Texte intégral
  • Non (3111)
  • Oui (1221)
Type de Document
  • Article (1198)
  • Partie ou chapitre de livre (1009)
  • Livre (563)
  • Contribution à un site web (384)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Centre de recherches internationales (4255)
  • Centre de recherches internationales (CERI) (69)
  • Sciences Po (41)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (21)
  • Voir plus
Discipline
  • Science politique (4131)
  • Sociologie (1247)
  • Religions (412)
  • Histoire (294)
  • Voir plus
Langue
  • Français (3068)
  • Anglais (1166)
  • Espagnol (53)
  • Allemand (19)
  • Voir plus
Projet
  • EUMIGPOL (1)
in Les Dossiers du CERI Sous la direction de MARTINEZ Luis Publié en 2010-02
16
vues

16
téléchargements
L’article de Yahia H. Zoubir sur le Sahara occidental, un conflit oublié, analyse les facteurs de sa durée et pointe les effets destructeurs sur la région ; Isabelle Warenfels et Jean Noël Ferrié étudient respectivement en Algérie et au Maroc, les transformations dans la pratique du pouvoir sous A. Bouteflika et Mohammed VI ; Eric Gobe et Larbi Chouikha soulèvent la problématique de la succession de Ben Ali à travers l’analyse des élections en Tunisie. Enfin, Luis Martinez pose la question de la succession de Qadhafi à travers l’analyse du devenir de la Révolution. Sommaire : - Le conflit du Sahara Occidental : enjeux régionaux et internationaux, par Yahia H. Zoubir - Who is in charge? Algerian power structures and their resilience to change, par Isabelle Werenfels - La monarchie marocaine sous Mohammed VI. Changement et continuité, par Jean-Noël Ferrié - Tunisie : des élections pour quoi faire ? Signification et portée des scrutins présidentiel et législatif de 2009, par Eric Gobe et Larbi Chouikha - Libye : que faire de la Révolution ?, par Luiz Martinez

in Algeria Modern. From Opacity to Complexity Sous la direction de MARTINEZ Luis, MARTINEZ Luis, BOSERUP Rasmus Alenius Publié en 2016-04-14
19
vues

0
téléchargements
Algeria is regularly shaken by riots. So far, however, none have managed to trigger a dynamic of uprising that might channel the grievances and complaints that pervade Algerian society. Not one of the hundreds of demonstrations has been able to transform itself into a mass movement; instead, they are mostly based around professional sectors and focus on demanding pay rises...

in Cahiers de Chaillot Publié en 2009-04
3
vues

3
téléchargements
Le Maghreb est confronté à des défis colossaux : pauvreté, terrorisme, migration, corruption, violation des droits de l’homme. Les réformes nécessaires pour résoudre ces problèmes exigent un engagement des États avec le soutien de leur société civile : elles échoueront si elles ne sont pas portées par des dirigeants politiques légitimes, démocratiquement élus. Comme l’analyse Luís Martinez dans ce Cahier de Chaillot, la démocratisation au Maghreb doit devenir une priorité de la politique européenne en Méditerranée. L’Union ne doit plus se cantonner à une approche purement économique, mais oser aborder les questions de politique intérieure. Et il y a urgence à agir car, dotés d’une faible légitimité, les gouvernements de ces pays sont, à des degrés divers, dans l’incapacité de mener des réformes structurelles qui s’imposent, à plus forte raison dans le contexte de crise que traverse actuellement l’ensemble de la planète.

in Revue internationale de criminologie et de police technique et scientifique Publié en 2010-04
8
vues

8
téléchargements
Comment expliquer l’attrait pour le courant jihadiste de certains jeunes musulmans en France? Cet article montre comment se construit la justification de la radicalisation et les étapes qui rendent légitime le passage à l’acte violent. Le processus de justification du passage à l’acte violent - à l’attentat-suicide par exemple - s’inscrit dans un contexte qu’il faut comprendre: quelles sont «les structures sociales et organisationnelles qui peuvent promouvoir dans un moment donné, l’attentat-suicide?» Aussi, l’analyse du basculement dans la violence doit-elle recontextualiser les engagements et les trajectoires individuelles, car l’environnement dans lequel se construit le processus de justification apparaît comme déterminant. Le basculement dans la violence n’est pas le produit d’une frustration ou d’un symptôme psychologique. L’attentat-suicide, par exemple, est un véritable instrument de guerre. Il a un sens, répond à une logique et s’inscrit dans une finalité: un territoire à libérer, une communauté à reconquérir. Les entretiens réalisés auprès de jeunes musulmans d’origine nord africaine permettent ici de souligner comment se construit la justification du passage à l’acte violent.

