Auteurs Centres de recherche Disciplines et Collections Projets
Français English
 
 

Organisation partisane et exercice du pouvoir dans la Russie de Poutine : les paradoxes de la fabrication de Russie Unie (2001-2012)

 

Notice

Type:   Thèse de doctorat
 
Titre:   Organisation partisane et exercice du pouvoir dans la Russie de Poutine : les paradoxes de la fabrication de Russie Unie (2001-2012)
Titre traduit:   Partisan organization and exercise of power in Putin's Russia: the paradoxes of the fabric of United Russia (2001-2012)
 
Auteur(s):   Fauconnier, Clémentine (PhD) - Centre de recherches internationales (Auteur)
 
Directeur de la thèse:   Colas, Dominique - Centre de recherches internationales (Directeur de thèse ou de mémoire)
 
Date de soutenance:   2015-01
 
Établissement de soutenance:   Sciences Po - Institut d'études politiques de Paris
 
Notes:   Programme doctoral en Science politique
 
Mots-clés:   [fr] Parti hégémonique, Russie, Politique comparée, Système non-compétitif
 
Résumé:   [fr] Cette thèse vise à interroger les enjeux et les modalités de la construction d’une majorité politique en Russie à partir des années 2000, après une décennie marquée par la faiblesse de l’exécutif central et l’éclatement de l’offre politique. Créé en 2001 pour soutenir Vladimir Poutine, la situation du parti politique Russie unie dans le paysage politique peut sembler paradoxale. Dominant à tous les échelons du pouvoir depuis 2003, il demeure néanmoins un instrument entre les mains des dirigeants de l’exécutif, sans réelle autonomie ou influence. Fort officiellement de 2 millions d’adhérents, Russie unie est peu ancré dans la société russe et compte très peu de militants. L’analyse de la tension créée entre la dynamique d’institutionnalisation du parti et, en même temps, son maintien sous le contrôle de l’Etat se présente comme un point d’entrée privilégié pour envisager, dans une perspective comparative, la production des mécanismes d’assujettissement d’une partie du personnel politique russe. Cela implique de s’intéresser à la mise en place et aux modalités concrètes de fonctionnement de Russie unie, d’observer les pratiques des acteurs engagés dans ces activités et de s’interroger sur les significations qu’ils leur donnent. Cette démarche suggère alors de montrer comment l’étude de ce processus spécifique de fabrication partisane est susceptible de nourrir une réflexion plus générale et comparative sur la façon dont les dynamiques de différenciation ou de rapprochement entre les partis et l’Etat contribuent à produire différentes formes d’investissements politiques. Pour cela l’étude des partis en tant qu’institution ainsi que de la sociologie historique comparative permet de montrer les tensions créées par le processus de différenciation sous contrôle de Russie unie et la façon dont celui-ci accompagne la mise en place de nouveaux mécanismes de domination.

[en] This thesis aims to examine the issues and modalities of building a political majority in Russia from the 2000s, after a decade marked by the weakness of the Central Executive and party system fragmentation. Created in 2001 to support Vladimir Putin, the situation of the political party United Russia in the political landscape may seem paradoxical. Dominant at all levels of power since 2003, it still remains a tool in the hands of leaders of the Executive, without any real autonomy or influence. United Russia, including officially 2 million members, is not rooted in Russian society and has very few militants. The analysis of the tension between the dynamics of the party’s institutionalization and, at the same time, its maintaining under control of the State appears as a privileged entry point for analyzing, in a comparative perspective, the production of mechanisms of subjections of Russian elected officials. This implies to study the establishment of United Russia and its concrete functioning, the practices of the actors involved in these activities and the meaning they give to these practices. Thus this approach suggests to show how the study of this specific process of party construction is likely to feed a more general and comparative reflection on how the dynamics of differentiation or reconciliation between parties and the State contribute to produce various forms of political investments. For this purpose, studying the party as an institution as well as the comparative historical sociology can show the tensions created by the process of differentiation under the control of United Russia and also how it supports the establishment of new domination mechanisms.