Document Type
  • Web site contribution (3)
  • Book review (2)
  • Part or chapter of a book (1)
3
views

0
downloads
Si le fait d’abattre un ennemi n’est pas nouveau, la conduite de la guerre au XXIe siècle a vu l’émergence de tactiques visant à l’éliminer avant même qu’il n’attaque. Ces opérations d’assassinats ciblés ne sont toutefois pas respectueuses du cadre légal international. Pourquoi une pratique considérée comme illégale a-t‑elle été adoptée par des États censés placer le respect du droit international au cœur de leur politique étrangère ? C’est cette énigme que s’attache à résoudre Amélie Férey, chercheuse en science politique au Centre de recherches internationales de Sciences Po (CERI), dans cet ouvrage issu des recherches et des enquêtes de terrain menées pour sa thèse de doctorat...

in RAMSES 2021. Le grand basculement ? Edited by DE MONTBRIAL Thierry, DAVID Dominique Publication date 2020-10
28
views

0
downloads
Les systèmes d’armes autonomes, dans leur diversité, suscitent de nombreuses préoccupations d’ordre éthique ou juridique. Les États s’opposent autour de l’idée d’une régulation, en fonction de leurs capacités et de leurs intérêts, alors que la société civile tente une pression croissante en ce sens.

« Terminator ne défilera pas au 14 juillet », promettait Florence Parly le 5 avril 2019, alors qu’elle présentait la stratégie du ministère des Armées en matière d’intelligence artificielle. Ainsi signifiait-elle la décision française de ne pas développer de systèmes d’armes létales autonomes (SALA). Ces technologies, que les médias appellent volontiers « robots tueurs », ont été définies en 2012 par le Département de la Défense américain comme « des systèmes d’armes qui, une fois activés, peuvent sélectionner et attaquer des cibles sans autre intervention d’un opérateur humain ».

2
views

0
downloads
« Celui qui deviendra leader dans le domaine de l’intelligence artificielle sera le maître du monde » affirmait Vladimir Poutine en septembre 2017. Pourtant, l’IA ne représente qu’un aspect de la guerre technologique que se livrent aujourd’hui les grandes puissances : Internet of Things, Big Data, cyber, 3D, blockchain et biotechnologies sont autant d’innovations de la « quatrième révolution industrielle » qui détermineront l’évolution des systèmes de défense dans les années à venir. Conscient du retard européen en la matière, le Président de la République déclarait à l’automne 2017 que le Vieux Continent avait « aussi besoin d’une ambition sur ce point »...

42
views

0
downloads
Compte rendu de l'ouvrage "Army of None: Autonomous Weapons and the Future of War", Paul Scharre, New York, W.W. Norton & Company, 2018, 448 pages.

“Terminator will not parade on July 14,” said Florence Parly, the French Minister of the Armed Forces on April 5, 2019, as she presented the French strategy on artificial intelligence and defense. This was a way of announcing France’s decision not to develop “killer robots”, also known as “lethal autonomous weapon systems” (LAWS). These have been defined in 2012 by the US Department of Defense as “a weapon system that, once activated, can select and engage targets without further intervention by a human operator”. LAWS do not exist yet, but they are being developed as a result of technological advances in artificial intelligence and robotics brought about by the fourth industrial revolution...