Publié en 2018-03
BOSERUP Rasmus Alenius
46
vues

46
téléchargements
This report analyses the reasons for European policy-makers coming to perceive the Sahel as a threat to Europe’s own security and stability. It starts by presenting the most recent developments in the Sahel and Maghreb regions in respect of the two most significant threats to European security and stability: trans-national jihadism and cross-border migration. The report provides in-depth analysis of a series of the most important factors that are driving the increases in jihadism and migration, including the persistence of state weakness in the Sahel, the collapse of the state in Libya and the failure of regional collaboration. Furthermore, the report analyses the most significant developments in the international community’s responses to the most recent conflicts and crises in the Sahel and Maghreb, including the foreign policies of France, which remains the single most important foreign actor in the Sahel, the European Union and Denmark. The report closes with a series of suggestions regarding how the European powers, especially Denmark, might adjust their policies in order to increase the likelihood of long-term peace and stability being generated in the region...

6
vues

6
téléchargements
Pour être restée à l'écart des révolutions arabes, l'Algérie est félicitée de toutes parts pour son modèle de stabilité dans la région. Alors que, dans les années 1990, sa guerre civile donnait des sueurs froides, elle est aujourd'hui considérée comme le pays le plus solide avec son voisin et rival, le Maroc...

Publié en 2009-01
DRISS Ahmed
POLI Alexandra
CHEKLAT Kamel
RENDON Maria
BEN MABROUK Mohamed
11
vues

11
téléchargements
L’enquête montre que le projet d’intégration régional au Maghreb demeure, en Tunisie, comme en Algérie et au Maroc, un projet porteur qui interpelle personnellement la grande majorité des Tunisiens. Bien que depuis son lancement en 1989, peu de projets aient été réalisés, l’UMA est toujours perçue comme nécessaire au développement et à l’avenir de la Tunisie. Les facteurs explicatifs du blocage sont clairement identifiés : l’incapacité des dirigeants à s’entendre en raison du climat de méfiance qui règne au niveau régional, l’absence d’investissement de l’Union européenne dans la destinée de l’UMA et enfin, le conflit du Sahara Occidental. Pour beaucoup, le Maghreb dispose d’atouts non négligeables pour décoller mais pour cela, il a besoin de démocratie. L’idée de la création d’un parlement maghrébin élu démocratiquement est plébiscitée ! Aussi, l’enquête montre clairement que le déficit démocratique constitue un facteur central dans l’analyse du blocage de la région. L’enquête souligne également que le projet d’intégration régionale ne se concrétise pas car celui-ci apparaît davantage comme un héritage du passé que comme un impératif stratégique. En effet, la préoccupation majeure de la Tunisie est l’intégration à l’Union européenne. On retrouve là un paradoxe déjà observé dans l’enquête sur le Maroc. L’objectif stratégique de la Tunisie est, pour nos interviewés, l’intégration à l’Europe, aussi, plus les réformes économiques et politiques qui sont mises en oeuvres rapprochent les Tunisiens de l’Europe, plus le projet d’intégration régionale au Maghreb devient sentimentalement fort. L’incapacité de promouvoir un marché régional alors qu’en apparence de nombreux facteurs plaident pour sa réalisation provoque une vision dévalorisée de la région. À contrario, l’UE fait figure de modèle de réussite qui suscite l’envie de s’en rapprocher. Enfin, l’enquête confirme qu’aucune figure politique ne symbolise le projet d’un Maghreb intégré. La majorité des enquêtés sont incapables de citer des personnages susceptibles de symboliser ce projet. De plus, force est de constater que l’héritage du « combattant suprême » est effacé de la mémoire collective des Tunisiens, seulement 2 % de nos interviewés le cite ! Face à ces blocages internes, les attentes vis-à-vis de l’Europe sont fortes. Aussi, pour beaucoup, c’est un sentiment de déception qui domine face au peu d’investissement de l’UE dans le processus de l’UMA. Mais comme le souligne un militant des droits humains : « Je ne veux pas être démagogue, la situation des droits de l’homme et des libertés publiques ne nous permettent pas de consacrer le minimum de temps à des questions stratégiques de luxe. Nous sommes en situation de lutte pour la survie, nous sommes amenés à concentrer notre action pour la préservation de notre organisation, même pas pour défendre les droits de l’homme. Nous sommes incapables, du fait que nous sommes harcelés. Que dire des questions maghrébines, de partenariat, de l’Euromed… ce sont des questions de luxe. Nous avons des partenariats avec la société civile, le forum social maghrébin dans le cadre de l’Euromed, nous ne sommes pas actifs, nous n’avons pas les moyens de l’être ».

