Document Type
  • Article (1364)
  • Newspaper article (369)
  • Working paper (366)
  • Part or chapter of a book (314)
  • Show more
Research Center
  • Observatoire français des conjonctures économiques (2972)
  • Département d'économie (27)
  • Centre d'études européennes et de politique comparée (10)
  • Centre d'Etude et de Recherche en Economie et Gestion Logistique (Université du Havre) (6)
  • Show more
Discipline
  • Economies and finances (2915)
  • Sociology (53)
  • Political science (27)
  • Gender studies (26)
  • Show more
Language
  • French (2089)
  • English (825)
  • Italian (58)
  • Spanish (16)
  • Show more
Project
  • INNOPATHS (1)
Publication date 2020-02 Collection Sciences Po OFCE Working Paper : 07/2020
1
views

0
downloads
Cet article propose une revue de la littérature relative aux évaluations d'impact du crédit d’impôt recherche (CIR) sur l'effectif des personnels de la recherche. Après un rappel de l'effet théorique du CIR sur le prix d'usage des connaissances accumulées par les entreprises, nous comparons les résultats des études concernant l'efficacité et l'efficience du dispositif. Ils révèlent, entre autres, que le CIR corrige la discrimination à l'embauche des docteurs dans les entreprises, mais avec un effet d'aubaine pour les docteurs-ingénieurs. Dans les TPE, les aides à l'emploi de RD agissent au détriment de l'emploi non-aidé, malgré le CIR. Enfin, avec seulement 2,5 % des activités de RD éligibles au CIR confiées aux organismes publics, le dispositif favorise le décloisonnement de ces organismes, mais sans effet visible sur leurs effectifs. La majorité des dépenses de RD étant des dépenses de personnel, ces résultats contribuent à expliquer le faible impact du CIR sur la R&D. Ils interrogent aussi le dévoiement du dispositif de sa mission historique : pallier le sous-investissement en RD, et non être un instrument de compétitivité des salariés hautement qualifiés, pendant que le CICE assure celle des salariés rémunérés près du SMIC. Nous concluons l'article par une discussion de la pertinence des réformes récentes du CIR.

La première partie de cet article propose quatre approches des systèmes urbains et tente de caractériser les enjeux de soutenabilité qui s'y rattachent. La deuxième partie s'attache à mettre en lumière l'enjeu des inégalités environnementales des systèmes urbains ainsi caractérisés, à la croisée de la justice spatiale et environnementale. La troisième partie reprend les quatre approches définies à la première partie pour montrer, au sujet du cas français, comment prendre la mesure des inégalités environnementales urbaines définies à la deuxième partie.

0
views

0
downloads
Establishing the external validity of experimental inflation forecasts is essential if laboratory experiments are to be used as decision-making tools for monetary policy. Our contribution is to document whether different measures of inflation expectations, based on various categories of agents (participants in experiments, households, industry forecasters, professional forecasters, financial market participants and central bankers), share common patterns. We do so by analyzing the forecasting performance of these different categories of data, their deviations from full information rational expectations, and the variables that enter the determination of these expectations. Overall, the different categories of forecasts exhibit common features: forecast errors are comparably large and autocorrelated, and forecast errors and forecast revisions are predictable from past information, suggesting the presence of some form of bounded rationality or information imperfections. Finally, lagged inflation positively affects the determination of inflation expectations. While experimental forecasts are relatively comparable to survey and financial market data, more heterogeneity is observed compared to central bank forecasts.

L’article propose une introduction au numéro spécial de la Revue de l’OFCE « Écologie et inégalités » en présentant les différents âges de l’économie de l’environnement, le défaut d’intérêt de la discipline économique contemporaine pour les enjeux environnementaux et les étapes de ce que serait une transition juste.

