Texte intégral
  • Oui (489)
  • Non (213)
Type de Document
  • Article (252)
  • Working paper (218)
  • Partie ou chapitre de livre (62)
  • Thèse de doctorat (47)
  • Voir plus
Centre de Recherche
  • Département d'économie (702)
  • Observatoire français des conjonctures économiques (53)
  • Sciences Po (30)
  • École polytechnique (X) (17)
  • Voir plus
Discipline
  • Economie et finances (689)
  • Sociologie (30)
  • Science politique (23)
  • Sciences de l'information et de la communication (4)
  • Voir plus
Langue
  • Anglais (518)
  • Français (174)
  • Italien (7)
  • Espagnol (2)
  • Voir plus
Projet
  • TRUST (1)
Publié en 2011-11
GODEFROY Raphael
7
vues

0
téléchargements
Though a large literature on the determinants of turnout has ourished, there is scant evidence on the causal impact of turnout on policies implemented in practice. Using data on French municipalities and instrumental variables for turnout based on temperature and inuenza variations, we show that a one percent increase in turnout decreases on average the municipalities' yearly budget by 1.5 percent. This is mostly due to a decrease in spending on equipment or personnel. We show that this could be the result of a negative effect of turnout on the strength of the incumbent's majority combined with the fact that the incumbent promises higher budgets. We argue, in the context of a theoretical model, that these different facts could be natural consequences of the well documented incumbency advantage.

in Cultural Integration of Immigrants in Europe Sous la direction de ALGAN Yann Publié en 2013-01
LANDAIS Camilla
SENIK Claudia
2
vues

0
téléchargements
The French Republican model appears as a polar case among the different cultural integration models. Dating back to the French Revolution and the Third Republic, France has a long secular tradition imposing restrictive attitudes on the expression of religious and cultural identity in the public sphere. There are, however, growing concerns that this model, despite its claimed egalitarianism and universalism, fails to integrate the new immigrant minorities. The most illustrative example is the 2004 ruling against the display of conspicuous religious symbols in school, mainly targeted at Muslim schoolgirls who wished to wear the hijab. The main consequence of this refusal to acknowledge any minorities has been an inability to know whether the reality of equality matches the rhetoric of perfect cultural integration. While views on national identity and the integration model are very strongly held in France, the evidence base is rather weak. The goal of this chapter is to fill this gap.

in Débats du LIEPP Publié en 2014-10
ALLEGRE Guillaume
DUVOUX Nicolas
GOMEL Bernard
MÉDA Dominique
27
vues

27
téléchargements
Alors qu’il est depuis longtemps question de réformer les aides à l’emploi destinées aux salariés les moins bien rémunérés, la difficulté récemment rencontrée par le gouvernement pour baisser les cotisations sociales salariées sur les bas salaires (mesure censurée par le Conseil constitutionnel) a relancé le débat sur les réformes des dispositifs existants pour les plus bas revenus : la Prime pour l’emploi et le revenu de solidarité active. Dans le cadre des réflexions du LIEPP sur l’évaluation de l’usage de la fiscalité à des fins de politiques sociales, nous publions ci-après trois textes définissant trois orientations possibles pour les réformes du RSA et de la PPE. Ces textes sont issus d’une journée d’études organisée le 29 janvier 2014, intitulée « Le contribuable et l’assisté. Le débat RSA/PPE entre principes et paramètres ». Ils s’intéressent aux enjeux de l'utilisation de la fiscalité dans le soutien à l'activité des travailleurs modestes mais aussi aux profondes limites du système actuel. La France a, depuis 2000, développé un impôt négatif, d’abord sous la forme de la prime pour l’emploi (PPE) puis comme un élément du Revenu de Solidarité active. Il s’agit ici bien d’une dépense fiscale à visée de politique d'emploi et de politique sociale. Plusieurs éléments invitent en effet à interroger la cohérence et l'efficacité des choix retenus : les caractéristiques propres du RSA ainsi que le non-recours massif à sa composante activité, ont conduit à une réflexion sur la question. De son côté, la PPE, dont le barème a été gelé, pose un problème de répartition. Distribuée largement, elle souffre de « saupoudrage » et d'une faible réactivité. Prenant acte de ces faiblesses structurelles croisées des deux dispositifs destinés à soutenir les travailleurs modestes, le rapport remis par le député Christophe Sirugue au Premier Ministre à l'été 2013 a proposé une « prime d'activité » fusionnant la PPE et le RSA activité. Alors que la réduction des cotisations sociales salariées pour les salaires entre 1 et 1,3 SMIC a été privilégiée pour « rendre le travail payant » ou du moins plus attractif, en bas de l’échelle des salaires, une décision du Conseil Constitutionnel du 06/08/2014 , rejetant une telle baisse au motif d’une méconnaissance du principe d’égalité devant la loi a remis la question de la fusion RSA / PPE à l’ordre du jour ? Comment répondre de la manière la plus efficace à un défi créé par la faiblesse des salaires d’un côté, l’incohérence et les échecs des politiques publiques de l’autre ?

