Type
Thèse de doctorat
Titre
The Judicial Politics of Enmity. A Case Study of the Constitutional Court of Korea’s Jurisprudence Since 1988
Titre traduit
La fabrique constitutionnelle de l’ennemi : analyse critique de la jurisprudence de la Cour constitutionnelle de Corée depuis 1988
Auteur(s)
GUICHARD Justine - Centre de recherches internationales (Auteur)
MENGIN Françoise - Centre de recherches internationales (Directeur de thèse ou mémoire)
NATHAN Andrew J. - Columbia University (Directeur de thèse ou mémoire)
Établissement de soutenance
Paris : Sciences Po - Institut d'études politiques de Paris
Pages
410 p.
Mots clés
Korea, constitutional court, law, enmity, Corée, cour constitutionnelle, droit, ennemi
Résumé
EN | FR
Parmi les sociétés ayant fait l’expérience d’une transition politique au cours des années 1980, la Corée du Sud est d’ordinaire tenue pour un modèle de ‘‘réussite’’ démocratique et constitutionnelle. L’analyse interprétative du corpus jurisprudentiel sur laquelle le présent travail de recherche repose révèle cependant l’ambivalence qui a caractérisé la manière dont la cour a endossé son rôle de défenseur de l’ordre constitutionnel dans la période post-transitionnelle. Cette ambivalence se traduit par la dualité d’effets, libéraux et illibéraux, produits par les décisions de la cour à mesure qu’elle est intervenue dans le conflit majeur ayant opposé l’État sud-coréen et une partie de la société civile depuis le changement de régime : redéfinir les contours de qui, et ce qui, constitue l’ennemi après la transition. à travers la question polémique de l’ennemi, ce sont les dynamiques d’inclusion et d’exclusion au sein de la démocratie sud-coréenne qui ont été mises en jeu sur la scène constitutionnelle. la Cour constitutionnelle de Corée a joué un rôle paradoxal au regard de cette dispute, ou ‘‘mésentente’’, que son intervention a contribué à mettre à la fois en scène et en sommeil.

CITATION BIBLIOGRAPHIQUE
EXPORT