Au cours des années 1990, l’Italie, comme la Suède et la Pologne, a mis en place le système notionnel à cotisations définies : d’une part, le régime continue à être financé par répartition (le paiement des pensions est assuré par les cotisations sociales des travailleurs actuels) ; d’autre part, un compte virtuel est établi pour chaque travailleur, sur lequel s’accumulent ses cotisations sociales, avec un rendement – comptabilisé annuellement sur le solde – égal à la croissance moyenne du PIB sur les cinq dernières années. [Premier paragraphe]

0
views

0
downloads
The results of the June 2016 referendum in favour of the UK leaving the EU opened a period of huge economic and political uncertainty in the UK, and in the EU27. A large number of official and academic analyses have been published that address the economic impact of different modalities of Brexit. Section 1 analyses possible models for the future UK-EU relationship, from remaining in the single market and in the customs union, to a Free Trade Agreement (FTA) or world trade organization (WTO) rules. Section 1 also discusses the future of UK trade regulations (tariff and non-tariff barriers, trade agreements) and the various channels through which Brexit could have an impact on the UK economy (trade, foreign direct investment (FDI), migration, productivity, fiscal policy). The UK must make a trade-off between ensuring access to the EU market and increasing its regulatory autonomy. Section 2 surveys studies released on the impacts of Brexit, over short-and long-term horizons, under different scenarios, from a soft Brexit to a hard Brexit and a no deal scenario. These studies provide very different results depending on the methods they use and the assumptions they adopt on the future relationship between the UK and the EU27, mainly on how they view the effects of trade openness and regulations on productivity, in level as in growth rate. Studies usinggravity models and computable general equilibrium models generally find negative but small effects on UK GDP. Some studies increase these effects by adding the negative impact of a less open UK economy on labour productivity growth, even if Brexiteers want to open the UK to non-EU economies. Others believe that a liberalisation shock could boost output growth, but the UK is already a very liberal economy. The impact of Brexit on the GDP of the EU27 countries is on average 4 to 5 times smaller than on UK GDP, although some countries (Ireland in particular) are more affected. In the shorter term, uncertainty about Brexit has a negative effecton investment and exports, which is partly offset by lower interest rates and exchange rates.

in Revue de l'OFCE Publication date 2019-12
ALOUINI Olfa
0
views

0
downloads
What are the relationships between country size, economic growth and business cycle volatility? To investigate this question, we developed an originalcountry-size index with principal component analysis. Traditional analysis usually equates country size with population. Our methodology enables to simultaneously consider several factors constitutive of country size: population,GDP and arable land. These additional variables allow us to capture different components of the country size and to control for more than a demographic effect. Using a panel data set of 163 countries for 1960–2007, we find, contrary to Rose (2006), that country size has a significant and negative correlation with economic performance. Our results for output volatility extend the negative and significant relationship found by Furceri and Karras (2007). In addition, we present differentiated results for small and large countries, OECD members, eurozone countries and the so-called BRIC countries.

This Policy brief presents the last OFCE forecasts on the euro area countries and addresses the issue of margins for manoeuvre to cope with an extended period of economic slowdown in the area. Will fiscal rules fetter policy reaction? We forecast a growth rate of 1.2%, but negative risks remain substantial. We then discuss public debt evolution and compute the fiscal policies necessary to reach a 60% public debt over GDP target in 2040. The fiscal consolidation appears unrealistic in some countries, questioning the credibility of this target. In addition, we investigate the (moderate) effect of interest rate on the fiscal consolidation requirement. Finally, the very notion of fiscal space will depend on the speed of adjustment of public debt and on the level of interest rates.

