Co-auteur
  • VOMMARO Gabriel (4)
  • BACHELOT Carole (3)
  • HAEGEL Florence (3)
  • DECHEZELLES Stéphanie (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (26)
  • Partie ou chapitre de livre (19)
  • Livre (5)
  • Numéro de périodique (4)
  • Voir plus
4
vues

4
téléchargements
À travers le monde, de nombreux partis sont nés de syndicats ou de mouvements sociaux, de nombreux mouvements sociaux et des associations tissent des liens complexes avec des partis. Malgré la richesse de leurs interactions, peu de travaux universitaires se sont attachés à la question des relations entre partis politiques et mouvements sociaux en tant que telles. Cet article, à partir du cas spécifique des relations entre le Parti de la révolution démocratique au Mexique et plusieurs mouvements sociaux, propose une méthode d’analyse qui repose sur l’étude du multi-engagement de certains dirigeants. Rompre avec la démarche qui consiste à mettre l’accent sur les organisations (de mouvement social ou partisanes) et porter le regard sur les dirigeants multipositionnés en étudiant leurs trajectoires sur le long terme permet de dévoiler la complexité et les logiques des multiples échanges qui s’instaurent entre partis et mouvements sociaux et ce, en fonction des épisodes de la contestation.

in Revue internationale de politique comparée Publié en 2005
COMBES Hélène
4
vues

0
téléchargements
Cet article cherche à comprendre le délicat positionnement du Parti de la révolution démocratique (PRD) dans le système politique mexicain (“faire partie”) à travers l’étude de sa construction depuis 1989 (“faire parti”) et l’analyse de la gestion municipale à Mexico ( 1997-2005). Ce travail vise aussi à éclairer la procédure de destitution engagée contre le maire de Mexico début 2005 et plus généralement à comprendre, à travers l’exemple mexicain, les défis à relever par les gauches latino-américaines à la sortie des transitions démocratiques.

in Politix Sous la direction de HMED Choukri, MATHIEU Lilian, SIMÉANT Johanna, SOMMIER Isabelle, COMBES Hélène Publié en 2011
5
vues

0
téléchargements
Résumé de l'ouvrage : En quoi consiste aujourd’hui la pratique du chercheur étudiant les mouvements sociaux ? Comment stimuler l’imagination sociologique au moment où se manifeste une triple routinisation des objets, des schèmes d’interprétation et des arts de faire méthodologiques dans ce domaine des sciences sociales ? Il ne s’agit pas ici de céder à certaines formes de "méthodologisme" en proposant une méthode, ni a fortiori "la bonne méthode" d’étude des mobilisations, détachée des enjeux de connaissance propres à chaque recherche spécifique. Plutôt qu’un durcissement méthodologique ou la promotion d’un modèle standardisé d’approche empirique des mobilisations, ce dossier appelle à un retour au principe d’unité des sciences sociales, seul moyen de ne pas se couper de pans entiers de la recherche en train de se faire et d’avoir quelque chance d’ouvrir de nouvelles questions. Penser et regarder autrement les mobilisations, c’est ce à quoi invitent donc les chercheurs réunis dans ce numéro, en suggérant en particulier de mieux prendre en compte l’inscription des mobilisations dans le temps, l’espace et l’ordre social.

19
vues

0
téléchargements
Comment construit-on un parti politique ? D'où viennent les militants et les cadres qui participent à sa fondation ? En quoi leur héritage, leur militantisme passé influent-ils sur sa forme, sur ses débats internes, sur son organisation? Quels sont les mécanismes concrets qui permettent l'implantation d'une nouvelle machine partisane sur un territoire national ? A travers le cas du Parti de la révolution démocratique (PRD), parti de centre gauche fondé en 1989 et qui gouverne Mexico depuis 1997, cet ouvrage éclaire les mécanismes de la fabrique partisane. Il met l'accent sur la relation entre parti et mouvements sociaux, question particulièrement débattue en Amérique latine, en s'intéressant à des dirigeants qui, souvent passés par la guérilla, le militantisme paysan ou la lutte pour les mal-logés, choisissent, au tournant des années 1980, de s'investir dans le PRD. Et ce, au moment où le Mexique connaît une importante ouverture politique. Cet épisode fondateur est analysé à l'aune des vagues de mouvements sociaux qui se sont succédées depuis les années 1960. Récits de réunions militantes dans les quartiers populaires de Mexico, entretiens avec les figures de proue du parti, analyse fouillée des activités de ses instances dirigeantes : l'auteur dévoile les rouages quotidiens du PRD et permet ainsi de découvrir la richesse de la contestation au Mexique, au-delà du cas emblématique des zapatistes.

in Les relations internationales Sous la direction de CHARILLON Frédéric Publié en 2006
COMBES Hélène
2
vues

0
téléchargements

in Dictionnaire des mouvements sociaux Sous la direction de FILLIEULE Olivier, MATHIEU Lilian, PÉCHU Cécile Publié en 2009
COMBES Hélène
0
vues

0
téléchargements

in La transition démocratique au Mexique. Regards croisés Sous la direction de BEY Marguerite, DEHOUVE Danièle Publié en 2006
COMBES Hélène
3
vues

0
téléchargements

in The Global Justice Movement: Cross-national and Transnational Perspectives Sous la direction de DELLA PORTA Donatella Publié en 2007
SOMMIER Isabelle
COMBES Hélène
1
vues

0
téléchargements

in Pensar y mirar la protesta Sous la direction de COMBES Hélène, COMBES Hélène, TAMAYO Sergio, VOEGTLI Michael Publié en 2016-04
TAMAYO Sergio
VOEGTLI Michael
7
vues

0
téléchargements
La segunda década del siglo XXI está mostrando al mundo profundas transformaciones y vigorosas revueltas, si acaso diferentes a las crecientes protestas altermundistas de la primera década. La respuesta generalizada a la crisis mundial de 2008 parece haber recrudecido y multiplicado las políticas neoliberales en todas las regiones del mundo y desatado un descomunal despliegue de agitación social multitudinaria...

in Revue française de science politique Publié en 2011
FILLIEULE Olivier
3
vues

3
téléchargements
Les printemps arabes ont remis sur le devant de la scène une vieille interrogation des théories de l’action collective : la répression stimule-t-elle ou annihile-t-elle la mobilisation ? Cet article se propose de dresser un bilan des savoirs sur la question et, au-delà, de proposer quelques pistes de recherche afin de dépasser certaines apories théoriques et méthodologiques. L’article s’attelle à la tâche de comprendre les effets de causalités entre mobilisations protestataires et répression, et ce, dans une perspective macro-sociologique et dynamique. Les auteurs proposent de placer la focale de l’analyse à l’échelle méso et micro : celle des organisations militantes et des carrières militantes individuelles.

Suivant