Type
Article
Title
Le temps et l’argent : les 35 heures en douceur
In
Revue de l'OFCE
Author(s)
CORNILLEAU Gerard - Observatoire français des conjonctures économiques (Author)
HEYER Eric - Observatoire français des conjonctures économiques (Author)
TIMBEAU Xavier - Observatoire français des conjonctures économiques (Author)
Editor
Paris : Presses de Sciences Po
Volume
64
Number
1
Pages
17 - 68 p.
ISSN
12659576
Keywords
35 heures, Chômage, Coût
Abstract
FR
Avec le projet de loi sur les 35 heures, le gouvernement a fait du partage du travail l'axe de sa politique de lutte contre le chômage. Pour préparer la baisse de la durée légale du travail le 1er janvier 2000, il a mis en place un système d'aide dont nous avons analysé les effets microéconomiques. Celui-ci autorise les entreprises à bas salaires à accorder une compensation salariale intégrale à leurs salariés à condition qu'elles réalisent le passage aux 35 heures dès l'année 1998. Dans tous les autres cas, la compensation ne peut être que partielle, même si le jeu des embauches nouvelles ou le gel des salaires permettent de limiter le coût des 35 heures pour les salariés. En supposant que les négociations aboutissent à un équilibre qui préserve le niveau des coûts de production des entreprises et que le champ de la réduction du temps de travail reste limité aux salariés des entreprises de plus de vingt salariés du secteur privé, les 35 heures permettraient de créer 450 000 emplois supplémentaires à l'horizon 2000. Il s'agit d'un résultat appréciable si l'on tient compte de ce qu'il pourrait être obtenu sans dégradation de l'équilibre macroéconomique, mais en retrait par rapport à ce qui pourrait résulter d'un partage généralisé du travail et des revenus s'appliquant à l'ensemble des actifs.

BIBLIOGRAPHIC QUOTE
EXPORT