Type
Working paper
Title
Hybris et incertitude dans la Hongrie de Viktor Orbán
Author(s)
CAPELLE-POGACEAN Antonela - (Author)
Editor
Paris : Centre de recherches internationales
Abstract
FR
Depuis l’arrivée au pouvoir de la droite populiste le 29 mai 2010, la Hongrie a vu son image se dégrader au sein d’une Union européenne qui doute elle-même de son avenir. L’« hétérodoxie », fût-elle partielle, de la politique économique du gouvernement de Viktor Orbán, le jeu avec les limites de la démocratie, un exercice autoritaire du pouvoir ainsi qu’une posture nationaliste très affirmée ont nourri des critiques soutenues parmi ses opposants et à l’extérieur des frontières nationales. En septembre 2011, sa rhétorique visant à justifier une mesure spectaculaire en faveur des ménages qui avaient souscrit des prêts hypothécaires en devises et à qui l’on offrait la possibilité de rembourser en une seule fois leurs crédits à un cours situé de 25% en dessous de celui du marché, nonobstant les réactions négatives des établissements financiers, éclairait encore le goût du chef charismatique de la droite hongroise pour la pose messianique et la confrontation. En pleine crise bancaire européenne, Viktor Orbán s’appropriait à sa façon manichéenne un thème qui par ailleurs ne manque guère de légitimité. « C’est l’ère des banquiers qui a ruiné l’Europe et la Hongrie (...).
BIBLIOGRAPHIC QUOTE
EXPORT