Co-auteur
  • DUPOIRIER Elisabeth (2)
  • REY Henri (2)
  • BOY Daniel (1)
  • PERRINEAU Pascal (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Partie ou chapitre de livre (2)
  • Article (1)
  • Livre (1)
  • Numéro de périodique (1)
in Institutions, élections, opinion Sous la direction de DÉLOYE Yves, DÉZÉ Alexandre, MAURER Sophie Publié en 2014-10
2
vues

0
téléchargements

in Revue française de science politique Sous la direction de PLATONE Francois, RANGER Jean, DUPOIRIER Elisabeth Publié en 1977-12
2
vues

0
téléchargements

0
vues

0
téléchargements
Les gains et les pertes enregistrés par M. Mitterrand par rapport aux résultats des formations de gauche en 1973 correspondent à des reclassements qui affectent à la fois l'électorat de la gauche non communiste et l'électorat centriste. La fraction la plus anticommuniste de l'électorat socialiste — celle qui refusait d'appliquer la « discipline de gauche » aux élections législatives et soutenait des alliances municipales de « troisième force » — tend à abandonner le vote de gauche et fait en partie défaut à M. Mitterrand. Il en va de même de la majorité des électeurs centristes qui, en 1967 notamment, apportaient leur appui aux candidats de gauche aux élections législatives, et qui rejoignent le regroupement conservateur englobant gaullistes et modérés. Seule une minorité d'électeurs centristes refuse cette évolution et semble s'engager dans la voie d'un re-classement à gauche en votant pour M. Mitterrand dès le premier tour de l'élection présidentielle. L'ensemble de ces mouvements traduit un recul du « social-centrisme » défini comme la propension d'une fraction de la gauche non communiste et de l'électorat modéré à voter pour des candidats socialistes et à soutenir des alliances de « troisième force » dans une perspective anticommuniste.

2
vues

0
téléchargements
Contrairement à certains discours tenus à propos des habitants des grands ensembles, notre enquête, parce qu'elle repose sur une acception large et non institutionnelle du politique, tend à conclure à la diversité des attitudes politiques de la population résidant dans la cité « des 4000 Logements » de La Courneuve. Cette diversité s'observe tant sur les modalités de l'expression politique, que sur les logiques qui président aux orientations et aux choix politiques.

Publié en 2003
YSMAL Colette
BOY Daniel
SUBILEAU Françoise
10
vues

0
téléchargements