Co-auteur
  • SAFI Mirna (1)
Type de Document
  • Article (2)
  • Working paper (2)
  • Article de presse ou magazine (1)
  • Thèse de doctorat (1)
8
vues

0
téléchargements
This article will address sexuality as a medium of empire, approaching this question through the absence of empire in Foucault’s history of sexuality. This absence of empire is all the more enigmatic given that it coincides with the omnipresence of race. To that extent, I argue for an “alteration of absence” in the reading of Foucault. Acknowledging the paradoxical presence of race--perhaps even its centrality--in Foucault’s analysis of sexuality and liberalism is a necessary step to reveal the depth of another absence, that of empire and coloniality. The article discusses this blind spot in Foucault’s work, arguing that a form of racial distinction operates through sexuality. It attempts to assess how influential this “imperial absence” is to the genealogy of sexuality and race. Lastly, it also sketches some possible reconfigurations of Foucault’s theses when read in colonial or postcolonial contexts.

5
vues

5
téléchargements
Cet article porte sur le traitement médiatique du viol collectif en France, et analyse sa circulation discursive. Nous cherchons à faire l’analyse de la contribution de la médiatisation de ce type de violence sexuelle à la racialisation des jeunes hommes qui en sont les auteurs, et par extension des jeunes hommes ayant un profil ressemblant à celui des auteurs. Nous faisons l’hypothèse d’une coproduction d’un discours racial et d’un discours de sexualité. Nous exploitons dans cette perspective trois corpus : un corpus d’articles et de dépêches provenant de l’Agence France Presse et des cinq principaux quotidiens nationaux (Le Figaro, La Croix, Le Monde, Libération, L’Humanité), réunissant 418 documents ; un corpus de commentaires de lecteurs postés sur les sites internet du Monde et du Figaro, réunissant 720 documents ; un corpus de journaux télévisés de France 2, réunissant 22 émissions. Les deux premiers corpus sont exploités par des techniques quantitatives d’analyse textuelle. Le troisième comporte de la retranscription de texte et de la retranscription d’image, analysable qualitativement. Nous identifions des instances limitées de la coproduction discursive recherchée, et observons des ressources discursives périphériques supportant le processus de racialisation (personnalisation, mise en correspondance, contextualisation), ainsi qu’un jeu de complémentarité entre le tabou écrit et oral de la race et son évidence visuelle.

Cet article propose une analyse de trois films (La Squale, La Journée de la jupe, Sheitan), traitant centralement ou mentionnant plus latéralement des « tournantes », terme apparu au début des années 2000 et désignant des viols collectifs commis en banlieue. Il examine l’intrication d’un discours de sexualité et d’un discours racial dans la constitution des « tournantes » comme problème. Il identifie trois axes de problématisation : documentaire, morale et politique, oppositionnelle, établissant que le basculement du viol collectif dans la figure racialisée de la « tournante » s’opère simultanément dans les médias d’information et de divertissement. Il en ressort que les « tournantes », objets d’une conflictualité politique, problématisent le racial par le sexuel, sans recourir uniquement à l’altérisation et la stigmatisation, mais aussi en étant le lieu d’une production de la blanchité.

in Questions internationales Publié en 2019-05
0
vues

0
téléchargements
La figure de « l’expatrié » quittant la France est au centre de tout un ensemble de représentations courantes, de la « fuite des cerveaux » (brain drain) au riche cadre menant grand train. Pourtant, la catégorie d’ « expatriation » recouvre des situations diverses, relativement méconnues par les sciences sociales. De quoi parle-t-on ? De quel volume de population ? Quelles en sont les structures collectives ?

Cet article propose une analyse de trois films (La Squale, La Journée de la jupe, Sheitan), où apparaît la figure des « tournantes », terme apparu au début des années 2000 et désignant des viols collectifs commis en banlieue. Il examine l’intrication d’un discours de sexualité et d’un discours racial dans la constitution des « tournantes » comme problème. Il identifie trois axes de problématisation : documentaire, morale et politique, oppositionnelle. Il en ressort que les « tournantes », objets d’une conflictualité politique, problématisent le racial par le sexuel. Cette problématisation suppose altérisation et stigmatisation raciales, mais aussi une production de la blanchité. Ces représentations adoptent en particulier des rapports concurrents à la « vérité » du sexe et de la race, suggérant que la racialisation peut être appréhendée comme lutte de véridiction.

Fondée sur une ethnographie combinant observation et entretiens, cette thèse analyse les expériences migratoires des résident·e·s français·es à Abu Dhabi. Nuançant le portrait d’« expatrié·e·s » fréquemment présenté·e·s comme hypermobiles, elle montre qu’elles et ils empruntent en fait des routes migratoires balisées. Ces routes sont notamment dessinées par la rencontre entre politiques émiriennes et État français transnational, dans un contexte de concurrences postcoloniales qui se traduisent par des stratégies de distanciation vis-à-vis du colonialisme britannique et de l’impérialisme étasunien. La construction du groupe national, encadrée par des institutions migratoires, se déploie dans la délimitation de frontières associant francité et blanchité, au travers des interactions tant avec les nationales et nationaux émirien·ne·s qu’avec d’autres groupes migrants. Si le rapport à la population majoritaire sud-asiatique est marqué par une mise à distance, toutefois perturbée par la fréquence de l’emploi domestique à demeure, le rapport aux citoyen·ne·s émirien·ne·s engage un trouble singulier dans l’ordre postcolonial. Les résident·e·s français·es font ainsi l’expérience d’une vulnérabilité limitée, mais anxiogène, vis-à-vis d’Émirien·ne·s perçu·e·s comme omnipotent·e·s. En cela, les migrations françaises à Abu Dhabi se révèlent le lieu d’une déstabilisation autant que d’une solidification de la blanchité. Mettant en lumière la façon dont ces reconfigurations blanches s’entrecroisent avec un régime de genre où se renforce l’hétéroconjugalité, la thèse apporte une contribution à l’analyse plurielle des rapports sociaux dans les migrations des Nords vers les Suds.