Type
Article
Titre
Tous ensemble ? : Perspectives 2000-2001 pour l'économie mondiale
Dans
Revue de l'OFCE
Auteur(s)
SENSOLI Claire - (Auteur)
SERRANITO Francisco - Centre d'Economie de l'Université Paris Nord (CNRS/UP 13) (Auteur)
LATREILLE Thierry - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
PASSET Olivier - Département Economie - Finances (France Stratégie) (Auteur)
CHAGNY Odile - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
BAUDCHON Helene - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
MATHIEU Catherine - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
RIFFLART Christine - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
PÉLÉRAUX Hervé - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
STERDYNIAK Henri - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
VERONI Paola - Observatoire français des conjonctures économiques (Auteur)
Éditeur
Paris : Presses de Sciences Po
Numéro
73
Pages
7 - 113 p.
ISSN
12659576
Mots clés
Économie mondiale, Perspectives
Résumé
FR
Au début du printemps 2000, les perspectives de croissance mondiale sont très favorables : 4,2 % en 2000 et 3,9 en 2001, après 3,2 en 1999. Cette vigueur résulte de la poursuite d'une forte expansion aux États-Unis, d'une nette reprise dans la zone euro et au Royaume-Uni, du dynamisme retrouvé des pays émergents d'Asie et des économies en transition, enfin d'un rebond en Russie et en Amérique latine. La plus notable exception reste le Japon. La croissance est impulsée par le dynamisme de l'industrie et de l'investissement productif. Le décalage conjoncturel de la zone euro vis-à-vis des États-Unis n'explique pas l'ampleur de la dépréciation de l'euro en 1999, aussi bien vis-à-vis du dollar que du yen. La baisse de l'euro pourrait reposer sur des facteurs plus fondamentaux comme l'internationalisation intense des entreprises européennes. La convergence des taux longs, vers des niveaux de 6 % au début de 2001, marquerait un mouvement d'appréciation de l'euro face au dollar. Les Bourses, en particulier américaines, restent la principale épée de Damoclès de l'économie mondiale : elles ont atteint des niveaux sans précédent, qui aboutissent à des ratios profit/cours boursiers extrêmement bas, surtout pour les valeurs liées aux nouvelles technologies. Le krach semble inévitable, même si sa date est difficilement prévisible. On pourrait craindre que la croissance mondiale soit étouffée par des tensions inflationnistes causées par sa vigueur et sa généralité. Mais les tensions sur les prix du pétrole semblent s'atténuer. Le cours du Brent avoisinerait 23 dollars au deuxième trimestre et 20 dollars en 2001. Au Japon, la reprise de l'investissement public, cumulée une contribution extérieure positive, à la réalisation des commandes de biens d'équipement et au sursaut des salaires permettrait un rebond vigoureux du PIB au premier semestre et une croissance proche de 2% en 2000. À l'horizon 2001, la permanence de surcapacités privées et un ajustement de la politique budgétaire feraient retomber la croissance à 1,3%. Les pays émergents d'Asie ont repris le chemin de la croissance en 1999. Pour autant, les restructurations bancaires continuent de peser sur les finances publiques et sur le financement de l'économie. Les perspectives de croissance sont néanmoins globalement très favorables : 6,4% en 2000 et 6,6 en 2001. L'Amérique latine reste marquée par la crise financière et confrontée à un surendettement chronique. Une reprise est malgré tout visible dans les principaux pays au second semestre 1999. La croissance de la zone serait de 3,8% en 2000 et 4,3 en 2001. Les performances économiques de la Russie en 1999 ont été meilleures qu'escomptées grâce aux gains de compétitivité induits par la chute du rouble en 1998 et à la hausse du prix du pétrole. La croissance est repartie dans les pays d'Europe centrale et orientale après une période difficile en raison de la répercussion de la crise russe et, pour les pays des Balkans, de la guerre du Kosovo Dans la zone euro, l'activité bénéficie de taux d'intérêt relativement bas, de politiques budgétaires légèrement expansionnistes, d'une bonne situation financière des entreprises et du niveau de l'euro. Les croissances allemande et italienne accéléreraient enfin. La croissance de la zone serait de 3,6% en 2000 et 3,4 en 2001.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT