Co-auteur
  • LACAN Laure (4)
  • PILMIS Olivier (3)
  • CASTEL Patrick (3)
  • DUBUISSON-QUELLIER Sophie (3)
  • Voir plus
Type de Document
  • Article (26)
  • Communication non publiée (14)
  • Partie ou chapitre de livre (10)
  • Compte-rendu d’ouvrage (9)
  • Voir plus
in 50 questions de sociologie Publié en 2020-10
17
vues

0
téléchargements
Dans la théorie sociologique durkheimienne, la régulation de la population s’effectue de façon très différente selon que les individus sont organisés en communauté ou en société. Dans les communautés, la solidarité organique lie les personnes : la conscience collective recouvre la conscience individuelle et le groupe enserre les individus. Dans les sociétés, c’est la solidarité organique qui préside au lien social. La place de chacun est déterminée par un rôle précis dans la division du travail, les différences sont plus nombreuses et les consciences individuelles restent seulement en partie concordantes avec la conscience collective. La régulation est pour Durkheim l’action par laquelle la société aligne les désirs individuels sur les objectifs de la société. Elle permet ainsi de limiter les désirs potentiellement infinis et de légitimer l’ordre social. [premier paragraphe]

in 50 questions de sociologie Publié en 2020-10
18
vues

0
téléchargements
Les sociétés contemporaines sont caractérisées par la présence massive d’argent, qui lie les commerçants et leurs clients, les États et leurs citoyens. Ces liens se matérialisent par l’impôt, les prestations sociales, les amis, les familles et se déploient à travers la multiplicité des échanges monétaires qui caractérisent la vie quotidienne. Historiquement, la « monétarisation » de la société est concomitante de l’industrialisation : en comparaison de la vie rurale, la vie urbaine et salariée est une vie où l’argent circule car il devient indispensable pour se loger, se nourrir, s’habiller, voire déléguer des tâches de soin auparavant prises en charge par les groupes familiaux. Quelles sont les relations entre l’argent et la société : L’argent transforme-t-il les liens sociaux ? A l’inverse, est-ce que les valeurs et la culture influencent les usages de l’argent ? [premier paragraphe]

in Sudamérica: Revista de Ciencias Sociales Publié en 2020-07
3
vues

0
téléchargements
Este artículo compara las técnicas francesa y estadounidense de asignación de crédito mediante el uso de scoring, técnica estadística que mide el riesgo de no reembolso. Las calificaciones francesas son múltiples e internas a los bancos, mientras que en el caso estadounidense se trata de un puntaje único y público, que está en el origen de un mercado que no existe en Francia. Basándonos en la distinción entre “mundo” y “realidad” establecida por Luc Boltanski, mostramos aquí que el scoring, en particular en su forma estadounidense, incorpora temporalidades pasadas, presentes y futuras, y es un intento de eliminar el acontecimiento y hacer desaparecer la experiencia vivida por los prestatarios, morosos o no.

in Economic Sociology (European Electronic Newsletter) Publié en 2020-07
9
vues

0
téléchargements
During a ceremony on November 13, 2019, Sciences Po in Paris awarded the sociologist Viviana Zelizer and the economist Joseph Stiglitz the titles of Doctor Honoris Causa. This distinction was given to Professor Zelizer for her work as the founder of a new school of economic sociology, and to Professor Stiglitz as the leading figure of the new Keynesian economy.

15
vues

15
téléchargements
This article aims to describe the sociological studies of credit developed in France over the past dozen years. These studies propose a specific method and approach to address credit, primarily understanding it as a result of social interactions embedded in organizational and legal structures, with consequences on inequalities, social stratification, and individuals’ life experiences. The article is divided into four parts: after an introduction presenting what can be called the French school of the sociology of credit, we present the ‘different voice’ of the French school of the sociology of credit, which analyses the credit market according to a relational approach. The third section examines the construction of social domination at the moment of credit assessment. We then focus on the demand side: borrowers are not atomized individuals but part of households and other local communities. Finally, the conclusion discusses how this French approach to credit may be useful outside of France.

in The Routledge International Handbook of Financialization Publié en 2020-02
32
vues