in Journal of Comparative Economics Publié en 2015-08
VAKULENKO Elena
4
vues

4
téléchargements
We study barriers to labor mobility using panel data on gross region-to-region migration flows in Russia in 1996–2010. Using both parametric and semiparametric methods and controlling for region-to-region pairwise fixed effects, we find a non-monotonic relationship between income and migration. In richer regions, higher incomes result in lower migration outflows. However, in the poorest regions, an increase in incomes results in higher emigration. This is consistent with the presence of geographical poverty traps: potential migrants want to leave the poor regions but cannot afford to move. We also show that economic growth and financial development have allowed most Russian regions to grow out of poverty traps bringing down interregional differentials of wages, incomes and unemployment rates.

We develop an informational theory of dictatorship. Dictators survive not because of their use of force or ideology but because they convince the public--rightly or wrongly--that they are competent. Citizens do not observe the dictator's type but infer it from signals inherent in their living standards, state propaganda, and messages sent by an informed elite via independent media. If citizens conclude the dictator is incompetent, they overthrow him in a revolution. The dictator can invest in making convincing state propaganda, censoring independent media, co-opting the elite, or equipping police to repress attempted uprisings -- but he must finance such spending with taxes that depress the public's living standards. We show that incompetent dictators can survive as long as economic shocks are not too large. Moreover, their reputations for competence may grow over time. Censorship and co-optation of the elite are substitutes, but both are complements of propaganda. Repression of protests is a substitute for all the other techniques. In some equilibria the ruler uses propaganda and co-opts the elite; in others, propaganda is combined with censorship. The multiplicity of equilibria emerges due to coordination failure among members of the elite. We show that repression is used against ordinary citizens only as a last resort when the opportunities to survive through co-optation, censorship, and propaganda are exhausted. In the equilibrium with censorship, difficult economic times prompt higher relative spending on censorship and propaganda. The results illuminate tradeoffs faced by various recent dictatorships.

7
vues

0
téléchargements
This paper draws on a natural experiment to identify the relationship between income and trust. We use a unique panel dataset on Russia where GDP experienced an 8 percent drop in 2009. The effect of the crisis had been very uneven among Russian regions because of their differences in industrial structure inherited from the Soviet times. We find that the regions that specialize in producing capital goods, as well as those depending on oil and gas, had a more substantial income decline during the crisis. The variation in the industrial structure allows creating an instrument for the change in income. After instrumenting average regional income, we find that the effect of income on generalized social trust (the share of respondents saying that most people can be trusted) is statistically and economically significant. Controlling for conventional determinants of trust, we show that 10 percent decrease in income is associated with 5 percentage point decrease in trust. Given that the average level of trust in Russia is 25%, this magnitude is substantial. We also find that post-crisis economic recovery did not restore pre-crisis trust level. Trust recovered only in those regions where the 2009 decline in trust was small. In the regions with the large decline in trust during the crisis, trust in 2014 was still 10 percentage points below its pre-crisis level.

10
vues

10
téléchargements
In this paper Sergei Guriev focuses on the postcrisis slowdown, which mushroomed into the current crisis. The goal is to explain the origins of the slowdown, understand its political implications, and analyze its interaction with the 2014 crisis in Crimea and eastern Ukraine.

