Texte intégral
  • Non (862)
  • Oui (276)
Type de Document
  • Article (331)
  • Communication non publiée (294)
  • Partie ou chapitre de livre (200)
  • Working paper (67)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Observatoire sociologique du changement (1136)
  • Centre de données socio-politiques de Sciences Po (16)
  • Sciences Po (11)
  • Département d'économie (7)
  • Voir plus
Discipline
  • Sociologie (1080)
  • Education (65)
  • Economie et finances (62)
  • Science politique (41)
  • Voir plus
Langue
  • Français (652)
  • Anglais (429)
  • Espagnol (31)
  • Portugais (15)
  • Voir plus
in Dicionário Temático Desenvolvimento e Questão Social Publié en 2013
1
vues

0
téléchargements

in Polarisierte Städte: Soziale Ungleichheit Als Herausforderung Für Die Stadtpolitik Publié en 2013
3
vues

0
téléchargements

37
vues

37
téléchargements
L’article propose une analyse de l’évolution de la ségrégation ethno-raciale dans la métropole parisienne entre les trois derniers recensements. Les catégories utilisées sont celles des immigrés au sens strict, considérés par groupes d’origines nationales, auxquels on ajoute ensuite la part de la seconde génération que l’on peut repérer dans les recensements. L’analyse est conduite principalement à l’échelle des communes et quartiers parisiens. Les indices de dissimilarité et d’isolement et l’étude de la concentration par commune montrent que la ségrégation la plus forte est celle des immigrés d’origines maghrébine, subsaharienne et turque ; qu’elle est en croissance modérée ; qu’elle est nettement supérieure à la ségrégation socioéconomique ; mais aussi très inférieure à la ségrégation raciale dans les métropoles des États-Unis, et que la grande majorité des immigrés résident dans des quartiers où ils sont minoritaires, donc dans des situations de mixité résidentielle, et pas dans des ghettos.

5
vues

0
téléchargements
Cet article cherche à répondre à la question suivante : dans quelle mesure l’amélioration des conditions de vie dans le pays entre 2002 et 2014 est-elle le résultat de transformations des positions occupées par les travailleuses et les travailleurs au sein de la division sociale du travail, au point d’entendre dire que le Brésil serait devenu un pays de classes moyennes ? Nous nous baserons à cette fin sur la littérature nationale et internationale sur les classes moyennes, mais également sur le débat relatif à la “nouvelle classe moyenne”. Nous proposons une vision sociologique innovante de la construction de la structure de classes au Brésil en nous fondant sur la Classification socioprofessionnelle française pour analyser de façon empirique l’évolution de cette structure et en conclure que les classes moyennes ont connu une croissance significative durant la période, mais que le pays est encore loin d’être “un pays de classes moyennes”.

Dans un Grand Paris en construction, bien des choix sont encore possibles, qui peuvent engager des ave- nirs différents. À l’esquisse initiale de la métropole qui faisait émerger par la coopération volontaire une construction plutôt tournée vers la réponse aux besoins des habitants des différents territoires est venue s’oppo- ser une construction imposée d’en haut pour un amé- nagement tourné vers la compétitivité économique des entreprises et la rentabilité marchande des opérations d’urbanisme. Les compromis ultérieurs ont adouci cette opposition, mais l’acuité du contraste a souligné l’importance du politique dans la définition des alterna - tives, contre la rhétorique néolibérale de « TINA » (there is no alternative). L’étude des transformations de la métropole pari- sienne au cours des dernières décennies montre des tendances qui ont été largement conditionnées par des choix politiques. Elle montre aussi une tension crois- sante entre un ensemble de mutations économiques dominées par la globalisation et la financiarisation de l’économie, et des politiques publiques ayant conservé une structuration forte par les valeurs d’égalité et de solidarité. Ainsi que des tensions nouvelles résultant de l’intensité et de la reconnaissance des enjeux écolo- giques, tant métropolitains que planétaires.

in Vivienda y segregación en las grandes ciudades europeas Sous la direction de MALDONADO Jesus Leal Publié en 2007
2
vues

0
téléchargements

in Ciudad y territorio, estudios territoriales Publié en 2008
CARDOSO Adalberto
14
vues