in OFCE Policy Brief Publication date 2019-12
1
views

0
downloads
This Policy brief analyses the recent expansionary decisions of the ECB in September 2019, which are now under scrutiny and have even been criticized. ■ Recent facts confirm the need of an expansionary monetary policy, as inflation expectations are still decreasing and credit remains weak. ■ We pay a special attention to the three types of risk evoked in the public debate. ■ First, it has been argued that low interest rates could increase the households saving rate due to an income effect. We show that this does not materialize on recent data. We observe such a correlation only for Germany, and this already before 2008, casting some doubt on the direction of the causality. ■ Second, it is argued that the banks' profits are at risk because of low interest rates. We show that banks' profits are steady and are recovering since 2012, and that the new measures are not expected to have a negative effect on bank's profits. ■ Third, using a macro-finance assessment of financial imbalances, we do not observe the emerging of bubbles on housing and stock market. ■ Although the downside should be carefully analysed, we conclude that the critics of the recent expansionary monetary policy does not rely on sound evidence. ■ Finally, and in any case, a fiscal expansion would reduce the need for expansionary policies. A discussion of the euro area fiscal stance is needed.

11
views

0
downloads
Too often, economics disassociates humans from nature, the economy from the biosphere that contains it, and sustainability from fairness. When economists do engage with environmental issues, they typically reduce their analysis to a science of efficiency that leaves aside issues of distributional analysis and justice. The aim of this lucid textbook is to provide a framework that prioritizes human well-being within the limits of the biosphere, and to rethink economic analysis and policy in the light of not just efficiency but equity. Leading economist Éloi Laurent systematically ties together sustainability and justice issues in covering a wide range of topics, from biodiversity and ecosystems, energy and climate change, environmental health and environmental justice, to new indicators of well-being and sustainability beyond GDP and growth, social-ecological transition, and sustainable urban systems. This book equips readers with ideas and tools from various disciplines alongside economics, such as history, political science, and philosophy, and invites them to apply those insights in order to understand and eventually tackle pressing twenty-first-century challenges. It will be an invaluable resource for students of environmental economics and policy, and sustainable development.

in Economie et statistique Publication date 2019-12
AGHION Philippe
BUNEL Simon
1
views

0
downloads
Dans cet article, nous défendons l’idée que les effets de l’intelligence artificielle (IA) et de l’automatisation sur la croissance et l’emploi dépendent pour une large part des institutions et des politiques. Notre analyse s’articule en deux temps. Dans une première partie, nous démontrons que l’IA peut stimuler la croissance en remplaçant la main‑d’oeuvre par du capital, tant en matière de production de biens et services que de production d’idées. Toutefois, nous soutenons que l’IA peut inhiber la croissance si elle est associée à une politique concurrentielle inadaptée. Dans une seconde partie, nous discutons l’effet de la robotisation sur l’emploi en France au cours de la période 1994‑2014. D’après notre analyse empirique sur données françaises, nous démontrons premièrement que la robotisation réduit l’emploi global au niveau des zones d’emploi, et deuxièmement que les travailleurs ayant un faible niveau d’éducation sont davantage pénalisés par la robotisation que les travailleurs ayant un fort niveau d’éducation. Ce constat suggère que des politiques inadaptées en matière de marché du travail et d’éducation réduisent l’impact positif que l’IA et l’automatisation pourraient avoir sur l’emploi.

in International Journal of Finance and Economics Publication date 2019-12
0
views

0
downloads
Although the literature has provided evidence of the predictive power of credit for financial and banking crises, this article aims to investigate the grounds of this link by assessing the interrelationships between credit and banking fragility. The main identification assumption represents credit and banking fragility as a system of simultaneous joint data generating processes whose error terms are correlated. We test the null hypotheses that credit positively affects banking fragility—a vulnerability effect—and that banking fragility has a negative effect on credit—a trauma effect. We use seemingly unrelated regressions and 3SLS on a panel of European Union (EU) countries from 1998 to 2012 and control for the financial and macroeconomic environment. We find a positive effect of credit on banking fragility in the EU as a whole, in the Eurozone, in the core of the EU but not at its periphery, and a negative effect of banking fragility on credit in all samples.