At the start of the XXI century, characterized by the rise of new forms of employment and of skills requirements, many countries need to adapt their labor market institutions to accompany technological changes and globalization. In this context, unemployment insurance is an essential tool to foster and smooth career paths. Its core components comprise unemployment benefits paid to full-time unemployed workers, monitoring, and counseling. But it is clear that they are not sufficient to cover all risks properly. To deal with this issue, part-time unemployment insurance, short-time work and wage insurance have been tried, at different scales, in several countries over the last decades. This paper surveys the evaluations of these schemes and draws lessons from their results for future research and for labor market institutions.

5
vues

0
téléchargements
This article provides a model of labor market equilibrium with search and within-firm strategic bargaining.We yield explicit closed form solutions with heterogeneous labor inputs and capital. The solution exhibits overemployment.We show that higher relative bargaining power for some groups of workers may lead to overemployment relative to other groups, with such other groups being underemployed instead if they have a lower relative bargaining power. Similarly, the hold-up problem between capitalists and employees does not necessarily lead to underinvestment in physical capital.

in The Future of Social Protection Publié en 2018-11
5
vues

0
téléchargements
This chapter discusses the ongoing efforts to integrate the social protection of self-employed workers into the general social protection system in France. Several autonomous schemes and a complex system of contribution rates and entitlements obscure the relationship between gross and net wages and hinder the mobility of workers across jobs and occupations. While there have been efforts to harmonise the social protection of self-employed workers and employees, differences in coverage and contribution rates remain. The social protection of employees and self-employed workers is also managed by diverse institutions which are imperfectly coordinated. This paper describes the contribution rates and the social protection of various forms of employment in France. It provides information about the different components of the social protection of self-employed people (the organisation of schemes and their financial architecture, membership of the schemes, contributions and benefits) and compares the situation of different kinds of self-employed workers with that of employees. The chapter also discusses a special unemployment scheme for performing artists and related occupations, the Intermittents du spectacle.

in The review of economic studies Publié en 2019-03
CARCILLO Stéphane
LE BARBANCHON Thomas
11
vues

11
téléchargements
This paper analyzes the effectiveness of hiring credits. Using comprehensive administrative data, we show that the French hiring credit, implemented during the Great Recession, had significant positive employment effects and no effects on wages. Relying on the quasi-experimental variation in labor cost triggered by the hiring credit, we estimate a structural search and matching model. Simulations of counterfactual policies show that the effectiveness of the hiring credit relied to a large extent on three features: it was nonanticipated, temporary and targeted at jobs with rigid wages. We estimate that the cost per job created by permanent hiring credits, either countercyclical or time-invariant, in an environment with flexible wages would have been much higher.

3
vues

3
téléchargements
This paper shows that cross country differences in the generosity and the quality of the welfare state are associated with differences in the trustworthiness of their citizens. We show that generous, transparent and efficient welfare states in Scandinavian countries are based on the civicness of their citizens. In contrast, the generosity but low transparency of the Continental European welfare states survive thanks to the support of a large share of uncivic individuals who consider that it can be justifiable to misbehave with taxes and social benefits. We also explain why countries with an intermediate degree of trustworthiness of their citizens and of transparency of the government, like Anglo-Saxon countries, have small welfare states. Overall, this paper provides a rationale for the observed persistence of both efficient and inefficient welfare states, as a function of the civicness of the citizens.

Directeur de la thèse ALGAN Yann, CAHUC Pierre Publié en 2018-04
MINEA Andreea
92
vues

