Co-auteur
  • VOMMARO Gabriel (4)
  • BACHELOT Carole (3)
  • HAEGEL Florence (3)
  • DECHEZELLES Stéphanie (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (26)
  • Partie ou chapitre de livre (20)
  • Livre (5)
  • Numéro de périodique (4)
  • Voir plus
0
vues

0
téléchargements
Entretien avec Manuel Jiménez-Sánchez, Propos recueillis pour la rédaction de Critique internationale par Hélène Combes, Traduits de l’espagnol par Julia Chardavoine.

3
vues

0
téléchargements
Entretien réalisé par Hélène Combes auprès de José-Francisco Jiménez Díaz, directeur du département de science politique de l’Université Pablo de Olavide, Séville.

in Dictionnaire des mouvements sociaux Sous la direction de FILLIEULE Olivier, MATHIEU Lilian Publié en 2020-04
15
vues

0
téléchargements
La référence à la répression est récurrente dans les travaux sur l’action collective. La question a surtout été appréhendée avec l’analyse des tactiques déployées par les acteurs répressifs et ce, en particulier en fonction des « structures d’opportunité » et des cycles de mobilisation, ou de façon plus fluide, en prenant en compte les interactions entre l’État et les acteurs contestataires. Comment la répression peut-elle être définie ? Charles Tilly, Sidney Tarrow et Doug McAdam en donnent une définition large : il s’agit pour eux des « efforts pour supprimer tout acte contestataire ou tout groupe ou organisation responsable de ces derniers » (McAdam, Tarrow et Tilly, 2001, p. 69)...

Se heurtant à divers problèmes de sécurité, les entrepreneurs mexicains ont développé des comportements routiniers ou stratégiques dans la recherche d’une protection. Cette thèse a pour objectif de comprendre les mécanismes de protection mis en place par cette élite économique. En se basant sur des données qualitatives collectées à Guadalajara, je montre comment cette élite exige et co-produise de la protection, et comment à travers cela, ils contribuent à façonner les structures de maintien de l’ordre et de l’ordre social de Jalisco. Je commence par examiner les menaces qui pèsent sur les propriétaires urbains et comment cette perception conduit à la formulation du problème, considéré par cette élite comme leur problème. J’analyse ensuite l’enchevêtrement des fournisseurs de la protection, soit gouvernementaux et non-gouvernementaux, tout en illustrant leurs dynamiques de coalition, de collusion et de collision. J’affirme que les hommes d’affaires sont protégés grâce à un accès sélectif et personnalisé aux forces de l’ordre, achetant même une protection, de gré ou de force, à des acteurs situés dans les zones grises. Enfin, la recherche clarifie le cas des hommes d’affaires qui participent à produire de l’auto-protection en employant leur ample répertoire d’initiatives collectives afin d’interagir avec les agences de l’État et d’autres sources de protection.

in Rencontres avec Michel Offerlé Sous la direction de MICHEL Hélène, LÉVÊQUE Sandrine, CONTAMIN Jean-Gabriel Publié en 2019-02
VOMMARO Gabriel
43
vues

0
téléchargements
Ancien·nes étudiant·es, doctorant·es devenu·es docteur·es, collègues et ami·es, sociologues, politistes et historien·nes ont souhaité rendre hommage à Michel Offerlé par cet ouvrage. Plus d’une soixantaine de contributions rappellent combien son œuvre, mais aussi sa personne, ont compté pour elles et pour eux. Est dévoilée ainsi un peu de la personnalité de celui qui leur a donné le goût de la recherche sans les enfermer dans une « école » de science politique.

in Site du CERI Publié en 2018-06-20
60
vues

0
téléchargements
Alors que les Amériques connaissent un virage à droite, le Mexique est-il sur le point de basculer à gauche ? À quinze jours de l’élection présidentielle qui aura lieu le 1er juillet, Andrès Manuel López Obrador, alias AMLO, le candidat de la jeune formation Morena (2014), caracole en tête des sondages où il dispose de plus de 20 points d’avance sur son principal opposant.