Publié en 2006-10
POLI Alexandra
RENDON Maria
CHEKLAT Kamel
ABDELKDER Toumi
8
vues

8
téléchargements
L’intégration régionale de l’Afrique du Nord apparaît pour de nombreux experts comme l’une des réponses aux difficultés que rencontre la région : chômage, pauvreté, mauvaise gouvernance, violence sociale etc. Les économies du Maghreb se tournent le dos (3% des échanges) et les gouvernants ont des relations marquées par une méfiance mutuelle. L’enquête réalisée en Algérie, entre juillet et août 2006, cherche à comprendre comment la population explique le blocage d’une région qui partage autant de caractéristiques communes : langue, religion, histoire etc. Les résultats de l’enquête montrent clairement que le blocage de la région est dû principalement à un déficit démocratique : une immense majorité plaide pour la création d’un parlement maghrébin où des députés élus de façon démocratique chercheraient à répondre aux problèmes des citoyens de la région. En dépit de l’absence de résultats de l’UMA, le souhait d’une intégration régionale demeure profond. Pour la majorité, elle apparaît comme une réponse de bon sens à la mondialisation et une opportunité de désenclaver des économies et des sociétés marginalisées en raison de la faiblesse de leur développement. Le potentiel de croissance d’une région intégrée est reconnu mais il manque la volonté politique de sortir d’un cercle vicieux qui, à travers des prétextes historiques, entretient le blocage de la région. L’enquête montre très clairement que la tension entre le Maroc et l’Algérie est délibérément entretenue par les gouvernants. Et le risque d’une guerre entre les deux Etats apparaît possible. Dans cette perspective, seule la démocratie est à même de faire sortir les dirigeants d’une logique nationale afin de mettre en pratique les conditions d’une intégration régionale attendue par l’opinion. Mais pour cela l’UE doit davantage oeuvrer dans la région car elle représente un modèle. Le principal résultat de l’enquête est que l’intégration régionale ne peut se faire qu’à travers la démocratisation.

Publié en 2008-05
POLI Alexandra
CHEKLAT Kamel
BEN MAIMOUN Hatem
RENDON Maria
AMMOR Fouad
11
vues

11
téléchargements
Les préoccupations du Maroc d’aujourd’hui sont essentiellement d’ordre économique et social. La question de l’intégration régionale n’est pas une priorité. L’enquête montre que la priorité est de mettre en pratique des réformes susceptibles d’améliorer les conditions de vie de la population. L’intégration régionale est perçue comme une opportunité de réaliser ces réformes. En somme les réformes économiques qui tardent à s’appliquer au Royaume le seraient si le système politique était démocratique. La démocratie est clairement associée au développement économique du Royaume et non à la résolution du problème du Sahara occidental. Ce dernier n’est plus un problème pour les Marocains : il l’est seulement pour les Algériens…Pour nos enquêtés dans un système démocratique cette manipulation politique ne serait plus viable et dès lors le parlement maghrébin démocratique se concentrerait sur l’essentiel, c’est-à-dire les problèmes économiques et sociaux dont les conséquences sur les populations sont manifestes (pauvreté, chômage, inégalité etc.). Les résultats de l’enquête montre clairement que le blocage de la région est dû principalement à un déficit démocratique: une immense majorité plaide pour la création d’un parlement maghrébin ou des députés élus de façon démocratique chercheraient à répondre aux problèmes des citoyens de la région. En dépit de l’absence de résultats de l’UMA, la réalisation d’une intégration régionale demeure profonde. Dans cette perspective seule la démocratie est à même de faire sortir les dirigeants d’une logique nationale afin de mettre en pratique les conditions d’une intégration régionale attendue par l’opinion. Mais pour cela l’UE doit davantage oeuvrer dans la région, elle représente un modèle. L’enquête montre que les priorités du Maroc aujourd’hui sont d’ordre économique et sociale. L’intégration régionale est souhaitée dans le seul but d’oeuvrer à l’application de réformes que les autorités nationales tardent à mettre en place. La volonté d’arrimage à l’UE doit être également interprété comme une opportunité de favoriser des réformes à l’intérieur à la faveur de contrainte extérieure. En somme nos enquêtés expriment le sentiment que les réformes économiques et sociales ne peuvent se faire que si une contrainte extérieure les favorise. Dans cette perspective la montée en puissance du parti PJD apparaît comme « une chance et une opportunité. L’enquête montre que le PJD apparaît comme la contrainte intérieure nécessaire à l’application des réformes économiques et sociales. Comme aucune contrainte extérieure ne se manifeste la population sécrète une contrainte intérieure susceptible de l’aider à améliorer ses conditions de vie…Dès lors un gouvernement islamiste devient un idéal apte à combattre les inégalités, à réduire le chômage et à éradiquer la pauvreté. Le moindre investissement de l’UE est compensé par le surinvestissement dans le PJD ! Les réformes doivent se faire sous la contrainte extérieure de l’UE ou intérieure du PJD. Le principal résultat de l’enquête est que l’intégration régionale ne peut se faire qu’à travers la démocratisation de la région.