92
téléchargements
Le 1er chapitre examine le rôle de la culture d’origine sur la manière dont les jeunes hommes et femmes diffèrent dans leurs choix de retarder le départ du foyer parental. Je montre que dans les cultures caractérisées par des valeurs traditionnelles portant sur les rôles de genre, les jeunes hommes ont plus d’incitations que les jeunes femmes à rester chez leurs parents. Lorsque les femmes de ces cultures vont vivre dans une société plus libérale par rapport aux rôles de genre, elles quittent plus vite le foyer parental et cherchent à trouver un mari d’une culture différente de la leur. Dans le 2e chapitre, nous montrons, à partir d’un testing sur CV, que les jeunes peu qualifiés sont moins rappelés par les employeurs du secteur privé lorsqu’ils sont Maghrébins plutôt que Français. L’origine des candidats n’a pourtant pas d’effet sur le taux de rappel dans le secteur public, même si les recruteurs des deux secteurs ont des préférences discriminatoires similaires. Notre modèle montre que l'absence de discrimination à l’invitation pour un entretien dans le secteur public est compatible, dans ce contexte, avec une discrimination plus forte à l'embauche. Le 3e chapitre s’appuie aussi sur un testing sur CV pour étudier les effets de l’expérience professionnelle des jeunes décrocheurs du secondaire quatre ans après avoir quitté les études. À défaut de formation certifiante, le taux de rappel n’est pas plus élevé pour ceux ayant eu une expérience professionnelle, subventionnée ou non, dans le secteur marchand ou non-marchand par rapport à ceux restés au chômage. De plus, une formation certifiante améliore les taux de rappel uniquement lorsque le taux de chômage local est faible.

in Annual Review of Economics Publié en 2013-08
5
vues

0
téléchargements
This article surveys recent research on the relationship between trust and growth. It documents the strong international and interregional heterogeneity of trust. The theoretical mechanisms that explain the influence of trust on economic performance and the empirical methods used to identify the causal impact of trust on economic performance are reviewed.

L’objectif de cet article est d’identifier les logiques de la dissidence des députés vis-à-vis de leur parti, à partir des tweets de campagnes des députés candidats à leur propre succession aux élections législatives de 2017, dans un contexte de brouillage des étiquettes partisanes. Nous proposons d’utiliser des méthodes d’apprentissage supervisée issues du machine learning pour pallier aux limites des analyses de la discipline partisane habituellement appréhendée à partir des votes nominaux. Nous exploiterons les données issues des comptes Twitter des candidats aux élections législatives françaises de 2017 afin de répondre à deux questions. D’une part, qui sont les candidats qui se démarquent de leur parti sur les réseaux sociaux ? Les logiques de démarcation sont-elles semblables à celles de la dissidence dans l’Assemblée nationale ? Nous analyserons à la fois les déterminants biographiques et les facteurs stratégiques qui peuvent expliquer la dissidence des candidats. D’autre part, quel est l’impact de l’indépendance des candidats sur leurs résultats électoraux ? Nous tenterons de déterminer si les candidats qui s’affranchissent de la ligne officielle du parti parviennent à séduire davantage d’électeurs.

in Annals of Statistics Publié en 2016
BONHOMME Stéphane
JOCHMANS Koen
4
vues

4
téléchargements
A constructive proof of identification of multilinear decompositions of multiway arrays is presented. It can be applied to show identification in a variety of multivariate latent structures. Examples are finite-mixture models and hidden Markov models. The key step to show identification is the joint diagonalization of a set of matrices in the same non-orthogonal basis. An estimator of the latent-structure model may then be based on a sample version of this joint-diagonalization problem. Algorithms are available for computation and we derive distribution theory. We further develop asymptotic theory for orthogonal-series estimators of component densities in mixture models and emission densities in hidden Markov models.