in Revue de l'OFCE Publication date 2019-12
PINOIS Ricardo
0
views

0
downloads
World public debt has increased by 30% of world GDP between 2007 and2017. During the same period, the real interest rate on public debt has fallenby roughly 200 basis points, whereas it should have increased by 100 basispoints according to previous estimates. It reveals that demand for public debthas increased faster than supply. Where does the increase in savings comefrom? To answer this question, we construct the world financial marketequilibrium to identify the country and agents across countries who increasedtheir saving rate. Using the equality between the sum of private and publicsaving and investment at the world level, we find four lessons. First, the worldinvestment rate has been slightly increasing during the period, with animpressive shift of investment to China. The investment rate of China was 4% of world GDP in 2007. It jumps to 12% in 2017. Second, during the period, the world experienced an impressive reduction of global imbalances. The Chinesesaving rate increased less than Chinese investment and the US saving rate increased more than US investment. Third, the increase in the world saving rate comes from highly indebted countries before 2007, mostly from the US and southern Europe. The increase in the current account of Italy, Spain and Greece (from a negative territory) is the order of magnitude of the increase in the US current account. Fourth, there is no clear relationship between the householdsaving rate and national government borrowing, thus not confirming the Ricardian equivalence view. Finally, it seems that the factors generating a highnet saving rate in China are temporary, whereas the deleveraging of US andsouthern Europe may be long-lasting. As a consequence, one can expect lowinterest rates for a long period of time.

Publication date 2019-12 Collection ETUI Working paper : 13
1
views

0
downloads
The fi scal governance of the EMU is in dire need of reform. Its current arrangements suff er from several shortcomings, most notably, the limitations they impose on national fi scal policies, steering them towards too restrictive or pro-cyclical stances; the absence of an unconditional lender of last resort for governments and the consequent doubts over the ‘safe asset’ status of national government bonds that this absence creates; the underdevelopment of an economic (policy) union, resulting in the dominance of public defi cit and debt considerations over considerations of well-being, full employment and broader economic objectives in guiding the conduct of fi scal policies; and last but not least, the fact that, under the EMU institutional architecture, there are fewer opportunities for democratic participation and scrutiny of the conduct of fi scal policies. Starting from the view that the crises in the euro zone were basically triggered by fi nancial markets and reinforced by a lack of instruments for eff ective economic policy at the EMU level, we contribute to the ongoing debate on how to reform the Eurozone. We propose a focus on general principles for fi scal governance reform aiming at a better economic, social and environmental performance on the part of EMU. As the main principles for progressive governance, we identify a need for: – a much more active and prominent role for fi scal policy; – ‘safer’ government bonds; – more and better coordination between fi scal and other economic, social and environmental policies, as well as between member states, to foster sustainable well-being; and – more democratic participation and scrutiny.

Nous comparons les prévisions de croissance de l’économie française à l’horizon 2021 réalisées entre septembre et mi-novembre 2019 par 20 organismes (publics et privés, dont l’OFCE). Après être passée de 2,4 % en 2017 à 1,7 % en 2018, l’activité ralentirait pour l’ensemble des prévisionnistes, en moyenne à 1,3 % en 2019. Il n'y a pas d'accélération prévue à l’horizon de l'exercice de prévision : l’activité progresserait en moyenne à son rythme potentiel de 1,2 % en 2020 et de 1,25 % en 2021. En 2018, le commerce extérieur, par sa contribution positive, a compensé partiellement une demande intérieure moins dynamique. En 2019, la consommation des ménages est le principal moteur de la croissance. L’environnement international serait moins favorable et les risques sur la croissance plutôt orientés à la baisse. Pour tous, l’inflation reste globalement modérée en prévision (entre 1,1 % et 1,9 % en 2021 selon les instituts), c’est également le cas de l’inflation sous-jacente, comprise entre 0,8 % et 1,4 % en 2021. Il existe un moindre consensus sur le taux de chômage à l’horizon 2021 : il baisserait de 9,1 % de la population active en 2018 à 8,5 % en moyenne en 2019 mais les prévisions sont diverses en fin de période. En effet, les plus pessimistes l’envisagent à 9,8 % tandis que les plus optimistes le situent à 7,5 %. En moyenne, il se stabiliserait à 8,3 % sur les deux dernières années étudiées. La progression des salaires resterait contenue (avec un maximum à 2,1 % en 2021). L’impact positif des réformes passées et en cours sur la compétitivité des entreprises et sur l’emploi et in fine sur la croissance du PIB ne ressort pas véritablement des scénarios. Enfin, la France est sortie de la Procédure de déficit excessif en 2018 et tous les instituts sauf un prévoient le respect des règles budgétaires concernant le déficit public, qui resterait en deçà du seuil des 3 % à l’horizon 2021 (hormis le dépassement exceptionnel en 2019 du fait du CICE). En 2021, il serait compris entre 4 % et 1,8 % du PIB. Si les règles sont respectées en termes de solde budgétaire, ce n’est pas le cas des efforts structurels inscrits dans les différents scénarios puisqu’il est quasiment nul sur l’ensemble de l’exercice de prévision. Un document de travail plus détaillé est associé à ce Policy brief.

