Co-auteur
  • HARTMANN Heinrich (2)
  • LAZAR Marc (2)
  • VAN WICKEREN Alexander (1)
  • RODOGNO Davide (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (9)
  • Livre (8)
  • Article (4)
  • Thèse de doctorat (4)
  • Voir plus
En 1924, une catégorie pénale, les « crimes du quotidien », est introduite dans le droit soviétique en Asie centrale pour lutter contre des pratiques coutumières et religieuses dites incompatibles avec la modernité socialiste révolutionnaire. Par-delà l’impératif de modernisation, l’objectif est aussi politique. Il faut défaire l’autorité morale d’élites centrasiatiques considérées hostiles au pouvoir soviétique. Les « crimes du quotidien » traduisent en creux l’ambivalence entre le discours révolutionnaire anti-impérialiste et les exigences politiques de la construction du pouvoir en Asie centrale. Cette recherche interroge la genèse de cette catégorie pénale et le rôle du droit pénal et de la justice en Union soviétique. Les débats soulevés lors du processus de codification des « crimes du quotidien » montrent la résistance de catégories évolutionnistes et juridiques héritées de l’Empire dans la doctrine pénale révolutionnaire. L’analyse des archives des cours populaires, juridictions de première instance, met en lumière la fonction de proximité du juge, médiateur du droit soviétique, en charge d’expliquer et de promouvoir la judiciarisation de pratiques coutumières à ses pairs. Lors de campagnes judiciaires, le juge populaire joue un rôle de surveillance tout en conservant une capacité d’agir propre à entraver, voire à détourner les dynamiques locales de répression par son interprétation des affaires. In fine, cette recherche souligne les effets d’invisibilisation de la répression pénale des « crimes du quotidien » : les pratiques perdurent sous des formes hybrides échappant au contrôle des autorités.

in Frankfurter Allgemeine Zeitung Publié en 2020-11
55
vues

0
téléchargements
Nach französischem Vorbild: Ein stattlicher Sammelband bündelt viele Facetteneiner Globalgeschichte Deutschlands. Die Globalgeschichte ist in die Jahre gekommen. Verband man mit ihr einst noch den Versuch einer radikalen Abkehr von westlichen Meistererzählungen und die „Provinzialisierung“ Europas, so scheint sie heute das Alter der großen staatstragenden Sammelbände erreicht zu haben. Dieser Eindruck drängt sich zumindest auf, wenn man den schwergewichtigen Band betrachtet, mit dem Herausgeber Andreas Fahrmeir die Globalgeschichte Deutschlands präsentiert.[...]

Cette thèse explore la construction du canal de Göta en Suède entre les années 1790 et son ouverture en 1832, dans ses dimensions techniques et circulatoires, sous un angle politique. Le principal propos est de montrer comment la mise en chantier du canal de Göta, au départ projet technique et commercial, acquiert progressivement une dimension politique par l’intervention royale suédoise et les événements internationaux qui bouleversent l’Europe du Nord dans le premier tiers du XIXe siècle. Les circulations et les échanges techniques mis pour la construction de la voie d’eau ainsi que les difficultés rencontrées par la compagnie du canal transforment profondément le projet qui se voient attribué une ampleur bien plus conséquente que celle prévue initialement. Les difficultés financières, la progression des idées nationalistes, l’aboutissement des transferts techniques et l’annexion de la Norvège en 1814 contribuent à faire évoluer le projet initiale d’une voie d’eau unique vers une politique royale d’aménagement d’infrastructures, à l’échelle de tout le royaume suédois.

Directeur de la thèse SIEBENHÜNER Kim, VOGEL Jakob, WINDLER Christian Publié en 2020-09-18
FIEDLER Marine
36
vues