Les règles budgétaires européennes fixent un certain nombre de contraintes sur les finances publiques des États membres. Ceux-ci doivent respecter un plafond de déficit et de dette et s'engager sur un objectif de solde structurel à moyen terme. Ils doivent aussi respecter une variation du solde structurel et limiter la progression des dépenses publiques. En parallèle, à l'ajout de nouvelles contraintes, les dernières réformes de la gouvernance ont introduit des flexibilités afin de mieux adapter la réponse aux chocs macroéconomiques. Le cadre est ainsi devenu plus complexe mais il n'a pas permis d'éviter la crise des dettes souveraines dans la zone euro. De nombreuses propositions de réforme des règles sont actuellement en débat. Le FMI a proposé une philosophie de réforme pour un meilleur équilibre entre flexibilité, simplicité et contrainte. Cette philosophie a été introduite dans le cadre de la zone euro par quatorze économistes franco-allemands. Ils proposent de rebâtir les règles budgétaires autour d'une règle de dépenses publiques avec un mécanisme correcteur de la dette. Nous analysons les propriétés macroéconomiques de cette proposition. Selon les simulations réalisées à partir du modèle iAGS, la règle de dépense est inapplicable à des pays ayant un niveau de dette trop éloigné de 60 % mais qui présentent des soldes structurels positifs, tels l'Italie ou le Portugal. Pour ces pays la règle provoque des efforts irréalistes qui aboutiraient à une très forte décroissance de la dette, l'amenant en terrain négatif assez rapidement. Ceci est accentué par le fait que la règle proposée est asymétrique. À nos yeux, une règle budgétaire, même réformée, ne suffira pas pour sortir de la synchronisation des politiques budgétaires et aller vers une véritable coordination. La tension existe entre une gouvernance par les règles et une gouvernance par la coordination. L'analyse des règles actuelles et de la proposition des quatorze économistes franco-allemands nous conduit à plaider pour la seconde option. L'hétérogénéité des pays européens rend impossible l'imposition à tous d'une règle simple. Il faut dès lors augmenter l'intensité de l'analyse économique portant sur la situation de chaque pays pour donner les moyens à une institution de prendre des décisions informées et de fournir des recommandations sur moyenne période. La contrepartie de cette agilité est un contrôle plus important de la soutenabilité des finances publiques. De manière plus opérationnelle, les interactions au sein du Semestre européen pourraient jouer ce rôle-là. Cette instance pourrait devenir le moment où l'on définit et l'on met en place conjointement la stratégie de croissance de l'Union, et où l'on établit la contribution de chaque pays à l'objectif commun.

Ce document propose une comparaison des programmes économiques de cinq candidats principaux à l'élection présidentielle de 2017 : François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. L'analyse porte sur quatre thèmes, qui seront les enjeux économiques du prochain quinquennat. Le premier (sans préjuger de l'ordre d'importance) est le rétablissement des comptes publics, qui conditionne le respect des engagements européens, et éventuellement la sortie du cadre actuel. Le deuxième est le pouvoir d'achat des ménages et la réduction des inégalités, ce qui inclut la réduction du chômage. Le troisième porte sur la compétitivité et la capacité exportatrice de la France. Enfin, le dernier thème, loin d'être le moins important, est celui de la transition énergétique et du climat. De cette comparaison, la cohérence de chaque candidat se dessine. François Fillon veut réaliser des transferts vers les entreprises et réduire fortement les déficits publics structurels pour accroître la compétitivité, au risque d'une compression du pouvoir d'achat des ménages les moins aisés et d'un accroissement des inégalités. Jean-Luc Mélenchon parie sur une relance par la demande et l'investissement au risque d'une dérive des finances publiques et d'un creusement marqué du déficit extérieur Benoît Hamon mise sur la réduction des inégalités et la lutte contre la pauvreté monétaire au risque de sous-estimer le coût de la mise en place de son revenu universel d'existence et d'une dégradation de la compétitivité-prix des entreprises. Emmanuel Macron veut utiliser les gains attendus du retour de la croissance pour améliorer la situation des agents au risque de rester dans une phase de croissance modérée. Enfin, la sortie de l'euro proposée par Marine Le Pen est une rupture radicale qui rend la comparaison délicate, mais sera plus importante dans ses effets que les nombreux transferts, coûteux pour les finances publiques, vers les ménages français. Cette comparaison permet aussi de mettre en évidence des contradictions dans les programmes économiques des candidats. Enfin, le flou sur le financement des mesures ne permet pas une évaluation complète des programmes. Les analyses suivantes sont donc des appréciations partielles des effets des programmes des candidats.