En este artículo se analiza el trabajo político realizado a escala territorial por un líder barrial de la Ciudad de México. Con apoyo en una socióloga comprensiva y el estudio de una trayectoria espe- cífica, se trata de entender cómo un líder barrial hace un trabajo de construcción de beneficiaros de los programas sociales a escala territorial y cómo junta recursos que no llegarían allí sin su trabajo. Se ofrece aquí una visión alterna a los análisis que enfatizan la captación de recursos públicos con fines electorales por parte estos líderes, con el objetivo de invitar a investigadoras e investigadores al mun- do del intermediario para dimensionar la complejidad de su actuación. También se dan a conocer los dilemas morales y políticos que condicionan la conducta de este líder y se propone, sin prejuicio moral, comprender cómo el trabajo político se inserta en acciones donde la dimensión instrumental se entremezcla con la dimensión moral e ideológica.

Cet article, qui a pour cadre le Mexique actuel, revient sur la mobilisation des gens les plus démunis, à travers un récit de vie, celui de la señora Flor. La trajectoire de cette militante, engagée au sein d’une organisation de lutte pour le logement depuis 1985, permet de saisir de manière dynamique et processuelle le vécu et le ressenti d’une « sans droit » dans le contexte mexicain. L’objectif de l’article est de tenir ensemble les dimensions objectives (changements de statut) et subjectives (représentation vis-à-vis de sa situation) de son rapport à l’accès à certains droits (logement, emploi salarié, Sécurité sociale).

58
vues

0
téléchargements
En Amérique latine, le vote des classes populaires est aujourd'hui au cœur de débats et de controverses sur le fonctionnement démocratique. Aux croisements de préoccupations expertes et académiques, s'est imposée l'idée que les allocations versées à des populations ciblées, en fonction de critères socio-économiques, sont massivement « manipulées », monnayée contre des voix en période électorale. Cet article revient sur la genèse de cette association au sein d'organismes internationaux et certains courants dominants de la science politique, notamment américaine ou fortement influencée par cette dernière. Il montre ensuite comment des milieux experts nationaux se sont saisis de cette préoccupation et l'ont traduite en dispositifs de contrôle et de « protection » du vote des « pauvres ». L'article analyse deux programmes développés à l'échelle locale au Mexique et en Argentine. La spécificité de cet article est donc de tenir ensemble cette configuration reliant des individus, des institutions et des dispositifs d'intervention sur les politiques publiques et sur les pratiques électorales et d'analyser de manière critique la production normative, son élaboration intellectuelle ainsi que son application de terrain. Ce faisant, Il montre comment s'est développé « un gouvernement du vote des pauvres ».

in Faire campagne, ici et ailleurs – Mobilisations électorales et pratiques politiques ordinaires Sous la direction de BAAMARA Layla, FLODERER Camille, POIRIER Marine Publié en 2016-11
23
vues

0
téléchargements
[résumé de l'ouvrage] Cet ouvrage collectif propose un éclairage ethnographique des logiques de mobilisation électorale du Nicaragua à la Turquie, en passant par la France et les Etats-Unis. En faisant le choix d’une entrée « par le bas » et en s’intéressant au « faire campagne », cette série donne à voir les échanges et les transactions politiques, les modes d’intermédiation, les stratégies de labellisation et d’endossement de rôle, mais aussi les transformations et les ajustements des répertoires d’action mobilisés par les acteurs. L’ouvrage offre un regard comparé sur les campagnes électorales, en faisant dialoguer des travaux audelà des « aires » ou des « spécificités » culturelles dans lesquelles ils restent parfois cloisonnés. À partir d’observations menées sur des terrains géographiquement, politiquement et sociologiquement diversifiés, ce livre entend rendre compte à la fois du temps long et des logiques de situation dans lesquels s’inscrivent les processus politiques et sociaux de mobilisation électorale.

Suivant