0
téléchargements
La présente thèse propose d’appliquer le concept de translocalité à l’étude d’une famille de négociants hambourgeois durant le « long XIXe siècle ». La famille Meyer débuta son expansion sur la façade atlantique et méditerranéenne dans les années 1760, avant de s’étendre dès le milieu du siècle suivant à l’espace global. Bordeaux puis Singapour prirent une place dominante par la durée et l’intensité des relations qui les unirent avec cette famille et qui constituent l’objet de la présente étude. Les expériences vécues de cette famille de négociants dans ces villes portuaires permettent d’appréhender de près les connexions économiques, culturelles et sociales unissant local et global ainsi que leurs conséquences. Grâce à la mobilisation du concept de translocalité sont analysées les conséquences des processus de globalisation sur les pratiques, les perceptions et les appartenances de cette famille selon une tension unissant mobilité et localité et au moyen de trois axes : famille et négoce, mobilité, et structures communautaires. Par son fonds d’archives familiales riche en écrits du for privé, cette famille est particulièrement adaptée à ce projet d’une histoire sociale et culturelle de la globalisation unissant des domaines de recherche jusqu’ici peu considérés conjointement, à savoir l’histoire transnationale, globale, de la bourgeoisie, du genre et des émotions. La présente thèse contribue ainsi à définir les contours des conséquences des processus d’intégration territoriale, politique, culturelle et économique du monde sur des élites européennes, ainsi que de l’émergence d’une conscience globale au XIXe siècle.

Sous la direction de ÉTIENNE François, SERRIER Thomas Publié en 2019-10
3
vues

0
téléchargements
Die Geschichte Europas: Erinnerungen eines Kontinents Wer Europa hört, denkt an goldene Sterne auf tiefblauem Grund, an Reisefreiheit und offene Grenzen, vielleicht auch an genormte Gurken und den Brexit. Dabei ist Europa so viel mehr als die Europäische Union oder die Summe seiner Staaten. Die ganze Vielfalt der europäischen Geschichte beleuchten Etienne François und Thomas Serrier gemeinsam mit 100 Autoren aus Europa und der ganzen Welt. In 133 Essays erkunden sie die Vergangenheit unseres Kontinents: von den antiken Wurzeln, über die erneuernde Kraft der Reformation und Aufklärung, den Umwälzungen des langen 19. Jahrhunderts über die zwei Weltkriege bis in die heutige Zeit. Die Blickwinkel, aus denen sie unsere gemeinsame Historie betrachten, sind dabei so verschieden wie die Epochen und Ereignisse, die sie auf ihrer Entdeckungsreise durchwandern. Drei umfangreiche Bände im Schuber eine große Reise durch Völkerkunde, Archäologie, Religion, Politik, Kunst und Küche Europas Die Geschichte unserer Gegenwart: vom Spanischen Bürgerkrieg bis zum Nationalsozialismus, von Caesar bis Stalin, von Rom bis Berlin Vielfalt und Widersprüche: was uns eint und was uns trennt Europa und die Welt: globale Verflechtungen, Einflüsse und Austausch Was ist Europa? Unser Vermächtnis gemeinsam neu denken Europa, das sind über 800 Millionen Menschen, 47 Staaten und rund 200 verschiedene Sprachen. Wir leben so friedlich und frei wie nie zuvor und fühlen uns doch ständig in der Krise. Sind wir eins oder steht jeder für sich? Die Autoren zeichnen Europas langen Weg zur Zusammengehörigkeit nach und zeigen, warum wir die Errungenschaften unserer Vorfahren nicht leichtfertig aufs Spiel setzen dürfen. Gehen Sie auf Entdeckungsreise durch die Geschichte Europas und werfen Sie einen neuen Blick auf unseren alten Kontinent!

Sous la direction de SALAIS Robert, STRENG Marcel, VOGEL Jakob Publié en 2019-09 Collection Soziologie der Konventionen
13
vues