0
téléchargements
Since the end of the 1990s, the idea that all responsible governments must promote financial education policies has been spreading, nationally and internationally. This need is backed up by a repetitive narrative: because of economic instability, the increased role of financial markets in household finances, and the withdrawal of the welfare state, individuals face increasing risks. To address these risks, they must improve their financial literacy, in order to make the most informed choices and transform their behavior. Individuals therefore seem to stand alone against financial risks, with states, backed by financial companies and non-profit organizations, providing them merely with informational tools. In 2015, the OECD counted 59 countries that had implemented national strategies to enhance financial literacy (OECD 2016). The rise of financial literacy is a successful example of the construction of a public problem, carried out by political entrepreneurs using cognitive and semantic strategies.

En janvier 2016, dans le cadre du plan de lutte contre la pauvreté, les Points conseils budget (PCB) sont expérimentés. Leur objectif est d’améliorer la situation financière des ménages par les conseils budgétaires et la médiation bancaire. Cet article se fonde sur une enquête approfondie auprès de tous les acteurs de ce projet. Il en retrace la genèse et montre comment la progressive institutionnalisation de l’inclusion bancaire a conduit à faire bouger deux types de frontières : celles qui séparent le privé et le public et celles qui au sein de l’État distinguent le pôle économique du pôle social. Plus qu’à une privatisation des politiques sociales, le projet conduit à une diffusion des logiques économistes au sein des politiques sociales.

Indebted de Caitlin Zaloom est un livre sur la culture et la morale des classes moyennes contemporaines aux États-Unis. L’auteure étudie les contraintes, les finances et les valeurs de ce groupe social à travers un objet sociologique et économique majeur : le financement du College de leurs enfants, les quatre premières années d’université désormais considérées comme indispensables pour appartenir à la classe moyenne. [premier paragraphe]

Les discussions autour des taux d’intérêt négatifs et de l’endettement demeurent focalisées sur des agrégats économiques abstraits et ignorent les conséquences sociales de la dette. Avec les outils de la sociologie, il est possible de mieux saisir l’articulation de la grande politique aux épreuves du quotidien. Et ainsi se demander si une bonne politique économique peut vraiment faire l’impasse sur les questions sociales qu’elle implique ?

10
vues

0
téléchargements
Comment l’Etat français protège-t-il les citoyens face aux risques financiers qui les menacent et sont décrits aussi bien par les universitaires que par les hauts fonctionnaires comme gigantesques, imprévisibles, et capables de destructions irréversibles individuelles comme collectives ? Prenant au sérieux les trois éléments suivants : retrait de l’Etat social; transformation de l’intervention publique qui devient régulatrice et non plus directe et financiarisation de l’argent des ménages, l’intuition initiale de ce travail est que la protection des citoyens par les gouvernements doit se déplacer vers l’espace financier. Si les citoyens financent eux-mêmes leur protection à travers des produits financiers, les Etats qui, même devenus régulateurs, n’ont pas renoncé à leurs ambitions protectrices, doivent forcément porter une attention nouvelle à l’argent des ménages. Le mémoire appréhende l’encadrement de l’argent ménages comme une action publique à part entière qui se transforme et devient plus visible du fait des transformations de l’économie et de la société ainsi que des transformations de l’Etat. Ce faisant, il s’agit de mettre en lumière l’une des fonctions de protection de l’Etat, qui est la protection de l’argent des citoyens et de leurs capacités de consommation. Ce mémoire suit trois lignes directrices : il décrit un périmètre d’action publique qui n’a été que peu documenté jusqu’ici et de façon éparse, les politiques publiques de l’argent des ménages ; il affirme que ce périmètre fait partie de la protection sociale ; enfin, il établit que ces politiques naissent et produisent des mécanismes institutionnels de neutralisation politique des inégalités sociales. A partir d’une enquête multi-située, allant de l’OCDE aux guichets d’associations de lutte contre le surendettement en passant par les ministères français, la Banque de France, des institutions bancaires et des associations multiples, associée à des enquêtes documentaires, le mémoire analyse successivement cinq politiques qui composent chacune un chapitre : le compte en banque, l’inclusion bancaire, le crédit et le surendettement, l’éducation financière et les Points conseil budget.

Suivant