8
views

0
downloads
In this article, we propose an original analysis of advice given by financial analysts prior to WW1. Our article focuses on the writings of A. Neymarck, one of the most popular French analysts in the early 20th Century. The creation of portfolios from a new database composed of the monthly returns of all the security types listed on the official Paris Stock Exchange from 1903 to 1912 has provided results demonstrating that Neymarck correctly identified the risk in a number of sectors. The performances of these portfolios, which were built according to Neymarck’s guidelines, confirm Neymarck’s ranking in terms of both risk and return: the richer the investor, the riskier and the more profitable his portfolio was seen to be. Finally, the Modern Portfolio Theory enables us to pinpoint the few imperfections in Neymarck’s advice, which globally appears to be driven by reliable financial analysis.

in Industrial and Corporate Change Publication date 2019-12
SELIN HAZIR Cilem
BELLONE Flora
0
views

0
downloads
This article explores the determinants of changes to the range of exports at the firm level with a focus on the role played by the firm’s local environment. It extends the model developed by Bernard et al. (2010) to a multiregional setting to account for localized externalities. The model is tested using French micro-data on monoregional manufacturing firms covering the period 2002–2007. Our main finding is that the local product space has an impact on exporters’ product-market entry and exit decisions. Firms tend to modify their exported product mix to achieve congruence with the core products of the locality. Also, firms receive higher revenue from the export of products that are more related to the core capabilities of the locality.

in Journal of Environmental Economics and Management Publication date 2019-11
MARIN Giovanni
6
views

0
downloads
The political acceptability of climate policies is undermined by job-killing arguments, especially for the least-skilled workers. However, evidence of the distributional impacts for different workers remains scant. We examine the associations between climate policies, proxied by energy prices, and workforce skills for 14 European countries and 15 industrial sectors over the period 1995–2011. Using a shift-share instrumental variable estimator and controlling for the influence of automation and globalization, we find that climate policies have been skill biased against manual workers and have favoured technicians. The long-term change in energy prices accounted for between 9.2% and 17.5% (resp. 4.2% and 8.0%) of the increase (resp. decrease) in the share of technicians (resp. manual workers).

Time is ripe for a review of the ECB strategy: the economic context and the audience for communication have changed, and the tools for policy decisions and for analysing the environment have expanded. The definition of the inflation target, the twopillar strategy and the use of “non-standard” policy measures need discussion. A change in the ECB mandate is also worth discussing for it would permit to evaluate the current strategy and mandate against an alternative. This document was provided by Policy Department A at the request of the Committee on Economic and Monetary Affairs.

in Makroökonomie im Dienste Menschen, Festschrift für Gustav A. Horn Publication date 2019-11
3
views

