Co-auteur
  • DORRONSORO Gilles (13)
  • QUESNAY Arthur (6)
  • GIUSTOZZI Antonio (1)
Type de Document
  • Article (13)
  • Contribution à un site web (6)
  • Partie ou chapitre de livre (4)
  • Livre (3)
  • Voir plus
in Journal of Classical Sociology Publié en 2021-04-07
DORRONSORO Gilles
9
vues

0
téléchargements
Building on Marx and Weber, Bourdieu developed a sociology for scrutinizing the processes of domination and accumulation that allow social reproduction to take place. Yet, Bourdieu rarely tackled the breakdowns of social orders and never construed war as a scientific object, even if he signaled the theoretical interest in an inverse sociogenesis of the state. Despite this limitation, we argue that his work furnishes conceptual instruments for thinking about change and remains heuristic for understanding the dynamics of civil wars. These extreme situations in return let us rethink some of the theory’s central concepts (fields, habitus, capital). Thus, in succession we examine Bourdieu’s definition of the state (which fits into the Weberian tradition), explain the consequences of defining civil war as a violent competition between social orders, and end with an exploration of the social impacts of civil war on habitus.

in Critique internationale Publié en 2021-03-05
9
vues

0
téléchargements
Il est des renversements de situation qui parfois sont douloureux. Alors que je n’étais encore que doctorant, Fariba m’a généreusement invité à participer à un collectif réunissant plusieurs générations de chercheur.es autour du thème des conflits fonciers comme opérateurs de description des modes de domination dans l’Afghanistan en guerre. En 2012, elle a ensuite organisé au CERI (Centre de recherches internationales) une conférence sur ce thème qui a abouti à la publication d’un numéro de la Revue des mondes musulmans et de la Méditerranée... et m’a ainsi offert l’occasion de publier l’un de mes premiers articles. Aujourd’hui, c’est moi qui rends hommage à ses travaux en présentant son introduction à ce numéro de la REMMM. Et si je le fais dans le cadre du dossier que lui consacre "Critique internationale", c’est parce qu’elle ne peut pas être avec nous.

in Social Science Research Council Publié en 2020-11-20
DORRONSORO Gilles
33
vues

0
téléchargements
For the “Covid-19 and the Social Sciences” series, Adam Baczko and Gilles Dorronsoro argue for the necessity of resuming fieldwork. They trace how subcontracting research or shifting to methodologies which are remote in time and space—solutions often touted in the pandemic age—in fact produce unreliable, exploitative, and undertheorized work incapable of accurately analyzing dynamic conditions on the ground. These transformations relate to broader research trends toward neoliberal privatization, and the authors outline how they can be resisted by returning, carefully, to the field.

40
vues

0
téléchargements
Entretien avec Adam Baczko, auteur avec Gilles Dorronsoro et Arthur Quesnay de Syrie. Anatomie d’une guerre civile qui vient d'être publié en poche dans la Collection Biblis des éditions du CNRS. Propos recueillis par Miriam Périer.

in Sociétés politiques comparées Publié en 2020-05-04
DORRONSORO Gilles
57
vues

0
téléchargements
Si l’État n’a jamais été un ensemble de monopoles institués, nombre d’auteurs ont montré que les formes actuelles de souveraineté vivaient une désarticulation de l’espace national, notamment du point de vue de la violence, du droit et de l’économie. Dans les guerres civiles, ces transformations alimentent deux dynamiques convergentes : la fragmentation de la souveraineté sous l’influence de l’international et l’émergence d’une souveraineté concurrente qui conteste militairement l’ordre en place. L’objet de ce texte – écrit pour exprimer notre solidarité avec Fariba Adelkhah et rendre hommage à son travail sur l’Afghanistan – est de montrer ce processus de fragmentation dans la phase d’intervention des Occidentaux de 2001 à 2014. Cette période est marquée par la multiplication des droits dérogatoires pour les internationaux, une déconstruction de l’économie de la violence et du droit et, enfin, la formation de marchés régionaux transnationaux. Ce processus de fragmentation impulsé par l’international est une cause déterminante de l’essor de l’insurrection Taliban, porteuse d’une conception étatique de la souveraineté.