21
vues

21
téléchargements
Dans la Libye post-Kadhafi, les autorités libyennes sont à la recherche d’un nouvel art de gouverner. Très faibles en dépit de la légitimité que leur confère le suffrage électoral, ne disposant d’aucun moyen de coercition, elles doivent négocier en permanence leur survie, menacées par ceux qui n’ont pas été choisis par les électeurs mais par la force de leur engagement dans la révolution, les milices. Le défi qui se pose au nouveau pouvoir est de parvenir à domestiquer les milices révolutionnaires, non de les combattre. La Libye ne s’est pas « dékadhafisée ». Or, pour les milices, en particulier islamistes, le maintien des anciens responsables et dirigeants dans l’appareil d’Etat est insupportable. Aussi, le 5 mai 2013, elles ont obligé le Parlement a voté la loi sur l’exclusion de la vie politique de toute personne ayant occupé des postes à responsabilité sous l’ancien régime. Si les milices révolutionnaires continuent à imposer leur loi au gouvernement, la chute du régime de Kadhafi n’aura pas constitué une rupture dans la trajectoire des pratiques politiques en Libye, mais davantage leur continuité sous d’autres habits.

Publié en 2016-06-14
Centre de recherches internationales
18
vues

18
téléchargements
Compte rendu de l'atelier OMER (Observatoire mondial des enjeux et des risques) animé par Luis Martinez le 14 juin 2016 au CERI.

18
vues

18
téléchargements
Trente ans après la nationalisation des hydrocarbures, la richesse pétrolière accumulée semble avoir disparu tant elle est absente des indicateurs d’évaluation du bien-être. En Algérie, elle a fait le bonheur d’une minorité et la tristesse de la majorité. L’absence de contrôle exercé sur la rente pétrolière a conduit à sa dilapidation. Depuis 2002, le pays a renoué avec la richesse pétrolière. L’envolée du prix du baril, bondissant de 30 à 147 dollars entre 2002 et 2008, lui a procuré des revenus extérieurs inespérés qui lui ont permis de se doter de réserves en dollars estimées en 2009 à 150 milliards. Rapatrié pour restaurer la paix civile dans une Algérie dévastée, Abdelaziz Bouteflika a bénéficié de la montée inattendue et inespérée du prix du baril de pétrole. Ainsi, au-delà de la réconciliation nationale, il a pu offrir à l’Algérie un nouvel envol économique. Mais, alors que les drames de la décennie 1990 ne sont pas entièrement pansés et que les illusions de la richesse pétrolière se sont évaporées dans les méandres de la précarité, ce retour inattendu de l’abondance financière ne manque toutefois pas d’inquiéter. A quoi la manne va-t-elle servir ? Qui va la contrôler ? Va-t-elle provoquer ou entretenir à nouveau violence et conflits ?

in Les Dossiers du CERI Publié en 2002-02
1
vues

0
téléchargements

in Alternatives économiques. Hors-série Publié en 2017-01
68
vues

0
téléchargements
La stabilité du pouvoir d'Abdelaziz Bouteflika, assurée jusqu'à présent par la redistribution de la manne pétrolière, est très menacée si le cours du baril ne remonte pas.

in Les Dossiers du CERI Publié en 2002-02
4
vues

0
téléchargements

3
vues

0
téléchargements
Une décennie après la profonde crise politique qui l’a traumatisée, l’Algérie semble progressivement retrouver un équilibre. Le drame à huit clos qui s’est déroulé paraît en passe d’être surmonté. Ainsi, alors que l’armée avait, tout au long de la décennie quatre vingt dix, communiqué avec parcimonie, elle a entrepris en octobre 2002 lors d’un colloque international qui s’est tenu à Alger, de fournir sa version des faits passés et les raisons de ses choix (...).