0
downloads

Publication date 2019-11
GUERINI Mattia
THI LUU Duc
3
views

0
downloads
We propose a novel approach to investigate the synchronization of business cycles and we apply it to a Eurostat database of manufacturing industrial production time-series in the European Union (EU) over the 2000-2017 period. Our approach exploits Random Matrix Theory and extracts the latent information contained in a balanced panel data by cleaning it from possible spurious correlation. We employ this method to study the synchronization among different countries over time. Our empirical exercise tracks the evolution of the European synchronization patterns and identifies the emergence of synchronization clusters among different EU economies. We find that synchronization in the Euro Area increased during the first decade of the century and that it reached a peak during the Great Recession period. It then decreased in the aftermath of the crisis, reverting to the levels observable at the beginning of the 21st century. Second, we show that the asynchronous business cycle dynamics at the beginning of the century was structured along a East-West axis, with eastern European countries having a diverging business cycle dynamics with respect to their western partners. The recession brought about a structural transformation of business cycles co-movements in Europe. Nowadays the divide can be identified along the North vs. South axis. This recent surge in asynchronization might be harmful for the European Unio because it implies countries’ heterogeneous responses to common policies.

Dans cet article, nous évaluons sur données agrégées les élasticités-prix du commerce international pour six grands pays développés : la France, l'Allemagne, l'Italie, l'Espagne, le Royaume-Uni et les États-Unis. Ces estimations actualisent les travaux de Ducoudré et Heyer (2014). Si elles s'appuient pour l'essentiel sur les données fournies par la comptabilité nationale, la demande adressée pour chaque pays est issue d'une nouvelle base de données construite à l'OFCE retraçant les flux de commerce et les prix au niveau mondial dans 43 zones géographiques. Celle-ci ne se limite plus aux seuls flux de marchandises comme cela était le cas dans nos anciens travaux mais intègre désormais les échanges de services, ces derniers restant toujours très dynamiques sur la période récente et représentant une part de plus en plus importante dans le commerce mondial. Il ressort de nos estimations qu'en termes de volume d'exportations, l'Italie et l'Espagne sont les 2 pays les plus sensibles à une variation des prix relatifs. Concernant les élasticités-prix des prix à l'exportation, ce sont les États-Unis qui se singularisent, avec une élasticité de 0,23, soit bien en-dessous de celles estimées pour les autres pays qui se situent aux alentours de 0,5, reflétant ainsi le pouvoir de marché des firmes américaines. S'agissant des importations, l'Espagne et le Royaume-Uni ont l'élasticité-prix la plus élevée (respectivement 0,92 et 0,99). Ces deux pays sont aussi ceux qui connaissent la diminution la plus importante du volume de leurs importations, comparée aux autres pays étudiés, à la suite d'une dépréciation de 10 % du taux de change de leur devise par rapport à leurs concurrents, une fois pris en compte l'ajustement des prix d'importations.

in Travail et emploi Publication date 2019-11
AMOSSÉ Thomas
ERHEL Christine
MIAS Arnaud
OLLIVIER Carine
PEUGNY Camille
PITTI Laure
RIEUCAU Géraldine
SIMONNET Véronique
0
views

0
downloads
Dans quelle mesure l’évolution des articles publiés depuis 1979 dans Travail et Emploi dessine-t-elle une histoire cohérente ? Pour essayer de répondre à cette question, nous proposons une analyse des articles parus dans la revue au cours de ces quatre décennies à partir de leurs titres et mots-clés. Pour rendre compte et éclairer cette histoire, trois types d’arguments sont mobilisés. Travail et Emploi étant initialement une revue de nature administrative, publiée par le ministère du Travail, l’évolution de ses articles est en partie liée aux soubresauts de l’actualité législative, des politiques publiques et de la production statistique. Elle peut par ailleurs pour partie tenir aux transformations du regard porté par les sciences sociales sur le travail et l’emploi à partir du moment où Travail et Emploi devient une revue résolument académique. Enfin, ces évolutions rendent également, et assez naturellement, compte des transformations réelles et profondes du travail et de l’emploi sur le terrain, dans la vie des travailleurs et des entreprises.