Pour ce nouvel épisode des « Têtes chercheuses », nous avons le plaisir de recevoir à nouveau Adam Baczko, pour discuter un article de 2013, paru dans la revue Politix : « Juger en situation de guerre civile. Les cours de justice taleban en Afghanistan (2001-2013) ». L'article est en libre accès sur Cairn : https://www.cairn.info/revue-politix-2013-4-page-25.htm

Adam Baczko is the author, with Gilles Dorronsoro and Arthur Quesnay, of Civil War in Syria. Mobilization and Competing Social Orders (Cambridge University Press). The French version of the book (Syrie. Anatomie d’une guerre civile) has just been republished in paperback (Collection Biblis, CNRS Edition). Read our interview with Adam Baczko about the fieldwork, the emergence of violence in demonstrations, the anonymous demonstrators, the role of women, and more about the conflict in Syria. Interview by Miriam Périer, CERI

27
vues

0
téléchargements
Quelques semaines après l'accord de retrait des troupes américaines d'Afghanistan, le Collimateur se penche sur la situation politique et militaire de l'Afghanistan, au terme de bientôt deux décennies de présence américaine dans le pays ; avec Adam Baczko, chercheur au CERI, le centre de recherches internationales de Sciences Po. Avec Alexandre Jubelin, il commence par revenir sur le point de départ de cette guerre à partir de 1978 (2:00) puis de l’intervention soviétique en 1979, à laquelle s’oppose une insurrection soutenue par les Etats-Unis (10:00), et sur la période d’instabilité déclenchée par la chute de l’URSS et la guerre civile qui s’ensuit (15:00) et les facteurs qui amènent à la prise du pouvoir par les Talibans (20:00). Ils détaillent ensuite l’intervention occidentale en Afghanistan à la suite du 11 septembre, dans ses contours concrets (31:30) et sur le régime d’Hamid Karzaï que les Etats-Unis mettent en place (38:30), puis entrent dans la logique du « surge » de troupes occidentales en 2009 (45:00) et sur les problèmes inhérents à la présence américaine, où celle-ci se retrouve instrumentalisée dans des conflits locaux (53:00). Ils envisagent enfin le bilan de cette présence de près de 20 ans, à travers notamment les forces actuelles des Talibans (56:30), la faiblesse du gouvernement reconnu par les Nations unies, entérinée par l’accord de retrait récemment signé (1:04:00). Ils évoquent enfin le retour de la Russie dans le jeu afghan et la tendance au recours aux Talibans, pour faire face à la montée de l’Etat islamique dans le pays (1:08:00).

in Moyen-Orient Publié en 2020-02-19
DORRONSORO Gilles
12
vues

0
téléchargements
Dans un Afghanistan en guerre depuis 1979, l’urbanisation rapide a transformé la structure démographique et sociale et, bien qu’on ne dispose pas de statistiques fiables, il est raisonnable de penser que la majorité de la population n’est plus rurale. Kaboul est devenue une grande métropole du sous-continent avec 4,11 millions d’habitants en 2018-2019 (4,86 pour la province), selon des données officielles sous-estimées (1). La ville est étendue, avec plus de 20 kilomètres de diamètre, et connaît une des plus fortes croissances urbaines de la planète (5 %). L’explosion démographique, notamment liée aux afflux de migrants et de déplacés originaires des campagnes, a cassé le modèle traditionnel d’intégration. Kaboul est une cité de néoruraux mal intégrés au monde urbain, marquée par une ethnicisation et des inégalités croissantes.

Publié en 2020-02-13 Collection Biblis
DORRONSORO Gilles
QUESNAY Arthur
102
vues

0
téléchargements
Voici la première étude sur la guerre civile syrienne faite à partir d’entretiens réalisés en Syrie même et dans les pays voisins. 2011 : des centaines de milliers de Syriens de toutes confessions et origines ethniques manifestent pacifiquement pour réclamer la démocratisation du régime. La violence de la répression les contraint à prendre les armes, à organiser une contre-société et à regrouper des unités militaires improvisées au sein de l’Armée syrienne libre. Après 2013, cette logique inclusive et unanimiste cède progressivement devant la montée des groupes transnationaux comme le PKK et l’État islamique, marginalisant les groupes les plus modérés. Comment se structure l’économie de guerre ? Quels sont les effets de la guerre sur la société syrienne ? Quelles nouvelles hiérarchies communautaires et sociales résultent de la violence généralisée ? Comment les trajectoires sociales des Syriens sont-elles affectées ? Un livre unique qui combine une recherche de terrain – rare sur le conflit syrien – et une réflexion théorique novatrice sur les situations de guerre civile.

Suivant