0
téléchargements
Rio and São Paulo are usually described as highly segregated metropolitan areas marked by great inequalities. In contrast, research on segregation in Paris has shown a complex social and spatial structure that is quite distinct from the dualist vision, be this in social terms or in spatial ones. The authors pose the question as to whether the Brazilian metropolises are truly more segregated and more socially and spatially dual cities, or whether this is be merely a consequence of the categories and methods adopted by most of the existing literature on the issue. They thus propose using a comparison with Paris to explore the question. The study thus addresses two of the main dimensions of segregation namely its socio-economic and ethno-racial aspects. In Europe although there is growing concern about the ethno-racial question and some authors argue that the latter has now assumed a much greater importance. In Brazil, the socio-economic dimension has also been seen as crucial yet ethno-racial segregation in the two metropolises have not been properly formulated as such so far, despite the large (and growing) body of literature making it patent that the myth of «racial democracy» is nothing but that and that racial inequality is one of the crucial factors to inequality of opportunity in the country. The paper main focus of analysis is thus the comparative nature and scope of socio-economic segregation. The ethno-racial dimension is brought into play when considering Brazil as data is more readily available while a comparison with Paris on this issue virtually impossible as yet.

L’ouvrage de Céline Loudier-Malgouyres, consultante en urbanisme, s’inscrit dans un ensemble de travaux innovants qui cherchent à transposer les concepts de fermeture et d’enclavement résidentiels, forgés dans le contexte américain, au cas français. En s’attaquant aux logiques sous-jacentes du phénomène, l’auteure remet en cause un certain nombre d’idées reçues et dresse un (…) [Premières lignes]

8
vues

0
téléchargements
This article will address sexuality as a medium of empire, approaching this question through the absence of empire in Foucault’s history of sexuality. This absence of empire is all the more enigmatic given that it coincides with the omnipresence of race. To that extent, I argue for an “alteration of absence” in the reading of Foucault. Acknowledging the paradoxical presence of race--perhaps even its centrality--in Foucault’s analysis of sexuality and liberalism is a necessary step to reveal the depth of another absence, that of empire and coloniality. The article discusses this blind spot in Foucault’s work, arguing that a form of racial distinction operates through sexuality. It attempts to assess how influential this “imperial absence” is to the genealogy of sexuality and race. Lastly, it also sketches some possible reconfigurations of Foucault’s theses when read in colonial or postcolonial contexts.

The future of youth is old age, and beyond. My aim here is not to forecast the social conditions for entry into the future labor market, in the 2020s say, but rather to analyze the consequences of contemporary problems (the scarcity of jobs, unemployment, the stagnation of wages, and so on) for the life chances of youth.* I also analyze the first cohorts of adults socialized in the economic slowdown of the 1970s and 1980s to understand the long-term consequences of the crise. This essay therefore focuses on the consequences of the (dis)integration of youth in France in the context of mass unemployment and déclassement scolaire (over-education and diploma inflation) (...).

5
vues

5
téléchargements
L’idée qu’en France les classes moyennes bénéficieraient d’une protection particulière vis-à-vis de la crise est très répandue : selon ce point de vue, les priorités sociales d’aujourd’hui seraient avant tout de l’ordre de politiques ciblées sur les plus fragiles, plus que d’une approche systémique ayant pour objet la solution des difficultés du salariat et du travail. Cette note de l'OFCE propose un tout autre diagnostic et met en évidence, à l’inverse, la remontée par capillarité des difficultés sociales des classes populaires (employés et ouvriers, qui constituent respectivement les fractions tertiaires et industrielles du salariat d’exécution) vers le noyau central de la société française (...).

in Les mutations de la société française Sous la direction de MERLLIÉ Dominique, PIKETTY Thomas, CASTEL Robert, NEVEU Erik Publié en 2007
1
vues

0
téléchargements

in L'état de la France 2005-2006 Sous la direction de CORDELLIER Serge Publié en 2005
1
vues

0
téléchargements

in La Vie des Idées Publié en 2017-11
10
vues

0
téléchargements
La sacralité de la vache et l’interdiction religieuse de la consommation de bœuf ont toujours constitué, depuis leur invention tardive à l’époque médiévale, de puissants moteurs de fédération de la communauté hindoue. Elles continuent aujourd’hui à être instrumentalisées par l’extrême-droite nationaliste, comme en témoigne la vague de lynchages qui frappe le pays.

Suivant