Quelques semaines après la publication des prévisions de croissance pour la France (le 16 octobre, disponibles ici), l’OFCE a organisé un atelier avec les différentes institutions françaises publiques (Banque de France, Direction Générale du Trésor, INSEE) et internationales (Commission européenne, OCDE et FMI) : l’Observatoire Français des Comptes Nationaux (OFCN). Les institutions privées françaises ou opérant en France étaient également invitées. Le sujet de la journée était la conjoncture française et son environnement international, les prévisions macroéconomiques à l’horizon 2021, les perspectives budgétaires ainsi que des éléments de méthodes ou structurels comme l’utilisation des indicateurs avancés pour prédire le PIB ou encore la polarisation du marché du travail. La troisième édition de cette rencontre annuelle a eu lieu vendredi 8 novembre 2019. Une vingtaine d’instituts de prévision à 1 ou 2 ans étaient représentés[1].

5
views

0
downloads
Si, d’après les sondages, il séduit de plus en plus l’opinion publique et la gauche d’Anne Hidalgo à Bernie Sanders, le contrôle des loyers laisse sceptique la plupart des économistes[1]. Dès les premiers cours de licence nous apprenons à nos élèves que les lois de l’offre et la demande s’appliquent aussi sur le marché locatif. Si le contrôle des loyers a pour conséquence de faire baisser les loyers, il entraîne aussi une chute de l’offre de logements qui ne fait qu’aggraver le manque de logements à l’origine des loyers élevés. Pour un économiste, la messe est dite : s’il bénéficie aux chanceux locataires en place, le contrôle des loyers aggrave la situation de ceux qui cherchent à se loger en asphyxiant l’offre alors que des loyers trop élevés sonnent l’alarme sur l’urgence à l’augmenter[2]. Toutefois, les dégâts du contrôle des loyers dépendent de la pente de la courbe d’offre de logements à louer, c’est-à-dire de l’importance du retrait des propriétaires du marché locatif en réponse à la baisse des prix. Or en défense du contrôle des loyers, on oppose souvent que dans les zones tendues comme Paris, l’offre est inélastique, et le niveau des loyers influence peu le nombre de logements offerts. Si l’offre locative est fixe, alors le contrôle des loyers ne fait que redistribuer de pouvoir d’achat aux locataires. Hélas, les études sont unanimes à rejeter l’hypothèse d’inélasticité de l’offre.

Après un pic de croissance en 2017, l'activité économique mondiale donne des signes d'essoufflement. En 2018, le PIB mondial a progressé de 3,3 % contre 3,5 % un an plus tôt. Les nuages ont continué à s'accumuler au cours du premier semestre 2019 en lien avec des tensions géopolitiques accrues. En Europe, les conditions du Brexit restent incertaines et la situation politique en Italie connaît de nouveaux rebondissements. La guerre commerciale sino-américaine se poursuit et un nouveau front entre les États-Unis et l'Europe s'ouvre, élevant le degré d'incertitude. Les enquêtes de confiance se sont dégradées, en particulier dans l'industrie, touchée également par une crise du secteur automobile. Dans un contexte marqué par la poursuite du changement de modèle de croissance chinois et la perspective de fin du cycle d'expansion en Allemagne ou aux États-Unis, ces différents signaux laissent entrevoir la poursuite et l'amplification du ralentissement en 2019 et 2020. La croissance a déjà perdu 1,8 point dans la zone euro entre la fin de l'année 2017 et mi-2019 avec une forte chute de la croissance allemande. Aux États-Unis, l'évolution récente reflète un atterrissage de la croissance mais à un niveau qui reste supérieur à celui de la zone euro. La croissance a été plus volatile au Royaume-Uni, alors que les conditions du Brexit ne sont toujours pas éclaircies. Après un bon premier trimestre, le PIB a reculé au deuxième trimestre. Parmi les pays émergents, l'Inde et la Chine voient leur croissance diminuer. La situation sur le marché du travail ne reflète pas encore cette dégradation du climat conjoncturel. Les taux de chômage ont baissé dans la plupart des pays, atteignant des points historiquement bas comme aux États-Unis ou en Allemagne ou retrouvant le niveau d'avant la Grande récession comme dans la zone euro. L'évolution de la croissance mondiale est donc suspendue à des accords politiques et commerciaux qui n'ont pu être finalisés jusqu'ici. Le risque de négociations rompues sur le commerce ou d'un Brexit précipité provoquerait une récession au Royaume-Uni et entraînerait la croissance mondiale dans une zone de turbulences bien plus fortes avec un risque de récession. Dans ce contexte se pose la question de la capacité des autorités monétaires et budgétaires à amortir le ralentissement et une éventuelle récession. La baisse des taux redonne de fait des marges de manœuvre aux pays européens pour mener des politiques de soutien à la croissance.