Ce document propose une comparaison des programmes économiques de cinq candidats principaux à l'élection présidentielle de 2017 : François Fillon, Benoît Hamon, Marine Le Pen, Emmanuel Macron et Jean-Luc Mélenchon. L'analyse porte sur quatre thèmes, qui seront les enjeux économiques du prochain quinquennat. Le premier (sans préjuger de l'ordre d'importance) est le rétablissement des comptes publics, qui conditionne le respect des engagements européens, et éventuellement la sortie du cadre actuel. Le deuxième est le pouvoir d'achat des ménages et la réduction des inégalités, ce qui inclut la réduction du chômage. Le troisième porte sur la compétitivité et la capacité exportatrice de la France. Enfin, le dernier thème, loin d'être le moins important, est celui de la transition énergétique et du climat. De cette comparaison, la cohérence de chaque candidat se dessine. François Fillon veut réaliser des transferts vers les entreprises et réduire fortement les déficits publics structurels pour accroître la compétitivité, au risque d'une compression du pouvoir d'achat des ménages les moins aisés et d'un accroissement des inégalités. Jean-Luc Mélenchon parie sur une relance par la demande et l'investissement au risque d'une dérive des finances publiques et d'un creusement marqué du déficit extérieur. Benoît Hamon mise sur la réduction des inégalités et la lutte contre la pauvreté monétaire au risque de sous-estimer le coût de la mise en place de son revenu universel d'existence et d'une dégradation de la compétitivité-prix des entreprises. Emmanuel Macron veut utiliser les gains attendus du retour de la crois-sance pour améliorer la situation des agents au risque de rester dans une phase de croissance modérée. Enfin, la sortie de l'euro proposée par Marine Le Pen est une rupture radicale qui rend la comparaison délicate, mais sera plus importante dans ses effets que les nombreux transferts, coûteux pour les finances publiques, vers les ménages français. Cette comparaison permet aussi de mettre en évidence des contradictions dans les programmes économiques des candidats. Enfin, le flou sur le financement des mesures ne permet pas une évaluation complète des programmes. Les analyses suivantes sont donc des appréciations partielles des effets des programmes des candidats.

Les règles budgétaires européennes fixent un certain nombre de contraintes sur les finances publiques des États membres. Ceux-ci doivent respecter un plafond de déficit et de dette et s’engager sur un objectif de solde structurel à moyen terme. Ils doivent aussi respecter une variation du solde structurel et limiter la progression des dépenses publiques. En parallèle, à l’ajout de nouvelles contraintes, les dernières réformes de la gouvernance ont introduit des flexibilités afin de mieux adapter la réponse aux chocs macroéconomiques. Le cadre est ainsi devenu plus complexe mais il n’a pas permis d’éviter la crise des dettes souveraines dans la zone euro. De nombreuses propositions de réforme des règles sont actuellement en débat. Le FMI a proposé une philosophie de réforme pour un meilleur équilibre entre flexibilité, simplicité et contrainte. Cette philosophie a été introduite dans le cadre de la zone euro par quatorze économistes franco- allemands. Ils proposent de rebâtir les règles budgétaires autour d’une règle de dépenses publiques avec un mécanisme correcteur de la dette. Nous analysons les propriétés macroéconomiques de cette proposition. Selon les simulations réalisées à partir du modèle iAGS, la règle de dépense est inapplicable à des pays ayant un niveau de dette trop éloigné de 60% mais qui présentent des soldes structurels positifs, tels l’Italie ou le Portugal. Pour ces pays la règle provoque des efforts irréalistes qui aboutiraient à une très forte décroissance de la dette, l’amenant en terrain négatif assez rapidement. Ceci est accentué par le fait que la règle proposée est asymétrique. En revanche, en cas de choc de demande ou d’inflation non anticipé, la règle a les bonnes propriétés contra-cycliques. À nos yeux, une règle budgétaire, même réformée, ne suffira pas pour sortir de la synchronisation des politiques budgétaires et aller vers une véritable coordination. La tension existe entre une gouvernance par les règles et une gouvernance par la coordination. L’analyse des règles actuelles et de la proposition des quatorze économistes franco-allemands nous conduit à plaider pour la seconde option. L’hétérogénéité des pays européens rend impossible l’imposition à tous d’une règle simple. Il faut dès lors augmenter l’intensité de l’analyse économique portant sur la situation de chaque pays pour donner les moyens à une institution de prendre des décisions informées et de fournir des recommandations sur moyenne période. La contrepartie de cette agilité est un contrôle plus important de la soutenabilité des finances publiques. De manière plus opérationnelle, les interactions au sein du Semestre européen pourraient jouer ce rôle-là. Cette instance pourrait devenir le moment où l’on définit et l’on met en place conjointement la stratégie de croissance de l’Union, et où l’on établit la contribution de chaque pays à l’objectif commun.