8
vues

8
téléchargements
Carte blanche CERI/Atelier de cartographie de Sciences Po, par Luis Martinez, réalisée en partenariat avec le magazine Carto

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2012-01
1
vues

0
téléchargements
Les dirigeants libyens ont présenté un calendrier électoral pour rassurer leurs alliés occidentaux. Mais les ingrédients de la démocratie sont loin d'être pour autant réunis.

9
vues

0
téléchargements
Au début de la décennie 1970, la nationalisation du secteur des hydrocarbures apporte au régime révolutionnaire libyen la manne financière nécessaire à la réalisation de ses ambitions politiques. Le pétrole est alors perçu comme une bénédiction; c’est le «carburant de la Révolution» pour Kadhafi. Une partie des revenus issus de la vente des hydrocarbures est investie dans les infrastructures civiles, améliorant ainsi de façon très nette les conditions de vie de la population. La prise de contrôle du secteur pétrolier est vécue comme une revanche historique, d’autant mieux savourée que l’accès à l’indépendance apparaissait comme inachevé, tant la présence des compagnies pétrolières internationales restait hégémonique. Une rente pétrolière a ainsi commencé à se développer pour finalement représenter très rapidement l’essentiel des revenus issus des exportations, et ce jusqu’à aujourd’hui. Hors de tout contrôle, l’usage de cette rente a favorisé des pratiques mafieuses au profit des clans associés au régime. Simultanément, en dépit des crises et tensions régionales, la Libye est devenue un pays stratégique dans l’approvisionnement énergétique de l’Union européenne.

5
vues

5
téléchargements
Une décennie après la profonde crise politique qui l'a traumatisée, l'Algérie semble progressivement retrouver un équilibre. Le drame à huit clos qui s'est déroulé paraît en passe d'être surmonté. Ainsi, alors que l'armé avait, tout au long de la décennie quatre vingt dix, communiqué avec parcimonie, elle a entrepris en octobre 2002 lors d'un colloque international qui s'est tenu à Alger, de fournir sa version des faits passés et les raisons de ses choix (...).

in Alternatives internationales. Hors-série Publié en 2015-01
27
vues

0
téléchargements
Nationalistes contre islamistes, milices contre police, gouvernement légitime contre autorités tribales sécessionnistes, l'euphorie de la révolution a laissé place à la peur de la guerre civile.

104
vues

0
téléchargements
Des dizaines de milliers d’Algéries ont marché vendredi dans les rues des grandes villes pour s’opposer à un cinquième mandat du président Bouteflika. La période 2019-2020 s’annonce comme celle de tous les dangers pour le pays : l’épuisement possible des réserves financières à cet horizon et la très mauvaise santé du président pourraient bousculer un très fragile équilibre et faire sortir l’Algérie de son calme apparent…

Cela fait maintenant deux mois que le pouvoir algérien est confronté à une contestation populaire inédite, près de dix ans après le Printemps arabe. Alors que le président Bouteflika a démissionné et qu’une nouvelle élection est prévue le 4 juillet 2019, une partie du peuple algérien continue à réclamer le départ des hommes du « système ». Luis Martinez, politologue spécialiste du Maghreb et chercheur au CERI de Sciences Po, décrypte pour Émile ce soulèvement historique et revient sur le rôle clé de l’armée dans l’appareil étatique algérien.

Cette thèse analyse les raisons qui ont poussé le Japon à se retirer en 1936 du système de contrôle des armements navals établis en 1922. La littérature sur le sujet est particulièrement pauvre pour ce qui est de la science politique et ne parvient pas à systématiser les différentes variables afin de mieux comprendre l’extrême complexité du processus de décision japonais. Appréhender ce processus permet d'aborder une problématique plus générale, qui est de comprendre pourquoi les états mettent fin à des relations de nature coopérative, préférant poursuivre une politique de sécurité unilatérale malgré les coûts que cela peut engendrer. Le modèle théorique de cette thèse propose l’hypothèse suivante: certains changements dans le système international affectent l'influence relative des différentes institutions domestiques prenant part à la formulation des politiques étrangères. En cas de tensions internationales, l'expertise des forces armées prend de l’importance pour la formulation des politiques étrangères. Dans un tel scénario, il est probable que le pays se retire de l'accord de contrôle des armements si ses forces armées s’opposent au maintien de cet accord. Les forces armées désavouent l'accord si ce dernier est intrusif dans des domaines relevant de l'expertise de l’institution militaire au point de menacer sa capacité à répondre à une nouvelle menace extérieure. Le degré d'influence des forces armées et l'intensité du conflit entre militaires et civils pour ce qui concerne la politique de défense nationale constituent les deux variables qui déterminent la propension d'un état à privilégier une approche unilatérale de sa politique étrangère en matière de sécurité.

