sciencespo.fr/cevipof/attitudesoncovid19/wp-content/uploads/2020/04/N7_Experiment-on-cell-phone_ENG.pdf

Consensuelle dans l’opinion lors de la dernière campagne présidentielle, la lutte contre l’augmentation du déficit budgétaire n’est plus souhaitée par les Français dans la crise sanitaire et économique actuelle, selon l’enquête Ipsos-Sopra Steria pour le Cevipof.

Même s’il est essentiel pour les citoyens, le nombre de morts du Covid-19 n’est pas le seul critère d’évaluation de la gestion de la crise sanitaire par les gouvernements.

Suivant