2
vues

0
téléchargements
Xavier Ragot : Nous avons l’habitude de commencer le débat par une discussion sur la conjoncture au niveau mondial, avec quelques questions précises : Quel est l’impact de la politique budgétaire aux États-Unis ? Y-a-t-il un risque de krach boursier aux États-Unis ? Quelles peuvent être les conséquences de la guerre commerciale ? et enfin les tensions financières dans les pays émergents augurent-elles une nouvelle crise ? [Premier paragraphe]

intr : Un accroissement de l’investissement public est maintenant proposé par de nombreuses institutions internationales pour accroître l’activité en Europe. L’investissement public adéquat augmente la croissance potentielle à long terme, l’activité à court terme et permet d’atteindre des objectifs de transition énergétique. Du fait de la faiblesse des taux d’intérêt, des projets d’investissements publics peuvent être menés sans fortement peser sur les finances publiques. Malgré ces constats, l’investissement public a reculé en France dans les années récentes de 4,2 % à 3,5 % du PIB. L’accumulation d’actifs nets atteint même un point bas à 0,2 % du PIB en 2015. ■ À long terme, les estimations des effets de l’investissement public varient du simple au double. Ces effets dépendent de manière cruciale de la sélection, de l’évaluation et de la gouvernance des projets d’investissement. Pour éviter les effets d’aubaine ou d’éviction, l’évaluation des projets d’investissement public doit être transparente. ■ Par conséquent, une hausse de l’investissement public doit au préalable identifier les projets à la fois nécessaires et utiles. Les investissements pour la transition écologique, pour une amélioration du système éducatif ou encore les infrastructures de transport dans les villes congestionnées sont des candidats naturels. Ils représentent un effort de 1 ou 2 % du PIB pendant quelques années selon l’ambition affichée. ■ À court terme, une hausse de 1 % du PIB de l’investissement public générerait une hausse du PIB de 1,1 % à trois ans et une réduction de 245 000 chômeurs si elle est financée par de la dette. Elle conduit cependant à une légère réduction de la balance courante et à un accroissement de la dette publique rapportée au PIB de 0,4 %. Une hausse de l'investissement public financée par une réduction des autres dépenses publiques conduit à une hausse du PIB de 0,4 % à trois ans. Par ailleurs, on ne trouve pas d’effet d’éviction de l’investissement public sur l’investissement privé en France sur données agrégées. ■ Un tel accroissement de l’investissement public peut être réalisé dans un cadre européen, par exemple dans le cadre du Plan Juncker, cependant les divergences de situation économique en Europe plaident pour une hausse au niveau national pour les zones géographiques qui en ont besoin. ■ Enfin, pour éviter les aspects récessifs des traités européens, l’on plaide pour l’introduction d’une « règle d’or » qui exclut certains investissements publics, notamment dans le capital humain, des règles de consolidation budgétaire.

3
vues

0
téléchargements
On assiste à des inflexions nouvelles dans les débats sur la construction européenne. Moins visibles que des déclarations publiques, des conférences essentielles et ateliers se tiennent pour aborder de nouvelles options, sous des angles économiques et politiques différents. Le débat est plus vif en Allemagne qu’en France. En cause probablement le débat caricatural français pendant les élections présidentielles, sur la forme « pour ou contre la monnaie unique », alors que le débat préalable est de discuter comment orienter les institutions de la zone euro au service de la croissance et des inégalités. [Premier paragraphe]