in The Fletcher Forum of World Affairs Publié en 2018-10-29
1
vues

0
téléchargements
Tunisia’s first democratic local elections, held on May 6, 2018, were a seismic political event in the Arab world for two main reasons. The first is the fact that they represented the country’s fourth free, fair and peaceful elections since the 2011 revolution that removed former dictator Ben Ali from power and sparked the Arab Spring. This is a significant achievement in a region where initial hopes elsewhere for freedom, dignity and development have largely faded away in the face of civil war, authoritarian retrenchment, and foreign interference...

The Tunisian transitional process moved forward in May 2018 with the organisation of the country’s first democratic local elections since Ben Ali was ousted. Despite multiple challenges, this key step launches an ambitious decentralisation process and could usher in a new era of local policy-making that addresses the country’s striking regional disparities.

in Europe & Orient Publié en 2012-07
5
vues

0
téléchargements

Directeur de la thèse BÉJA Jean-Philippe Publié en 2015-12
AMAR Nathanel
7
vues

0
téléchargements
Cette thèse propose d’analyser l’émergence de la contre-culture en République Populaire de Chine à travers le prisme de la contestation politique, à partir des productions culturelles et d’enquêtes menées dans plusieurs villes chinoises de 2012 à 2015. Deux communautés contre-culturelles ont été étudiées durant la thèse, celles des punks et des cinéastes indépendants. Ce choix permet de révéler des logiques similaires au sein de ces deux communautés concernant leur rapport au politique et aux espaces qu’ils ont créés, dans un État qui contrôle encore fermement l’expression culturelle. La contre-culture chinoise doit être tout d’abord replacée dans le contexte de la gestion, par le Parti communiste, de toute forme d’expression culturelle, et ce depuis les thèses de Qu Qiubai et du Discours sur la littérature et l’art de Mao Zedong. Punks et cinéastes indépendants se placent ainsi dans l’histoire de la résistance des artistes et des intellectuels à la mainmise des autorités chinoises sur le domaine culturel, et trouvent de nouveaux moyens d’exprimer leurs désaccords à travers l’appropriation mineure de techniques qui sont à leur disposition. La thèse propose ainsi d’étudier ces deux formes de contre-culture à travers les effets qu’elles produisent sur les acteurs eux-mêmes, mais également dans la recherche d’espaces autonomes, qui symbolisent la lutte contre la monopolisation de l’espace public par le Parti communiste chinois. L’analyse abordera également l’expression contre-culturelle comme une forme du discours de vérité (parrêsia), dans une société où, selon Liu Xiaobo, « refuser le mensonge constitue précisément la force la plus efficace pour saper la tyrannie ».

16
vues

0
téléchargements
While critical academic studies on financial surveillance blossom, they hardly pay attention to the critical capability of those who are involved in the implementation of anti-money-laundering/countering terrorist financing (AML/CTF) policy. In this paper the authors attempt precisely this analysis of existing mobilizations which contest the everyday implementation of AML/CTF standards. Which practices are at stake? Who are the actors involved in denunciation? Which argumentation is used? What are the normative positions from which actors raise criticism? Are denunciations shared by a wider public or do they remain sector-specific? This paper brings together empirical results from research conducted separately by the two authors on, respectively, the gradual institutionalization of the role of banks in anti-money-laundering efforts in France and Switzerland and European measures against terrorist financing.

in Journal of power institutions in post-soviet societies Publié en 2005-05
3
vues

0
téléchargements
This issue aims to contribute to the understanding of the challenges raised by policing transformations in post-soviet societies by comparing them to the processes observed in Central and Eastern European countries since the fall of the Berlin wall. Investigating heterogeneous cases does not preclude analyzing them using a common set of questions specifically linked to post-communism or, more precisely, the collapse of communist regimes. The expression “post-communist trajectories” aptly reflects such an approach, emphasizing the diversity of contexts while submitting them to a common analytical framework justified by their shared specific recent histories...

Suivant