Co-auteur
  • ORLIAC Thomas (1)
  • DELPEUCH Claire (1)
  • LE VERNOY Alexandre (1)
  • SWINNEN Johan (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Thèse de doctorat (1)
  • Working paper (1)
Directeur de la thèse SWINNEN Johan Publié en 2012-05
38
vues

38
téléchargements
Cette thèse de doctorat contribue au débat sur les normes en tant qu’obstacles ou catalyseurs du commerce et fournit des preuves de l'impact des normes sur la capacité des pays en développement à gagner et maintenir l'accès aux marchés des pays développés pour les produits alimentaires. En raison de la nature complexe et très hétérogène des mesures non-tariffaires, différentes méthodologies ont été développées. L'analyse présentée dans cette thèse adopte une approche directe de la mesure de l’impact des standards alimentaires à l'aide de deux bases de données uniques. En démêlant le classement par la productivité du classement par la qualité dans l’étude des déterminants des exportations horticoles, le premier article étudie l'impact des normes de sécurité alimentaire et de la préférence pour la qualité des consommateurs sur capacité d'exporter des produits agricoles de hautes valeurs ou différenciés (HCA). En utilisant une version étendue de la base de données précédente, le deuxième document montre que la réputation est un facteur important de l'application des mesures sanitaires et phytosanitaires (SPS). Le troisième document analyse les tenants et les aboutissants de la réglementation phytosanitaire américaine. L'analyse empirique montre que le cadre réglementaire de la réglementation phytosanitaire est capturé par des groupes d'intérêt. En outre, contrôlant pour d’autres facteurs, l'analyse montre que les pays à revenus intermédiaires inférieurs et les pays à faibles revenus sont respectivement moins susceptibles d'avoir accès à marché intérieur américain et moins susceptibles de tirer parti des lignes commerciales ouvertes.

This following study is a “meta-evaluation” of the way aid agencies evaluate and assess their trade-related operations – and was undertaken as part of the OECD’s broader efforts to improve the effectiveness of aid-for-trade. It focuses on 162 evaluations of operations in two countries - Ghana and Vietnam - and two sectors - transport and storage - between 1999 and 2010. In particular, it looks at whether trade was a true objective of the operations under scrutiny, and whether trade and development outcomes were evaluated. More broadly, it asks whether the evaluations selected offer the information that policy makers in charge of international aid want – and need - to get from field evaluators.