0
vues

0
téléchargements
La réforme de la zone euro est à nouveau à l’ordre du jour. Parmi les pistes envisagées, l’évolution des règles budgétaires devrait figurer en tête de liste. Celles-ci ont en effet engendré une austérité budgétaire excessive pendant la crise, aggravant et prolongeant ses conséquences économiques, sociales et politiques. Inversement, la réduction de la dette a été insuffisante dans de nombreux pays en période de conjoncture favorable dans les années 2000, les règles n’étant pas respectées ou insuffisamment rigoureuses. Ces règles souffrent en outre de graves problèmes de mesure : elles sont basées sur un concept légitime, le solde public structurel, mais celui-ci n’est pas observable et fait l’objet d’importantes erreurs d’estimation. Les erreurs de politique économique générées par les règles budgétaires ont conduit à reporter sur la Banque centrale européenne l’essentiel du rôle de stabilisation de l’activité. L’application du cadre budgétaire européen extrêmement complexe, peu transparent et sujet à erreurs a, par ailleurs, exposé la Commission européenne à des critiques des États membres, que la situation de leurs finances publiques soit solide ou dégradée. Les règles européennes, perçues comme du micro-management bruxellois portant atteinte à la souveraineté nationale, servent ainsi de bouc émissaire aux populistes antieuropéens. Les règles budgétaires sont cependant indispensables dans une union monétaire, afin d’assurer la soutenabilité de la dette publique et parce que la clause de nonrenflouement en cas de crise n’est pas crédible. Elles ne sont pas une solution miracle et ne peuvent se substituer au débat démocratique national sur les choix budgétaires et la soutenabilité de la dette, mais elles devraient aider à encadrer ce débat. Elles devraient être aussi transparentes et simples que possible en fixant des objectifs directement pilotables par le gouvernement (simplification), permettre de conduire une politique budgétaire contracyclique (stabilisation) et inciter à réduire la dette publique excessive (soutenabilité). L’objectif de cette Note est d’évaluer le cadre actuel et de proposer une profonde simplification. Nous recommandons de substituer aux nombreuses règles actuelles une règle simple : les dépenses nominales ne devraient pas croître plus rapidement que le PIB potentiel à long terme et plus lentement dans les pays où la dette est excessive. Les simulations effectuées pour cette Note suggèrent qu’une telle règle permettrait de concilier prudence budgétaire et stabilisation macroéconomique de l’économie. Dans un cadre institutionnel national et européen renforcé, nous recommandons d’élargir le mandat du Haut Conseil des finances publiques et de mieux l’intégrer dans le processus budgétaire national en lui confiant l’analyse des prévisions budgétaires et de la soutenabilité de la dette et en renforçant sa capacité à produire des prévisions macroéconomiques. Enfin, pour une application crédible et non bureaucratique des règles budgétaires, nous préconisons la combinaison de plusieurs instruments : surveillance, incitations positives, discipline de marché et responsabilisation politique.

This dissertation examines the links between international trade and economic development through the lens of export growth at the extensive margin. By extensive margin growth is meant either trade in previously untraded products, or trade in existing products between new country pairs. The three chapters of this dissertation represent some of the first contributions to the literature in this area with an approach anchored in development policy concerns. They contribute to a clearer understanding of the links between firm heterogeneity, extensive margin growth, and development. In addition, they provide new insights into the importance of domestic regulations and institutions in terms of developing country trade performance. Chapter one shows that similar factors also affect diversification in the geographical dimension. Chapter three takes the opposite approach, showing that product standards in importing countries can affect export diversification overseas. All three chapters use trade models incorporating heterogeneous firms to motivate the empirical work undertaken.

in Trade, Payments, and Adjustments in Central and Eastern Europe : Proceedings of an EBRD Conference, 26-27 March 1992 Publié en 1992
AGHION Philippe
BURGESS Robin
0
vues

0
téléchargements

Now the Doha Round is in its tenth year, it is still far from clear whether a deal will be concluded this year. Neither is clear what are the reasons of the current deadlock. Deep division also remain on how to conclude a possible Doha deal. Apart from this negotiation stalemate, what do trade experts think about Doha? This policy brief analyses these questions using mainly data from the CUTS forum debate on the Doha Round among trade experts and academics. The results show that also among experts huge divisions remain on these issues.

in Trade, payments, and adjustments in Central and Eastern Europe : proceedings of an EBRD conference, 26-27 March 1992 Publié en 1992
0
vues

0
téléchargements

in Foundations of an open economy : trade laws and institutions for Eastern Europe Publié en 1995
0
vues

0
téléchargements

Suivant