0
téléchargements
Die wirtschaftswissenschaftliche Standardtheorie interessiert sich selten für etwas anderes als Preise und Mengen. Die hier versammelten Beiträge behandeln dagegen die Qualität von Produkten und Dienstleistungen als konstitutives Prinzip der ökonomischen Beziehungen aus einer historischen Perspektive. Sie gehen davon aus, dass es ohne eine Konvention zwischen den Marktakteuren über die Qualität der gehandelten Ware gar keinen Markt geben kann. Qualitätskonventionen sind deshalb zentrale Elemente der soziohistorischen Dynamik von Ökonomien, die aus spezifischen sozialenKonstellationen entstehen. Dies macht eine enge Zusammenarbeit von Historikern und Konventionenökonomen notwendig. Heutzutage wird mit den Umweltfragen eine neue Dimension der Produktqualität zentral, die auch eine neue Lektüre der Konventionenökonomie notwendig macht, die sich auf die Unterscheidung von Objekt und Ding stützt. Der InhaltMit Beiträgen von: Robert Salais.- Marcel Streng.- Jakob Vogel.- Anne-Françoise Garçon.- Alexander Engel.- Alain Dewerpe.- Dominique Margairaz.- Philippe Minard.- Alessandro Stanziani.- Vera Hierholzer.- Manuel Schramm. Die Herausgeber Prof. Dr. Robert Salais, Ecole Normale Supérieure de Paris Saclay. Dr. Marcel Streng, Historiker und Fachübersetzer, Düsseldorf. Prof. Dr. Jakob Vogel, Centre d’Histoire, Sciences Po Paris / Centre Marc Bloch, Berlin.

Sous la direction de SCHILLING Lothar, VOGEL Jakob Publié en 2019-06 Collection Colloquia Augustana
80
vues

0
téléchargements
Building on the new critical historiography about the evolution of the European state, the book analyses how administrators, scientists, popular publicists and other actors tried to redefine the realms of state action in the "Sattelzeit" (Koselleck). By focussing on the specific strategies of these actors and on the transnational circulation and dissemination of state related knowledge itself, the contributors of the book highlight the fluidity and the interconnections of the European debate in the crucial period of the development of the modern nation-state and its administration. They study the common European features of the evolution of a new type of statehood built upon multiple circulations and transfers that forged administrative practices in the different fields of state action. Analysing important fields of expertise ranging from agricultural knowledge, mining sciences to anthropological knowledge, which laid the basis for the new "scientific" foundations of administration, the book underlines the necessity of a re-evaluation of the classical approaches to the history of state in the 18th and 19th centuries.

Publié en 2019-05 Collection Chronologix : 12005
STALNER Eric
23
vues

0
téléchargements
60 dates racontées par un historien. Une grande fresque illustrée. L'Histoire se déploie sous nos yeux.

Sous la direction de VOGEL Jakob, HEYBERGER Bernard, ASSAN Valérie Publié en 2019-03 Nom de la conférence Colloque "Minorités en Méditerranée au XIXe siècle. Identités, identifications, circulations" Collection Histoire
42
vues

0
téléchargements
L'actualité politique au Moyen Orient, en Turquie et au Maghreb attire notre attention sur la question de la place des minorités dans les régions qui bordent la Méditerranée. La notion moderne de minorité a été généralement présentée par l’historiographie comme le résultat des débats des experts internationaux au lendemain de la Première Guerre mondiale. Or, la Méditerranée du long XIXe siècle présente un terrain particulièrement fécond pour une analyse des multiples dynamiques de la construction des minorités. Cet ouvrage interroge les modalités de la fixation des identités par les États impériaux et par les minorités elles-mêmes. Il porte une attention particulière à l’articulation entre les critères religieux, linguistiques, nationaux et territoriaux dans la catégorisation de ces identités collectives et individuelles. Les auteurs mettent en lumière la mise en place de nouveaux modes d’administration des minorités, montrant les circulations et les transferts des normes et des pratiques, entre minorités au sein d’un même empire, mais aussi d’un empire à l’autre. Privilégiant l’approche comparatiste, ce livre collectif entend contribuer à une histoire croisée des minorités, en faisant dialoguer les historiographies de l’aire ottomane, des mondes coloniaux et de l’Europe.

in COGITO, la lettre de la recherche à Sciences Po Publié en 2018-04
18
vues

0
téléchargements
Somme d’une richesse inégalée, “Europa notre histoire. L’héritage européen depuis Homère”, parue récemment aux éditions Les Arènes, est un véritable pari éditorial auquel Jakob Vogel, chercheur au Centre d’histoire de Sciences Po, qui en a co-dirigé la réalisation, a consacré trois années. Il en fallait au moins autant pour orchestrer les travaux de 109 auteurs qui nous éclairent sur 25 siècles d’histoire de l’Europe telle qu’elle a été vécue par les peuples, européens ou non. Interview.

Suivant