Full Text
  • No (2)
Document Type
  • Article (1)
  • Part or chapter of a book (1)
Research Center
  • Centre de recherches internationales (2)
  • Université Clermont Auvergne (2)
Discipline
  • Political science (2)
Language
  • Spanish (1)
  • French (1)
3
views

0
downloads
Les pays du Sud au sein des Nations Unies. Les Nations Unies contribuent à inventer le Sud dans ses manifestations variées. De même, au fur et à mesure qu'il se constitue, le Sud devient principe d'organisation, point de repère et guide pour le positionnement: ce bloc souhaite de se transformer soi-même à l'intérieur des Nations Unies et d'y promouvoir des changements. Mais si l'ONU a offert aux pays du Sud la reconnaissance politique, un forum pour s'exprimer et s'affirmer, ainsi que des moyens pour se faire écouter et pour modifier l'ordre international, elle n'a pourtant pas réussi à intégrer complètement dans son sein ces acteurs dont la représentation demeure imparfaite et les demandes insatisfaites. Les bénéfices qu'apportent les Nations Unies au Sud sont ambivalents du fait que cette organisation corrige les formes de la domination sans pour autant la supprimer.

in Ceriscope Puissance Sous la direction de Centre de recherches internationales, LEQUESNE Christian, DURAND Marie-Françoise Publication date 2013-11
9
views

0
downloads
L’Organisation des Nations unies est marquée, dès sa création, par la puissance. Négociée principalement par les trois grands (Etats-Unis, URSS et Grande-Bretagne) à Dumbarton Oaks, elle institutionnalise un club de puissants (CSNU) au cœur d’une instance multilatérale. Néanmoins, cette empreinte de la puissance sur l’institution multilatérale n’épuise pas les pratiques onusiennes. Les vertus égalisatrices du multilatéralisme à l’œuvre à l’ONU transforment les relations de puissance, offrant ainsi des opportunités d’autonomisation aux autres acteurs. En renouvelant le jeu de puissance, l’ONU devient une enceinte privilégiée des stratégies multilatérales de puissance moyenne. L’Organisation des Nations unies et la puissance entretiennent donc des liens plurivoques : la première peut être un frein ou un multiplicateur de puissance, une ressource et une contrainte pour les puissances, un instrument et un objet de puissance. Les puissances peuvent être créatrices de multilatéralisme ou fossoyeuses des institutions multilatérales ; elles peuvent servir le multilatéralisme, s’en servir ou le desservir.