Succédant à une année de croissance forte (2,4 % en 2017), l'année 2018 a été marquée par un franc ralentissement de l'économie française (1,7 %). Celle-ci fut affectée par un calendrier fiscal défavorable, une nette dégradation de l'environnement extérieur et des mouvements sociaux intenses. La croissance française, en glissement annuel, est ainsi passée en l'espace d'un an de 3 % à la fin 2017 à 1,2 % fin 2018. Malgré le ralentissement de l'économie de nos principaux partenaires commerciaux, Allemagne en tête, l'activité française résisterait en 2019 (1,3 %), stimulée par les mesures fiscales à destination des ménages et affichant pour la première fois depuis six ans une croissance supérieure à la moyenne de la zone euro. La France deviendrait ainsi le principal contributeur à la croissance européenne en 2019. Ce passage en avant va de pair avec une faute au regard du Pacte de stabilité et de croissance, celle d'un effort de réduction du déficit structurel presque nul en 2019. En 2020, tirée par une demande interne relativement dynamique grâce à une politique budgétaire en soutien, l'économie française maintiendrait un rythme de croissance de 1,3 %. En 2021, la croissance française devrait revenir à son rythme potentiel de 1,2 %. En 2019, soutenue par les mesures socio-fiscales (12 milliards, soit 0,9 point de RDB), le pouvoir d'achat des ménages augmenterait fortement (+2,4 %), sa plus forte hausse depuis 2007. Cette nette amélioration du pouvoir d'achat n'a pas eu pour le moment les effets escomptés sur la consommation des ménages du fait d'une hausse du taux d’épargne qui s'apparente à une épargne de précaution autre que celle liée au chômage. Le taux de chômage passerait de 8,5 % actuellement à 8,3 % fin 2019, 8,2 % fin 2020 et 8,0 % fin 2021. Malgré la baisse du déficit public à 2,3 % du PIB en 2020 (après 3,1 % en 2019) et 2 % en 2020, la trajectoire économique française se ferait au détriment du respect des règles budgétaires du Pacte de stabilité et de croissance, avec une réduction du déficit public structurel rapporté au PIB inférieure aux préconisations des traités européens. La dette publique, quant à elle, serait de 98,9 % du PIB en 2019 et 2020 (après 98,4 % en 2018), avant d'amorcer un début de réduction en 2021, année où elle atteindrait 98,5 % du PIB.

in Journal of Mathematical Economics Publication date 2019-10
BONETTO Federico
0
views

0
downloads
We analyze the rise in the acceptability fiat money in a Kiyotaki–Wright economy by developing a method that can determine dynamic Nash equilibria for a class of search models with genuine heterogeneous agents. We also address open issues regarding the stability properties of pure strategy equilibria and the presence of multiple equilibria, numerical experiments illustrate the liquidity conditions that favor the transition from partial to full acceptance of fiat money, and the effects of inflationary shocks on production, liquidity, and trade.

  Next