Co-auteur
  • PILLON Jean-Marie (2)
  • LAVABRE Alice (2)
  • European Research Network on Social and Economic Policy (2)
  • JOSSIN Ariane (1)
  • Voir plus
Type de Document
  • Communication non publiée (19)
  • Contribution à un site web (8)
  • Article (7)
  • Article de presse ou magazine (4)
  • Voir plus
0
vues

0
téléchargements
In his work, Benjamin Lemoine shows how French public debt underwent a process of marketization and a Polanyi-type disembedding over the last 60 years. He explains the functioning of public debt via its instruments, which shape the political priorities and led to a naturalization of the relation between State and private creditors. I propose three other readings of the analyzis : (1) a history of "exploitation through credit" via the concept of peonage, (2) the absolute disconnection between the rates of public indebtedness and its social tolerance, (3) a criticism of the contemporary critics of debt, which contest it as a sole moral dispute.

5
vues

0
téléchargements

Publié en 2016-11
École des hautes études en sciences sociales
3
vues

0
téléchargements

Publié en 2016-04
European Research Network on Social and Economic Policy
0
vues

0
téléchargements

in Etat social - Sozialstaat / Hypothèses Publié en 2015-11
4
vues

0
téléchargements
Chaque pays dispose d’une mesure administrative du chômage, inscrite dans des conventions nationales de rapport à l’emploi. Toutefois, la définition du chômage donnée par le Bureau International du Travail constitue la base statistique consensuelle de comparaison internationale. Ces deux calculs offrent des représentations très éloignées. Mais loin de constituer un référentiel univoque et identique, le chômage BIT dépend lui aussi de conventions de mesure. Il est réapproprié par les statisticiens nationaux et produit donc des résultats parfois difficilement comparables. En effet, le périmètre social retenu pour l’investigation (espace ou critère d’éligibilité aux enquêtes) ainsi que la déclinaison nationale des obligations faites aux chômeurs demeurent hétérogènes, alors que le chômage au sens du BIT constitue la base de données courante, voire hégémonique, pour les pratiques de comparaison ou de benchmarking. Le caractère sociopolitique de la statistique BIT et sa flexibilité sont donc restitués. (1er paragraphe)

Publié en 2014-02
JOSSIN Ariane
1
vues

0
téléchargements

in Le Huffington Post Publié en 2014-06
5
vues

0
téléchargements
A l'automne 2008, happée par la crise économique mondiale, l'Allemagne subit la plus violente récession de son histoire. Dans l'urgence, politiques, syndicats et employeurs décident de recourir massivement au chômage partiel. Une solution qui présente, du moins en apparence, de nombreux avantages: les salariés sont partiellement indemnisés par la puissance publique pour les heures non-travaillées(1), les entreprises ne supportent ni les coûts des licenciements, ni les coûts des réembauches, souvent accompagnés de coûts de formation. Pour finir, avantage suprême: il réduit considérablement le chômage "véritable", avec ses conséquences humaines et politiques. (Premier paragraphe)

Suivant